Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • samedi 11 novembre 2017 17:08

Pour NABNI, " dévaluer le dinar serait le meilleur moyen de réduire les importations "

Ce que propose le Think-Tank NABNI n’est pas une dépréciation brusque, ce qui affectera d’une manière directe les finances du pays. Par contre, il plaide pour un « glissement progressif et régulier ».

 

« Le meilleur moyen de réduire les importations est de dévaluer le dinar », a suggéré le Think Tank NABNI dans sa dernière contribution Plan d’Urgence 2018 pour éviter  le choc contre l’iceberg. « Car un dinar maintenu artificiellement fort est purement et simplement une subvention aux importations », estime le Collectif Nabni.

Cette question de la dépréciation de la monnaie nation a déjà fait objet d’un long débat national et les analyses diffèrent d’un expert à un autre. Selon la contribution de NABNI, « la Banque d’Algérie doit continuer dans cette direction pour progressivement arriver à une valeur d’équilibre qui corresponde à la nouvelle situation du prix du baril. L’écart entre le cours officiel et le cours parallèle du dinar témoigne de l’incongruité de la politique de taux de change. Par ailleurs, en sus de doper les importations, un dinar surévalué par rapport aux taux du marché parallèle incite à la fraude et au trafic ». La dévaluation a été entamée par la Banque d’Algérie depuis 2014, mais dans son fonctionnement cela a compliqué la vie des exportateurs et a permis aux importateurs de tirer leurs bénéfices en surfacturant les importations. Le phénomène n’est pas aussi marginal, car « il caractérise le fonctionnement de l’économie du pays ».

Cette procédure entamée par la Banque d’Algérie juste après le contre-choc pétrolier en 2014 n’était pas bien accueillie par tout le monde. Durant tout ce temps, la BA a s’est justifiée par « la volonté de l’Etat à encourager les exportations ».   L’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie, Baderddine Nouioua, a jugé, dans une interview accordée à TSA, que  « la Banque d’Algérie a contribué bêtement à déprécier le dinar ». Pourquoi ce jugement de la part de l’homme qui plaide toujours « à la convertibilité du dinar » ? Selon M. Nouioua « quand on déprécie une monnaie, c’est pour encourager les exportations et attirer les capitaux étrangers », alors que « nous n’avons rien à vendre à l’étranger en dehors du pétrole et du gaz ».  

Quel effet sur le Trésor public ?

Ce que propose NABNI n’est pas une dépréciation brusque, ce qui affectera d’une manière directe les finances du pays. Par contre, il plaide pour un « glissement progressif et régulier », et sans ignorer les effets négatifs sur le plan social, car « la dévaluation engendre un certain nombre de problèmes, notamment sociaux. L’Algérie importe une fraction importante des produits de base (comme les produits alimentaires). A salaires constants, une dévaluation a un effet mécanique de réduction du pouvoir d’achat des algériens, notamment les couches sociales les plus défavorisées. D’où l’urgence et de lancer un programme ambitieux de transferts sociaux ».

Pour ce qui est de l’effet sur le Trésor public, NABNI considère que cette solution va engendrer « des profits exceptionnels pour la Banque d’Algérie, qui sont ensuite transférés au Trésor sous forme de dividendes ». Comment cela est possible ? « La contrepartie en DA de nos réserves en devises augmente à mesure que le DA est dévalué, entrainant à chaque fois de la création monétaire mais sous forme de profits exceptionnels de la BA. Cela permet ainsi une sorte de financement monétaire du déficit budgétaire par la BA, sans contrepartie d’endettement » a expliqué NABNI dans son plan d’urgence.

Il rappelle enfin que « la Banque d’Algérie a déjà engrangé ces bénéfices au cours des dernières années en vendant ses devises aux importateurs à des taux de change bien supérieurs à ceux auxquels elle les a achetées à la Sonatrach (essentiellement). Ce flux de profits vers le Trésor se poursuivra tant que le dinar continue à se dévaluer (et que nous aurons des réserves de change suffisamment élevées…) ». 


Évaluer cet élément
(9 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Bonjour,

    Merci à Maghreb Emergent de continuer à publier les travaux de qualité de nos experts. Merci à Nabni de reprendre la parole et de reprendre les alertes et recommendations.

    Pourquoi pas une fois par mois ou même tous les deux un CPP-économique, invitant quelques journalistes économistes pour discuter du fond de ces différentes propositions et de ce que fait le gvt (entre les propositions de Mr Meddahi, celles de nabni et autres, il y a matière).

    Merci à ME !

    Rapporter BB lundi 13 novembre 2017 16:10
  • Enfin le retour de Nabni ! bravo et on attend la suite... Continuez à alerter et à proposer.

    Rapporter Lectrice de ME dimanche 12 novembre 2017 14:40
  • Mais bien sûr qu'il faut dévaluer le dinar et au maximum. C'est élémentaire. Nous avons déjà perdu beaucoup de temps et nous continuons à en perdre.

    Rapporter elhachemi dimanche 12 novembre 2017 09:49
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.