Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Algérie Presse Service
  • samedi 16 décembre 2017 17:42

Algérie : Ouyahia inaugure le complexe gazier Reggane Nord

Le complexe produira plus de huit (8) millions m3/jour de gaz et 148 barils/jour de condensat, sachant que la période du plateau de production est de douze (12) années, avec une moyenne de production de 2,7 milliards de m3/an.

 

Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a inauguré samedi à Adrar le nouveau complexe gazier Reggane Nord, un des premiers projets gaziers développés dans le sud-ouest du pays. Les travaux de ce projet énergétique, détenu par le groupement Reggane Nord (RGN) qui est une association entre le groupe Sonatrach et des partenaires Repsol (Espagne), RWE-DEA (Allemagne) et Edison (Italie), avaient été lancés en 2012 et ont été confiés à la compagnie Petrofac.

Le contrat signé avec Petrofac comporte la réalisation d’un centre de traitement de gaz, un réseau de collecte de gaz et une ligne d’expédition de gaz vers Hassi-R’mel sur 74 km. Le Groupement RGN est une association de type partage de production détenue par Sonatrach à hauteur de 40%, Repsol à 29,25%, Edison à 11,25% et RDE à 9,5%.

Le complexe produira plus de huit (8) millions m3/jour de gaz et 148 barils/jour de condensat, sachant que la période du plateau de production est de douze (12) années, avec une moyenne de production de 2,7 milliards de m3/an. Reggane Nord, dont le montant d’investissement et de développement s'est établi à 2,86 milliards de dollars, assure sa production à travers l’exploitation de dix (10) puits gaziers sur les 104 que compte le champ gazier de Reggane.

Les réserves du champ gazier de Reggane, englobant les gisements de Reggane Nord, Kahlouche, Kahlouche Sud, Sali, Tiouliline et Azrafil Sud-est, sont estimées à près de 88,6 milliards m3 dont 55 milliards m3 récupérables, selon la fiche technique du projet. Ce projet d’envergure aura un impact direct indéniable sur la dynamique de développement de la région et contribuera à l’absorption du chômage à travers les centaines d’emplois qu’il générera dans différents corps de métiers et dans les prestations de logistique nécessaires à ce type d’ouvrages énergétiques, explique-t-on.

Reggane Nord est l`un des premiers projets développés dans le sud-ouest de l`Algérie, une région qui contient d`importantes réserves gazières mais peu explorée jusqu`ici, alors que les grands gisements connus et exploités sont ceux situés dans le sud-est du pays.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...