Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 2 Septembre 2014

Banner Campaign
  •   Propos recueillis par Abdelkader Zahar
  • mercredi 19 juin 2013 05:30

Djaoued Salim Allal : "Avec le Cloud, l’informaticien de l’entreprise va jouer son vrai rôle"

Comparex AlgérieDjaoued Salim Allal, Comparex Algérie (Ph. A. Zahar)

 

Rencontré au dernier "Comparex Technology Days", au début de juin, le directeur exécutif de Comparex Algérie, explique les raisons des réticences des entreprises à aller vers le Cloud Computing. Djaoued Salim Allal pointe aussi du doigt les sociétés IT qui ne vulgarisent pas suffisamment ce "concept technologique".

 

Où en est le Cloud Computing en Algérie ?

En fait, le Cloud Computing est un concept technologique et non pas une technologie. Souvent, beaucoup de gens utilisent le Cloud sans s’en rendre compte. Le vrai problème c’est le passage à la technologie de virtualisation qui est la première brique du Cloud. Il y a encore une frilosité chez les entreprises algériennes pour passer du monde physique au monde virtuel. C’est ce qui retarde l’avancée du Cloud.

 

Cette "frilosité" ne serait-elle pas due à l’importance de l’investissement que doivent consentir les entreprises ?

En fait, c’est souvent un manque de temps. Le DSI (Directeur des Systèmes d’Information) d’une entreprise est impliqué dans des tâches quotidiennes qui lui prennent énormément de temps. Il doit maintenir le "Word" et l’"Excel" alors que sa véritable fonction est de penser stratégie. L’écosystème ne fait pas convenablement son travail de former le client aux nouvelles technologies. C’est donc surtout le manque d’information et, aussi, le manque de valorisation de ce genre d’investissements au niveau de l’entreprise.

 

Qu’est-ce que vous appelez "écosystème" ?

Ce sont les sociétés IT, les constructeurs qui doivent organiser ce genre d’évènements pour expliquer aux entreprises les innombrables avantages d’aller vers les solutions de virtualisation. C’est justement l’objet de ces secondes "Comparex Technology Days" que nous organisons. J’espère que ce genre d’événements qui traitent de thématiques précises et non pas généralistes va se multiplier à l’avenir.

 

Que diriez-vous à un patron d’entreprise pour le convaincre d’aller vers le Cloud Computing ?

Si vous étiez patron d’entreprise, on va s’asseoir autour d’une table, prendre le business plan, on va prendre les bilans des années passées, on va comptabiliser le nombre d’investissements qu’on doit faire en informatique pour voir ce qu’on gagne en deux ou trois ans. L’idée est de transformer l’investissement en informatique en un centre de profit et non pas en centre de coût. L’informatique est toujours perçue comme un centre de coût, alors qu’elle doit obligatoirement pousser à accroitre le bénéfice de l’entreprise.

 

Quel est l’écart, en termes de gains, entre la solution "classique" et celle du Cloud ?

Je vais vous donner une image simple. Dans les années 70, l’informaticien était le patron de l’entreprise. A partir des années 80, avec la généralisation des PC, il est vu différemment. Passé les années 90, on a l’impression que les informaticiens sont devenus de simples techniciens d’entretien du service. Maintenant, pour augmenter les performances d’un utilisateur au service des entreprises, donc accroitre les résultats, l’informaticien a besoin de moyens IT. Pour acheter ces moyens, c’est déjà une autre histoire. Il faut des tas de procédures et autant de temps avant d’arriver à concrétiser une commande et rendre opérationnel l’équipement acquis. Si c’est une entreprise performante ça prend deux jours, sinon ça risque de prendre des semaines voire des mois, surtout dans le cas d’un appel d’offres. Alors qu’avec le Cloud, il suffit juste qu’il provisionne son système d’un simple clic. Et il a un serveur en plus, une machine, une mémoire et un disque en plus. On est dans la virtualisation.

 

A partir de quel niveau d’un chiffre d’affaires le Cloud devient une solution rentable ?

Vous savez, la virtualisation il y a certains systèmes qui la proposent gratuitement. Si vous achetez des produits Microsoft, l’Hyper-V est gratuit. Si vous achetez du VMware, il est accessible, mais le coût à la longue est nettement amorti. Ça peut démarrer à partir de deux ou trois serveurs. Je vous donne un exemple d’un concessionnaire automobile qui a trois filiales, il a virtualisé trois serveurs à l’intérieur d’un seul serveur, avec gestions différentes. Là, il est complètement dans le Cloud. Pour revenir à votre question, il n’y a pas de prix, ni de seuil à cet investissement.

 

Aller vers le Cloud ne va-t-il pas faire disparaître certains métiers de l’informatique ?

En aucun cas. Aller vers le Cloud c’est transformer l’investissement en un coût d’exploitation. Donc au lieu de prendre des investissements monstres et essayer de les amortir, on juste prendre les coûts d’exploitation. L’informaticien reste toujours, au niveau de l’entreprise, celui qui met en place la stratégie et la cadre. Il va jouer son vrai rôle. Il ne s’agit pas de rabaisser le rôle de l’informaticien à celui d’un opérateur, au contraire, il va pouvoir se concentrer sur son business.

 

Le Cloud est-il une nécessité pour toute entreprise ?

Ça peut être une nécessite pour certaines et ne pas l’être pour d’autres si une simple gestion de paie leur suffit.

 

Le risque "sinistres" qui est très élevé au nord de l’Algérie n’incite pourtant pas les entreprises à aller vers le Cloud. Sont-elles mal informées ?

En matière de Business Continuity Management (la gestion de la continuité du travail quotidien d’une entreprise), la virtualisation permet d’avoir un serveur dans une clé USB. Ce qui permet de nettement de diminuer le risque d’un désastre qu’il soit naturel ou accidentel. En fait, ça dépend de la criticité des données. Il y a des clients qui sont très conscients que s’ils perdent une heure de sauvegarde sur un serveur ils perdent beaucoup d’argent. C’est le cas des télécoms pour qui une heure de panne signifie une heure de facturation perdue. D’autres secteurs, peuvent considérer qu’une panne de 24H n’est pas significative.

 

Combien coûte un serveur ?

Tout dépend de l’utilisation et des caractéristiques voulues. Ça peut aller de 150.000 DA à 10 voire à 15 millions DA. Une machine virtuelle + serveur peut coûter 200.000 DA.

 

Vous trouvez les bons ingénieurs en Algérie ?

A Comparex Algérie nous sommes 40 personnes, tous algériens. Et je suis fier de dire que tous nos projets IT ont été réalisés par nos ingénieurs.

 

 

 

Lire à ce sujet :  "Comparex Technology Days" ou le Cloud Computing expliqué aux entreprises algériennes

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Bonjour,
    Suite à ces réponses, il me semble nécessaire de préciser que la virtualisation n'est pas égale au CLOUD.
    Ce n'est qu'un pas vers le CLOUD, et qu'il est justement, par souci de vulgarisation, fondamental de les différentier même s’ils restent très liés, et que dans les deux sens, l'un est catalyseur de l'autre.
    En plus de la virtualisation, le Cloud c'est aussi pouvoir automatiser toutes les taches entre le moment ou la ressource est commandée (c'est pour cela que l'on parle d'orchestrateurs) et le moment ou elle est disponible. C'est aussi la possibilité de ne payer que que l’on consomme. C’est l’isolation entres clients tout en partageant les mêmes espaces physiques…etc.
    De plus, ce que le DSI doit préparer en amont avant d'opter pour une architecture Cloud, un effort de standardisation de ces offres/parc, pour pouvoir passer du mode classique "restaurant à la carte" en "mode traiteur" ou tout est déjà prêt ou presque.
    Bref, pour vulgariser un concept complexe, il fraudai à mon sens, plus s'adresser à l'utilisateur (à défaut d'avoir le concepteurs) qu'à l'organisateur qui devrait rester dans l'organisation, une tache déjà bien difficile à mener et pour laquelle l'effort et les intentions sont salués, même si la pub faite à Micro-soft et Vmware sont pas piétinantes dans le cadre de cet article.
    Salutations.

    Rapporter Adel GACEM mercredi 19 juin 2013 10:26
Banner Campaign
Banner Campaign
Banner Campaign

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Le Conseil des participations de l'Etat approuve la création d'une dizaine de grands groupes industriels

Selon le ministre de l'Industrie et des Mines, Abdesselam Bouchouareb le processus de création de ces grands groupes se fera "de façon graduelle de sorte à ne pas entraver la continuité de l’activité des entreprises publiques industrielles et à promouvoir les conditions idéales pour assurer le décollage des groupes et la cohérence de leurs stratégies".

Algérie - Le chiffre d'affaires des entreprises publiques industrielles a augmenté de 18% en 2013

Selon un document du ministère de l’Industrie cité par l’APS, ce chiffre d’affaires a atteint 338 milliards de DA (4,2 milliards de dollars). Ce secteur regroupe 317 entités (30 groupes contrôlant 185 filiales et 102 mono- entreprises) et employait à fin 2013 un effectif de 93.472 agents.

Algérie - Statoil annonce le retour de son personnel et du personnel de Sonatrach et BP à Tiguentourine

"La décision de reprendre les opérations ordinaires aussi à In Amenas est le résultat d'un processus rigoureux et par étapes de l'identification des mesures de sécurité nécessaires, leur mise en œuvre et la validation qu'elles sont en place et opérationnelles ", a expliqué Lars Christian Bacher, vice-président exécutif pour le développement et Production International (DPI).

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6