Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Xinhua
  • vendredi 13 avril 2018 14:40

La Tunisie espère récupérer le rang de premier exportateur sud-méditerranéen vers l'UE (Chahed)

Une feuille de route économique du gouvernement prévoit que 20% des exportations industrielles tunisiennes seraient à contenu technologique, contre 15% en 2017.

 

La Tunisie est en mesure de récupérer sa place comme étant le premier exportateur sud-méditerranéen envers l'Europe à l'horizon 2020, a déclaré jeudi le Chef du gouvernement tunisien Youssef Chahed. Il a précisé que les exportations industrielles tunisiennes ont dépassé 31 milliards de dinars (environ 12,4 mds USD) depuis janvier 2017 et jusqu'à présent, et devraient dépasser la barre de 47 milliards de dinars (18,8 mds USD) en 2020.

"Nous sommes capables de remplir cet objectif grâce à des mesures que le gouvernement a engagé, outre la reprise de l'économie nationale avec, notamment, 1,9% de croissance en 2017, ainsi que la récupération de la productivité et l'esprit ambitieux de nos entreprises industrielles", a indiqué M. Chahed en marge d'une conférence nationale sur l'industrie et les petites et moyennes entreprises. Selon lui, une feuille de route économique de son gouvernement pour la période à venir prévoit que 20% des exportations industrielles tunisiennes seraient à contenu technologique, contre 15% en 2017.

"Nous estimons arriver à environ trois milliards de dinars (750 millions USD) d'investissements industriels réalisés à l'horizon 2020 contre 2,2 milliards de dinars (550 millions USD) pour l'exercice 2017", a dit le chef du gouvernement tunisien. Il a aussi assuré que le secteur industriel tunisien avait l'ambition de favoriser pas moins de 58.000 emplois en 2020.

Une enveloppe de 400 millions de dinars (environ 100 millions USD) a été débloquée cette année pour un plan triennal, en faveur de 600 PME désireuses de réaliser leur mise à niveau financière, a ajouté M. Chahed. Il a annoncé à cette occasion le lancement d'un projet pilote, qui accompagnera 50 entreprises actives dans des secteurs innovants.

De plus, "Tunis Technology City" est un projet qui couvrira 500 hectares, dont 250 hectares au service de l'industrialisation et aux composants automobiles.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie: Grève générale dans tous les ports du pays les 26, 27 et 28 avril

  Cette décision a été prise à l’unanimité par le bureau exécutif élargi de l’UTICA consacré à l’examen du dossier des entreprises spécialisées dans l’amarrage, le désamarrage et la protection des navires ainsi que des différentes préoccupations des professionnels.

Algérie: le coût de réalisation des logements dans le Sud supérieur de 20% à celui des autres régions du pays

Le coût de réalisation d'un logement au Sud est estimé à 43.000 DA/m², contre 36.000 DA/m² dans les autres régions du territoire national.

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).