Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Lynda Abbou
  • dimanche 12 novembre 2017 18:56

Algérie : 900 milliards de DA seront mobilisés pour prendre en charge les dettes de Sonatrach

Le Gouvernement expliquait que la planche à billet servirait à prendre en charge les titres du Trésor émis au profit de la Sonatrach en compensation du différentiel sur les prix des carburants importés.

 

Pas moins de 900 milliards de DA seront mobilisés pour la prise en charge les dettes de Sonatrach. C’est ce qu’a déclaré le ministre des Finances Abderrahmane Raouya, à l’occasion de la présentation ce dimanche du projet de loi des Finances 2018, lors d`une séance plénière de l`Assemblée populaire nationale (APN), présidée par le président de cette institution parlementaire Said Bouhadja.

Le ministre n’a pas donné plus de précisions. Mais il s’agit, vraisemblablement, des montants qui seront mobilisés, dans le cadre du recours au financement non conventionnel, pour notamment éponger les dettes du groupe public, résultant de la subvention des carburants importés. Dans l’exposé des motifs accompagnant le projet de loi portant amendement de la Loi sur la Monnaie et le crédit qui a institué le financement non conventionnel, il précisé que ces dettes seront prises en charge dans ce cadre.

Le Gouvernement expliquait que l’objectif de cet amendement est d' « autoriser la Banque d’Algérie, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à procéder à l’achat direct de titres émis par le Trésor ». Il s’agit de « couvrir les besoins de financement du Trésor, de financer le remboursement de la dette publique interne, et ce, en particulier, les titres de l’emprunt national pour la croissance levé en 2016, les titre du Trésor émis en contrepartie du rachat de la dette bancaire de Sonelgaz et les titres du Trésor émis au profit de la Sonatrach en compensation du différentiel sur les prix des carburants importés et de l’eau dessalée ».

Le différentiel entre le prix du carburant importé et son prix à la pompe, pris en charge jusque-là par le Trésor public, est converti, au moment de l’assèchement des ressources financières, en dettes sous forme de bons de Trésor que détient la Sonatrach.

La consommation nationale en carburants a connu une augmentation annuelle de 7% ces dix dernières années. L'Algérie importe annuellement 3 millions de tonnes d'essence et de gasoil. Une facture qui s’élève à plus d'un (1) milliard de dollars/an, selon les chiffres du ministère de l’Energie.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • dettes AUPRES de SONATRACH ou créances détenues par SONATRACH ?

    Rapporter zoo lundi 13 novembre 2017 10:45
  • Pourquoi nos enfants et nos petits enfants devraient ils payer notre gaspillage d'énergie?

    Rapporter Moh lundi 13 novembre 2017 06:10
  • C'est dommage, le Pr Meddahi a expliqué sur ME que c'est surtout ce qu'il ne faut pas faire...

    Rapporter De Omni dimanche 12 novembre 2017 20:44
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.