Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Dr Tahchi Belgacem
  • samedi 21 octobre 2017 19:04

[Contribution]-Défis environnementaux du gaz du schiste : Du modèle américain à l’aventure algérienne (1ère partie)

En 1980, le gouvernement fédéral des États-Unis a introduit le crédit de la production du carburant alternatif à la législation, en vertu de l'article 29 de l'Internal Revenue Code.

 

Celui-ci prévoyait un crédit d'impôt sur le revenu pour le pétrole et gaz produits à partir des ; schistes, sables bitumineux, saumures géo-pressurées, les couches de charbon, formations serrées ou tight ou de la biomasse sous ses formes liquides, carburants de synthèse gazeux ou solides produits à partir du charbon; combustible de bois transformé; et de la vapeur à partir de sous-produits agricoles solides. Le crédit d'impôt a été fixé à 3 $ par bep, à condition que le prix du pétrole reste inférieur à 23,50 $, avec des réductions pour des prix au dessus de 29,50$,au delà les crédits cessent. Initialement,le crédit a été mis en concurrence de 1980 à 1989, mais il a ensuite été prolongé à deux reprises jusqu'à la fin de 1992.

Cette démarche a marqué l'essor de l'industrie de gaz de schiste, aux Etats-Unis, qui était presque inexistante jusque-là. L'impact de ce crédit sur l'industrie américaine du gaz naturel a été profond et durable, en fournissant une production notable et soutenue à partir de formations de gaz naturel non-conventionnel.

La proportion de la production américaine totale de gaz naturel issue des formations non-conventionnelles a augmenté de 13,4% à 44,2% en un temps record. Cette proportion a été dopée principalement par le gaz de schiste. Cet essor n’est-il pas sans risque pour l’environnement en général et pour les eaux souterraines en particulier ? Dans quelle mesure l’Algérie peut-elle devenir un futur exportateur de gaz de schiste.

 

  1. Nuisances environnementales, la boite noire
  • Du gaz au détriment de l’eau, quel prix ?

Parmi les points qui ont suscité le plus de polémique dans l’extraction du gaz du schiste c’est l’ultra-consumérisme de l’eau. En effet, les travaux de forage avec fracturation hydraulique  d’un  puits  horizontal  de  gaz  de  schiste  nécessitent  entre  11  millions  et  15 millions[1]de  litres  d'eau.  Vu que  le  développement  du  gaz  de  schiste  est  nouveau  dans certaines  régions,  les  besoins  en  eau  des  ces  infrastructures  peuvent  être  source  de contestation.

L’eau est soit prélevée de la surface, cours d’eau ou eau stagnante, ou à partir des nappes souterraines qui peuvent être fossiles dans certaines régions. Les entreprises d’exploitation emploient également des solutions de rechange, comme faisant usage de variations saisonnières du débit du fleuve pour capter l'eau lorsque le débit d'eau de surface est au plus fort de la saison.  Cette utilisation permet dans les zones à moyenne et forte pluviométrie une planification des prélèvements pour éviter un éventuel dérèglement sur l'approvisionnement des riverains, mais qu’en est-t-il des zones désertiques, telles que le Sahara algérien ?

  • Gestion des résidus de boues, le point de désaccord

ü  Pendant les travaux de forage

Un puits de gaz de schiste génère une variété de fluides résiduaires sur les lieux. Pendant les travaux de forage, la boue qui en résulte ainsi que la bouture saturée produite doivent être gérées sur les lieux.  Par ordre de grandeur, le volume de boue correspond à peu près à la taille du puits foré majoré à 20% si on ajoute un coefficient de foisonnement de 1,2.

Certes, un puits horizontal peut générer deux fois plus de déchets qu'un forage vertical, mais  toutefois, comme indiqué ci-dessus, un puits horizontal remplace quatre verticaux. Les déchets de forage sont gérés sur site, soit dans des fosses ou dans des cuves en acier. Chaque fosse est conçue de telle manière à éviter toute contamination des ressources vulnérables d’eau qu’elles soient surfaciques ou souterraines. La problématique majeure est qu’elles défigurent le paysage. Vu le temps qu’elles prennent pour sécher, les boues stagnées représentent un risque supplémentaire de perturbation du cycle écologique de la zone.  Les réservoirs en acier peuvent être des alternatives pour stocker la boue de forage dans certains environnements sensibles mais ce n’est pas la solution idéale. 

Certes, le développement des forages horizontaux a le pouvoir de réduire le nombre de site sains et que de les regrouper de sorte que la gestion des installations telles que les bassins de stockage peut être mutualisée afin de les utiliser pour plusieurs puits, mais cela reste conditionnée à un groupement, ce qu’il n’est pas toujours le cas.

ü   -Déchets, gestion post- fracturation

Après l’application de la de fracturation hydraulique et lorsque la pression de pompage commence à décroitre, les fluides à base d’eau de commencent à refluer à travers le tubage du puits. Cette eau est appelée eau de reflux et se compose de fluides de fracturation ainsi que des constituants issus de la formation elle-même. Lamajorepartiedesrefluxd’eauestproduiteenunlapsdetempsdequelques heures à quelques semaines.

Dans les différents bassins et gisements de gaz de schiste,

Le volume d'eau reflux peut représenter moins de 30% à plus de 70% de la quantité initiale d’eau de fracturation. Dans certains cas, la production de l'eau de reflux peut se poursuivre pendant plusieurs mois après la production de gaz de schiste. L’opérateur de gaz de schiste gère l'eau produite à travers une variété de mécanismes, incluant : l’injection souterraine, épuration et le recyclage. L'injection souterraine n’est pas possible dans tous les cas, vu qu’il doit y avoir une formation poreuse et perméable, capable de recevoir les fluides injectés, poche de la zone du puits.

ü         Fracturer dans des milieux habités, l’audace industrielle

L'exploitation pétrolière et gazière a toujours attiré l'attention du public à travers des organisations non gouvernementales (ONG) et divers groupes environnementaux locaux engagés dans leurs missions qui se sont fixées à savoir la protection de l'environnement. Ces partis ont publié des études approfondies sur implications environnementales et les risques potentiels du pétrole et de gaz de schiste. Toutefois, avec l'expansion rapide de la production de gaz de schiste en particulier dans les zones densément peuplées, l'inquiétude s’est dessinée dans l’esprit des citoyens qui se sont constitués en communauté et groupes environnementaux enquête d'informations et de réponses à leurs déboires. Internet et les organes de presse locaux ont joué un rôle important dans la mesure où ils véhiculent leurs droits à l’information.

Aux Etats-Unis, l'inquiétude du public pour l'utilisation de l'eau dans le Barnett Shaleaucours de la sécheresse de 2005-2006 a incité l’organisation du Comité de conservation et de gestion des eaux de Barnett Shale, composée de représentants de l'industrie, à réaliser une étude détaillant la consommation d'eau de fracturation hydraulique dans la région, faisant de même que le Texas Water Development Board. D’autres cas font aussi craindre une avancée de plus en plus audacieuse vers des zones à forte urbanisation dans les États Pennsylvanie, de New York ou l’Ohio qui couvre  les Schistes ou bassin de Marcellus qui ont provoqué  des secousses dans des zones habitées.

Tahchi Belgacem

Ph.D Géographie politique

Université de la Sorbonne Paris IV Mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 



[1]DansunerégionaussipauvreeneauquelaMENAetavecunemoyennede50litres/jour/personne cettequantitépeutassureruneautonomied’unvillagedequelques800personnessuruneannée


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.