Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 12 septembre 2017 07:38

Monétique et systèmes de paiement électronique : Des firmes françaises affichent leurs atouts à Alger

 

Six firmes françaises spécialisées dans la monétique et les systèmes de paiement électronique étaient présentes à Alger pour exposer leurs atouts en vue de partenariats avec les acteurs algériens du secteur.

 

  Le 2eme Colloque algéro-français sur la monétique et les systèmes de paiement électroniques, organisé lundi à l’hôtel El Aurassi (Alger), a été consacré à la présentation de l’expertise française en la matière et aux rencontres b2b avec les acteurs du secteur en Algérie.

 Pas moins de sept entreprises spécialisées dans la monétique et les systèmes de paiement électronique ont participé à ce colloque organisé par Business France, mission économique près l’Ambassade de France en Algérie en collaboration avec GIE-Monétique.

 Il s’agit d’Evolis, Fime, HTS Experts, IDnomic, Tag Pay, Sofrecom et Supranetcom qui ont « offert » leurs services pour de futurs partenariats avec les acteurs du secteur de la monétique en Algérie.

Elles sont spécialisées dans le conseil en moyens de paiement ;  le développement de solutions financières et les services à valeur ajoutée Télécom, les services Financiers par Mobile et Internet(MFS), la personnalisation de cartes plastiques en vue de l’identification des personnes et des biens, l’identité numérique et la sécurisation des objets connectés et le conseil et la formation en sécurité des systèmes d'information et en monétique, entre autres.

 Le plaidoyer de l’ambassadeur français

 L’ambassadeur de France en Algérie Xavier Driencourt qui a ouvert les travaux de ce colloque a affirmé dans son allocution que la France avec ses entreprises, sa technologie et son expérience se tient à la disposition de l’Algérie pour l’accompagner dans le développement de son secteur financier et bancaire « pour cette aventure du paiement électronique et de e-commerce ».

 Pour témoigner de l’essor du paiement électronique dans son pays, l’ambassadeur cite le chiffre de 80 millions de cartes de paiement en service en France. Un chiffre, selon lui, au-dessus de la moyenne européenne en termes de nombre de cartes par habitants.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Je reviens pour compléter mes deux précédents commentaires en ajoutant ceci :
    Si aujourd’hui tout le monde connais ce que désignent concrètement les technologies de la biométrie, dont je suis « authentique inventeur, en matière de monétique beaucoup ignorent encore en quoi consiste exactement le Système Bancaire Biométrique SAOIB 31, dont je suis également l’inventeur
    Si phonétiquement, tous les arabophone savent que le mot SAOIB signifie ‘’droit, juste ou correct’’ cependant le mot SAOIB désigne en langue français l’acronyme de ‘’Sécurisation et Automatisation des Opérations d’Informations Bancaires’’ Voilà pour ce qui concerne le choix du nom de baptême du Système par l’acronyme SAOIB
    Quant au chiffre 31, il fait tout simplement référence à 3 nouveaux instruments des payements innovants proposés dans un seul système, dénommé Système Bancaire Biométrique SAOIB 31
    Contrairement aux deux instruments des payements existants sur le marché et que sont les chèques papier bancaires ou postaux et les cartes bancaires à pistes magnétique ou à puce, les trois instruments des payements du Système SAOIB sont les seuls au monde à êtres réellement sécurisés et les seuls à constituer l’arme absolue contre la fraude bancaire qu’elle soit occasionnelle ou organisée.
    Pour se convaincre que la vulnérabilité de la fraude aux instruments des payements existant sur le marché n’est pas un mythe mais une réalité, il vous suffit juste d’effectuer une recherche sur internet en tapant « Fraude à la carte bancaire » et «Fraude aux chèques » et vous constaterez que le fléau de la fraude est bien une réalité et non un mythe.
    Affirmer que les trois instruments des payements du Système SAOIB constituent l’arme absolue contre la fraude bancaire ne résulte point de l’autosatisfaction d’un inventeur, mais d’avis de plusieurs experts en sécurité bancaire.
    D’ailleurs il n’est nul besoin d’être un expert en sécurité bancaire pour comprendre pourquoi les instruments des payements du Système SAOIB constituent réellement l’arme absolue contre la fraude bancaire, il suffit juste d’un peu d’imagination et de bons sens pour s’en convaincre du bien fondé de ce que j’affirme.
    A présent que vous êtes informés que les instruments des payements existant sont vulnérables à la fraude, je vais vous présenter brièvement, si dessous, les trois instruments du Système SOIAB :
    1-LE CHEQUE PAPIER SAOIB : ce chèque est réellement anti-fraude, auto-identifiant, auto-compensable.
    Du format d’un chèque bancaire classique, le chèque du Système SAOIB se distingue de l’existant en ce que :
    - D’une part, il comporte, au niveau de la ligne CMC7 contenant le RIB de son titulaire, un code aléatoire alphanumérique sur 4 postions, unique pour chaque chèque,
    - D’autre-part, il comporte au bas de ligne du CMC7 une ligne vierge réservée à l’inscription automatique (à l’aide d’un lecteur-enregistreur électronique de chèques) du RIB du bénéficiaire + la date de saisie + le montant de la transaction.
    L’usage de ce chèque aussi bien auprès des guichets bancaires et postaux, que des commerçants, des entreprises, et des médecins et notaires, s’effectue à l’aide d’une lecteur-enregistreur de chèques spécial, connecté via un PC et un modem à une base de données bancaire nationale.
    Son usage est d’une extrême simplicité, il suffit de le présenter au guichet d’une banque pour effectuer un retrait d’argent ou auprès d’un commerçant pour régler le montant d’un achat et l’opération de retrait ou de paiement s’effectue automatiquement grâce au lecteur-enregistreur de chèque qui va, d’abord, lire le chèque, ensuite, selon le type d’opération (Retrait ou Paiement), le système, après saisie du montant de la transaction, va se connecter automatiquement sur la base de donnée de domiciliation bancaire du titulaire du chèque pour vérifier que le compte existe bien, qu’il est bien approvisionné et dans le cas positif le serveur de la banque sollicitée va envoyer un OK et afficher sur l’écran du PC, la photographie du titulaire du chèque, ce qui va permettre une vérification visuelle par le banquier ou le commerçant que le chèque appartient bien au remettant du chèque.
    Après cette vérification visuelle et validation de la transaction le lecteur de chèques va automatiquement renseigner le chèque en inscrivant le montant de l’opération en lettres et en chiffres, le nom du bénéficiaire et son RIB au bas du cheque, ce qui va permettre la compensation automatique qui va créditer en temps réel ou en différé le compte du bénéficiaire.
    Enfin, il convient de préciser que le Système de chèque papier SAOIB propose :
    Une 1ère variante qui associe au lecteur-enregistreur un clavier pour la frappe du code secret ce qui permet, dans le cadre de comptes bancaires aux noms de Mr ou Mme, d’identifier celui des deux qui a utilisé le chèque
    Une seconde variante qui en fait du lecteur-enregistreur de chèques un appareil portable intégrant un modem pour transmission sans fil, un clavier pour saisie du code secret et un mini écran pour l’affichage du suivi du traitement de la transaction, dont l’affichage de la photographie de l’émetteur du chèque

    LE CHEQUIER ELECTRONIQUE SAOIB : du format d’une carte de crédit bancaire classique, le chéquier SAOIB est personnalisé, côté face, par le logo et la raison sociale de la banque émettrice, du nom, prénom et photographie de son titulaire et doté, côté verso, d’une piste magnéto-optique servant de mémoire et intégrant :
    1- Une zone d’identification de la carte après la frappe du code secret à 4 chiffres
    2- Une zone d’identification du titulaire de la carte permettant l’affichage sur un écran de contrôle de la photographie du titulaire de la carte
    3- Un fichier contenant une série de 100 images chèques ou plus pour les opérations de paiement et de retraits, appelé fichier des opérations débits
    4- Un fichier contenant une série de 50 bordereaux de remises de chèques, espèces ou virements, pour l’enregistrement des opérations créditant simultanément le compte bancaire et la carte du titulaire, appelé fichier des opérations crédits
    Le chéquier électronique du Système SAOIB, fonctionne exactement comme une carte bancaire classique, sauf que le lecteur-enregistreur qui lui est spécialement dédié est conçu pour permettre l’affichage sur un écran de contrôle des images chèques (chèques virtuels ou dématérialisés) et de la photographie du titulaire du chéquier électronique.
    Enfin, il convient de préciser que le chéquier électronique du système SAOIB opère en toute sécurité aussi bien en ON LINE qu’en OFF LINE, toute en automatisant l’ensemble des opérations des retraits et dépôts.

    LA CARTE BANCAIRE INTEGRALE A SECURISATION BIOMETRIQUE SAOIB : du format d’une carte bancaire classique, la CBISB est personnalisée, côté face, par la raison sociale et le logo de la banque émettrice, du nom, prénom et photographie de son titulaire et dotée, côté verso, d’une piste à lecture-écriture laser servant de mémoire et intégrant :
    1- Une zone d’identification et d’authentification de la carte et de son titulaire par empreinte digitale et code secret à cryptage aléatoire appelé Guet-Zen
    2- Une zone d’identification et d’authentification du titulaire de la carte par affichage du portrait photographique du titulaire de la carte
    3- Un chéquier électronique contenant une série de 100 images chèques ou plus pour les opérations de paiements et de retraits
    4- Un fichier contenant une série de 100 images de bordereaux de remises de chèques, espèces, virements pour l’enregistrement des opérations créditant simultanément le compte bancaire et la carte du titulaire, appelé fichier crédits
    5- Un fichier servant à la gestion des opérations des paiements et retraits par carte de crédit bancaire de type VISA ou Mastercard
    6- Un porte monnaie électronique pour effectuer des paiements (garantis) en espèces sans traçabilité du compte du titulaire
    La CBISB fonction exactement comme une carte bancaire classique, sauf que la frappe du code confidentiel est dans ce cas remplacée par la lecture d’une empreinte digitale du titulaire de la carte et ce grâce à un lecteur biométrique spécialement conçu à son usage

    Enfin, il convient de préciser que la CBISB fonctionne en toute sécurité aussi bien en ON LINE qu’en OFF LINE, et automate l’ensemble de la chaine de traitement des opérations paiements, retraits, dépôts, calcul de la provision préalable, identification de la carte, de son titulaire et compensation.

    A présent, que les lecteurs de Maghreb Emergent ont une idée sur l’existence du système monétique algérien SAOIB 31 que j’ai imaginé en grande partie en 1975, alors que je travaillais au service informatique du Crédit Lyonnais à Paris et que j’ai présenté entre 1990 et 1991, via mon entreprise d’ingénierie informatique à Paris, au gouvernement français et aux institutions financières que sont l’Association Française des Banques (AFB) et l’Association Française des Etablissements de Crédits (AFEC), force est d’admettre qu’on est en droit de s’interroger pourquoi l’Etat Algérien refuse d’adopter une invention algérienne qualifiée, depuis 1995, par les experts ‘’D’arme absolue contre la fraude bancaire’’ et de solution du futur appelée à devenir le nouveau standard mondial en matière bancaire.

    Pour les septiques qui ne croient pas à l’existence et à la pertinence d’un tel Système, je leur recommande d’effectuer sur Internet une recherche en tapant ‘’Lecteur de chèque INGENICO’’ et ‘’Lecteur bancaire Biométrique INGENICO’’

    Pour ceux qui l’ignorent, INGENICO est une entreprise française qui a scellé, en juillet 2014, un partenariat avec la société privée algérienne HB TECHNOLOGIES, entreprise officiellement patenté receleuse des technologies de la biométrie et de solutions monétiques volées, en 1991, par la société française SAGEM-MORPHO-SAFRAN, au citoyen algérien que je suis.

    Je vais m’arrêter-là, parce que je sens la moutarde qui commence à me monter au nez et si je continu je risque de devenir cassant, blessant, sans toutefois en être diffamant, ce qui est un grand luxe dont je profite pour l’instant avec modération.

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, authentique inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA, les dossiers médicaux électroniques et j’en passe.

    Rapporter GUENZET SOFIANE mercredi 20 septembre 2017 20:52
  • L’info que je vais vous donner peut constituer un scoop au sujet du résultat du colloque franco-algérien sur la monétique et voici pourquoi :

    Selon le quotidien le soir d’Algérie du17/09/2017, une entreprise publique spécialisée dans l’installation des terminaux de paiement électronique (TPE) dans les commerces sera incessamment mise en place.
    Selon l’organisateur du colloque sur la monétique, Mr BOUALEM DJEBAR, président de l’association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), elle s’occupera de l’installation de ces appareils mais aussi du suivi et du conseil.

    Jusque-là rien d’anormal, sauf que le quotidien le Soir d’Algérie a occulté de signaler à ses lecteurs qu’à l’origine c’est à la société privée HB TECHNOLOGIES, crée en 2006, qui s’occupait de la commercialisation des TPE

    Question : pourquoi subitement la société HB TECHNOLOGIES est-elle écartée du marché des TPE ?

    Est-ce un retour en force des entreprises technologiques publiques au détriment du secteur privé, ou bien un pas en direction de la liquidation de la société HB TECHNOLOGIES, que j’accuse de concurrence déloyale et de recel de technologies volées, en 1991 par la société française SAGEM-MORPHO-SAFRAN I&S, au citoyen algérien que je suis ?

    Affaire à suivre.

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA, les dossiers médicaux électroniques et j’en passe

    Rapporter GUENZET SOFIANE dimanche 17 septembre 2017 22:06
  • Couscous que c''est que ce colloque traitant de la monétique française et où les grands groupes des technologies bancaires tels que GEMALTO et INGENICO et leur sous-traitant algérien HB TECHNOLOGIES sont absents ? !!!

    Allez comprendre quelque chose à ce colloque Algéro-français

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, authentique inventeur des technologies de la biométrie et du Système Bancaire Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE jeudi 14 septembre 2017 16:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.

« 300.000 transactions se font en crypto-monnaie chaque jour en Algérie » (CARE)

  L’on estime à 60 000  le nombre d’Algériens utilisant aujourd’hui la crypto-monnaie.