Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Septembre 2014

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 30 avril 2013 18:11

Algérie - Le groupe public Confection et Habillement a signé 2 pactes d'actionnaires avec le Turc Ringelsan

algérie textile habillementLe partenariat avec des opérateurs étrangers sauvera-t-il l’industrie publique du textile-habillement ?

En vertu des deux pactes d'actionnaires signés aujourd’hui entre le groupe public algérien Confection et Habillement (C&H) et la société turque Ringelsan, deux usines devraient être réalisées pour la production de différents articles d’habillement. 3.600 emplois sont attendus des deux projets qui seront localisés l’un dans la wilaya de Bejaïa, sur le site de l’entreprise Alcost, l’autre dans la wilaya de Relizane, sur le site de la société de bonneterie de Oued Mina.

 


Le ministre algérien de l’Industrie, Chérif Rahmani, a présidé aujourd’hui à Alger, la cérémonie de signature de deux pactes d'actionnaires entre le groupe industriel public Confection et Habillement (C&H) et la société turque Ringelsan, spécialisée dans la production d’effets de bonneterie, et ce, pour la production de vêtements de ville, de vêtements techniques et d’articles de bonneterie

Les deux sociétés mixtes créées à cet effet seront détenues à hauteur de 70% par le groupe public algérien relevant de la SGP-Industries manufacturières et à hauteur de 30% par son partenaire turc.

En vertu de ces pactes, deux usines devraient être réalisées l’une dans la wilaya de Bejaïa, l’autre dans la wilaya de Relizane. L’entrée en production devrait intervenir dès septembre 2013. Dotées chacune d’un capital social d’un milliard de dinars, elles devraient générer un nombre total de 3.600 emplois, selon le P-DG de C&H, Ahmed Benayad.

L’usine de Bejaia, qui sera réalisée sur le site même de la société L’Algérienne du Costume (Alcost), devrait produire des costumes, vestes, pantalons, manteaux et autres effets d’habillement. Elle aura comme objectif un chiffre d’affaires de 3,4 milliards de DA pour la première année de production et de 5 milliards DA dès la troisième année. Elle devra intégrer 2.300 employés dont 2.000 nouvellement recrutés. 50% de sa production seront destinés au marché national.

La seconde usine, qui devrait être installée sur le site de la société de bonneterie d’Oued Mina, dans la wilaya de Relizane, produira des sous-vêtements, chaussettes, polos, vêtements de sport et autres effets de bonneterie. Il en est attendu la création de 1.300 emplois, dont 1.000 pour des nouvelles recrues.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • On aimerait bien voir l interieur de l accord. Ca doit en fait ressembler a de la depense publique et il doit y avoir des contrats de fournitures a l armee ou l etat.

    Rapporter Moh mardi 30 avril 2013 20:44
Banner Campaign
Banner Campaign
Banner Campaign

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- La pollution industrielle menace de disparition 11 espèces de poissons parmi les plus consommés

Le président du Comité national des marins pêcheurs Hocine Bellout a fustigé la pratique consistant à aspirer l’eau de mer pour le refroidissement des moteurs. « L’eau chaude ainsi rejetée est responsable de la calcination du plancton, le premier maillon de la chaîne alimentaire marine », a-t-il expliqué rappelant que le cadre réglementaire en vigueur oblige les industriels à mettre en place...

840.000 Algériens ont quitté le pays sous Bouteflika contre 110.000 pendant la décennie 1990

Cet article du Huffington Post Algérie est une synthèse de données statistiques publiées par l'Office de la migration internationale des Nations unies. Contrairement à une idée reçue, le grand départ n'a-t-il pas eu lieu dans les années 1990 mais dans la décennie 2000 de Bouteflika. Toutefois, les années 90 ont bien été les déclencheurs d'un mouvement qui n'a pas été...

A l’approche d’Aïd Al Adha les autorités marocaines se montrent rassurantes sur l’état du cheptel

L'offre de bêtes à sacrifier pour l'Aïd El Adha est satisfaisante et l’état sanitaire du cheptel est ''bon'', assure le ministère marocain de l'Agriculture. Les transactions en vue de cette fête religieuse devraient porter sur quelque 8,5 milliards de dirhams.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6