Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   TAP
  • mardi 14 novembre 2017 14:41

Tunisie : « Une taxe de 3 dinars sur chaque nuitée d’hôtel, mauvaise pour les affaires » (FTH)

La FTH suggère la révision du système d’incitation fiscale pour faire bénéficier les institutions d’hébergement touristique.

 

L’institution d’une taxe de 3 dinars sur chaque nuitée passée dans un hôtel, au profit du budget de l’Etat, inscrite dans le cadre du projet de loi de finances 2018 (PLF), renforcera davantage la crise financière que vivent le secteur touristique et les unités hôtelières, estime la Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH).

Intervenant lors d’une séance d’audition tenue, lundi 13 novembre, par la Commission des finances, de la planification et du développement de l’assemblée des représentants du peuple (ARP), le président de la FTH, Khaled Fakhfakh, a indiqué que les unités touristiques vont supporter cette taxe, car les contrats signés avec les agences de voyages s’étalent sur une ou deux ans et leurs montants sont fixés d’avance.

Pour le responsable, l’article 50 du PLF ne renforce pas la justice fiscale car il ne prend pas en considération les spécificités de chaque institution, notamment son classement, son emplacement géographique et l’importance des travaux tout au long de l’année.

La FTH appelle à supprimer la taxe sur la consommation de boissons alcoolisées et propose d’augmenter les droits annuels des licences d’alcool. Elle suggère la révision du système d’incitation fiscale pour faire bénéficier les institutions d’hébergement touristique.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • c est pour sucer les alge-riens

    Rapporter hagani mardi 14 novembre 2017 16:42
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.