Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Ahmed Gasmia
  • jeudi 14 septembre 2017 08:10

Algérie- EnR: "Il faut oublier ce projet de 4000 MW proposé par un ministre qui n’est plus en poste" - Mourad Louadah (FCE)

  

Mourad Louadah (FCE), avait prédit l’échec de l’appel d’offre pour la production de 4050 MW d’électricité en énergie solaire car surdimensionné. Il estime aujourd’hui que Boutarfa n’est plus en poste qu’il faut « l’oublier » et aller vers des projets de taille modeste de 500 MW.

 

 «Le projet de production de 4050 MW  d’électricité en énergie solaire, annoncé en décembre dernier, ne verra jamais  le jour principalement en raison de sa taille trop importante et du fait qu’il prévoit la production, à la fois, de l’électricité et des composants industriels» a  déclaré, à Maghreb émergent, Mourad Louadah, président de la commission des énergies renouvelables du Forum des chefs d’entreprise (FCE).

 En mars dernier, il avait déjà prédit l’échec de ce projet dont l’appel d’offres national et international devait être lancé en janvier puis en mars. Il ne l’est toujours pas à ce jour.

M. Louadah estime qu’il ne faut pas perdre de vue le fait que le vrai projet à réaliser soit celui des 22.000 MW, prévu dans le cadre du programme national du développement des énergies renouvelables qui inclut la production de 13000 MW en photovoltaïque et qui s’étale jusqu’en 2030.

 «Ce qu’il faut, dit-il, c’est oublier ce projet de 4000 MW qui a été proposé par un ministre qui n’est plus aujourd’hui en poste et de penser à lancer des projets de taille modeste, en moyenne de 500MW », explique-t-il.

`Le gouvernement a pris acte de l'impossibilité du projet

«Nous n’avons pas d’expérience dans  le lancement de projets aussi importants. Il nous faudra dépenser entre 4 et 5 milliards de dollars et attendre trois ans pour commencer à produire, or  en trois ans, les technologies du voltaïques auront évolué », ajoute M. Louadah qui rappelle que de trop grosses dépenses dans la conjoncture actuelle ne seraient pas un choix judicieux pour l’Algérie.

D’autre part, il se félicite du fait que le gouvernement « ait pris conscience de l’impossibilité » de lancer un projet aussi gros.« Il faut  préparer les entreprises algériennes à se lancer efficacement dans le domaine des énergies renouvelables. Et ce sera a à elles seules de choisir leurs partenaires étrangers. L’Etat ne devrait pas dépenser de l’argent mais seulement contrôler et acheter l’énergie produite », poursuit-il.

 «Je me réjouis aussi du fait que le Premier ministre ait changé de langage en parlant d’entreprises de droit algérien. Des termes qu’il n’employait pas avant », constate-t-il encore.Pour le président de la commission des énergies renouvelables au FCE, l’Algérie est en mesure de relever le défi et de réussir non seulement à produire du photovoltaïque en quantités suffisantes mais aussi d’en exporter.

 «Nous avons le temps car nous ne sommes pas un pays importateur d’énergie, comme c’est le cas de nos voisins », relève-t-il. Enfin, M. Louadah invite le gouvernement à encourager le montage et l’importation de véhicules hybrides en garantissant des avantages fiscaux aux entreprises qui se spécialisent dans ces créneaux. 


Évaluer cet élément
(7 Votes)

Laissez un commentaire



7 Commentaires

  • c'est débile de parler de la sorte pour un responsable soit-disant du FCE. Les projets aussi stratégiques ne disparaissent pas avec les changements d eministre, ils rentrent dans une stratégie nationale qui doit être appliquée quel que soit le responsable en place monsieur Louadeh! ça dénote vraiment du niveau qui rode au FCE , plus la chkara est pleine plus la cervelle est vide.

    Rapporter ZOUZOU mercredi 20 septembre 2017 13:00
  • On tourne en rond sur le solaire depuis maintenant une vingtaine d'années, lorsqu'elle défunt Desertec a été abandonne,et ,semble t il repris par le Maroc qui semble avancer rapidement sur le projet destiné à fournir de l'énergie propre au pays et a l'Europe .Poutant le dernier imbécile aura compris Que l'Algeriie dispose avec le Saharaet sa chaleur extrême d'un gisement énergétique inépuisable ..Ce n'est certainement pas avec des petits projets et et des tergiversations renouvelées que le pays révolutionnera son modèle énergétique .Au train où vont les choses, l'Algerie consommera a terme toute son énergie fossile,ne pourra plus rien exporter,et s'installera confortablement dans le club très ouvert des Pays les moins avancés .Depuis des années ,les gouvernements qui se sont succédés à la tête du pays n'ont rien fait et nous ont menti .malgre des effets d'annonces quasi quotidiens en attendant,le temps passe et le pays s'enfonce dans le chaos

    Rapporter Aomar Sebai dimanche 17 septembre 2017 09:19
  • C'est simplement la règle du bon sens qui doit prévaloir..On évitera une catastrophe économique gratuite.
    Outre le fait que les tailles de ces projets gigantesques (la mode du méga-projet a fait des dégâts énormes en terme de dépendance ) il y a lieu de revoir le système maintenance de nos installations et centrales électriques dont les dépenses faramineuses nous coûtent très très cher. Sonelgaz n'a pu capitaliser durant des décennies un savoir faire opérationnel fiable et s'est confortablement assise sur une routine et un laisser faire dommageables et dangereux..la gouvernance d'entreprise et l'efficacité économique sont en appel dans ce secteur.

    Rapporter afaf samedi 16 septembre 2017 06:55
  • Il faut impérativement demander des comptes pour avoir donner l'ordre de construire 12 centrales cycle combiné qui accusent un énorme retard ou qui n'arrivent pas à être mis sur le réseau.
    Un incompétent qui s'est entouré de ses copains

    Rapporter ravi jeudi 14 septembre 2017 20:55
  • Voila un fervant defenseur de l'import-import qui s'exprime clairement et ouvertement pour continuer a nous confiner dans cette situation de station de service ou le monde developpe vient faire le plein de petrole/gaz et en echange alimenter le gros tube digestif que nous somme. Ces gens la ne prennent pas le defits, ils n'en sont pas capables, ils sont trop habitués aux mangeoire.

    Rapporter Abdeslam Bouti jeudi 14 septembre 2017 16:25
  • Je ne sais pas quoi dire quand l'ignorance et mensonge "s’institutionnalise"
    500 MW n'est pas un projet modeste, c'est la taille des plus grandes centrales photovoltaïque au monde, et il n'y en a pas beaucoup.
    La plus grande d''ailleurs est celle qui a été construite en Inde en un temps record d'un an (648MW) et qui a détrôné celle de Topaz Farm - USA - (500 MW).
    Parler alors de 4000MW c'est l'histoire de celui qui raconte avoir pêché avec un poisson qui fait 20 mètres. Son pot lui propose sa gamelle qui fait 30 mètres...

    Rapporter derdour jeudi 14 septembre 2017 13:53
  • On gagne du temps.depuis 10 ans en retardant le solaire
    On n'est même pas au niveau de la Tunisie des années 90 puisque la législation algérienne n'autorise toujours pas le citoyen à installer des panneaux solaires chez lui avec compteur de reprise de l’excédent produit par le réseau Sonelgaz.
    Les employés du groupe Sonelgaz doivent payer leur factures d'électricité au même titre que ceux de Naftal ou Naftec qui paient leur carburant.
    Cela incitera peut être à des décisions raisonnables et raisonnées...

    Rapporter electriquementvotre jeudi 14 septembre 2017 08:59
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).