Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Younes Saadi
  • mardi 12 septembre 2017 12:15

Algérie : Des entrepreneurs sous-traitants de l’ALRECC vont se remettre en grève de la faim

 Les entrepreneurs devant le siège de l'Alrecc en juillet 2017 (Ph Lynda Abbou)

Les entrepreneurs sous-traitants de l’Algérienne de réalisation et construction du centre (ALRECC), décident de reprendre leur grève de la faim pour exiger le payement de leurs factures cumulées entre 2011 et 2016.

 

 En colère contre la direction générale de l’ALRECC qui refuse toujours d’honorer ses engagements et le ministre de l’Habitant qui ne fait rien pour débloquer la situation, une cinquantaine d’entrepreneurs ont décidé d’entamer demain mardi, une grève illimitée de la faim, a-t-on appris d’un entrepreneur qui a requis l’anonymat. « Il nous reste que la grève de la faim pour faire entendre notre voix », indique notre source.

 « Nous avons épuisé en vain tous les recours légaux prévus par loi pour faire valeur nos droits. Nous avons même des décisions de justice en notre faveur qui n’ont rien changé à la situation puisqu’il ne reste plus rien à saisir dans les parcs et les comptes bancaires de l’ALRECC ».

 Déterminés à aller jusqu’au bout dans leur mouvement, les entrepreneurs en question comptent installer une tente devant l’entrée de la direction générale de l’ALRECC située à Oued Smar à Alger. « Nous resterons dans cette tente sans boire ni manger jusqu’à ce que nous obtiendrons gain de cause », promet notre contact.

 «Si nous ne réussirons pas à récupérer notre argent nous allons tout simplement dissoudre nos entreprises et laisser nos familles mourir de la faim », craint l’entrepreneur. « Nous avons des familles à nourrir, des travailleurs à payer, des charges fiscales et parafiscales à honorer avec cet argent bloqué sans aucune raison ».

 En plus de la grève de la faim, les protestataires pourraient décider d'autres formes d'action.  « Nous fermerons les portes du siège de la direction générale de l’entreprise », a-t-il indiqué avant déplorer l’attitude adoptée par le directeur général de l’ALRECC à leur égard.

« Au lieu de débloquer la situation, le directeur général nous a menacé de poursuites judicaire lors d’une réunion tenue dimanche avec lui », dénonce notre source. Une telle démarche ne ferra qu’à aggraver les choses, prévient-il.

 D’après lui toujours, les dettes de l’ALRECC envers les entreprises privées du secteur de BTPH s’élèvent à 3,8 milliards de DA. Incapable de réaliser tous les projets d’infrastructure et des logements que les institutions de l’État lui ont confiés, ALRECC a fait appel à des sous-traitants privés qui ont pris en charge la réalisation d’une partie de ces projets.

 « Nous avons réalisé avec succès des programmes de logements, des casernes et d’autres infrastructures publiques. C’est grâce à nous que ALRECC a honoré ses engagements envers les pouvoirs publics », précise notre contact.

 

 

LIRE AUSSI : Alger - Les entrepreneurs impayés par l’ALRECC en grève de la faim persistent : "Notre argent ou la mort!"


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • si la justice n a pas triomphé .c est que le niveau de corruption bas tout les records .les dirigeants doivent être mèche. avec cette entreprise .vue la qualite moral des elites d algerie ,ils leur restent plus que la mort et la justice divine .

    Rapporter kebbab yassine mercredi 13 septembre 2017 07:54
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?