Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   TAP
  • mercredi 8 novembre 2017 09:19

Tunisie: L’augmentation du prix du pétrole aura un impact négatif sur le budget (Khaled Kaddour)

Le projet de la LF 2018 prévoit déjà une hausse des prix des hydrocarbures, de l’électricité et du gaz, de manière à drainer des recettes supplémentaires.

 

L’augmentation du prix du baril de pétrole de 54 à 64 dollars, enregistrée dernièrement, aura un impact négatif sur le budget de l’Etat, a affirmé, mardi, le ministre de l'Energie, des Mines et des Energies renouvelables Khaled Kaddour.
Il sera difficile d’établir les équilibres financiers, durant l’année prochaine, a-t-il indiqué, dans une déclaration à l’agence TAP, en marge de la signature d’une convention de financement de deux projets relatifs à la promotion des toits et des bâtiments solaires, tenue au siège de la STEG.
Et de préciser, à ce titre, ” qu’une augmentation d’un dollar du prix du baril de pétrole représente un surcoût de 120 millions de dinars (MD) pour le budget de l’Etat et que toute hausse de 10 millimes dans le taux de change du dollar coûte à l’Etat tunisien 30 millions de dinars “.
Pour le ministre, la révision du projet du budget pour l’exercice 2018, pour prendre en considération l’évolution du prix du pétrole est improbable, rappelant que les projets du budget et de loi de finances 2018, sont déjà soumis à l’ARP.
Concernant la production nationale du pétrole, Kaddour a fait savoir qu’elle a atteint à la fin octobre 2017, 45 mille baril/ jour, soulignant que les perturbations enregistrées dans les champs pétroliers, ont été surmontées et que la production pétrolière a repris au même niveau enregistré au début de l’année.
Cependant, Elle demeure toujours faible, comparativement à 2010 ce qui ne manque pas d’avoir un impact négatif sur la balance énergétique, a-t-il dit, notant en outre, que seuls deux permis de prospection de pétrole ont été accordés, en 2017, après la suspension de l’octroi de permis de prospection depuis 2013.
Pour ce qui est de la révision des prix des hydrocarbures et de la tarification de l’électricité et du gaz, prévue dans le projet de la loi de finances 2018, il s’est contenté de souligner que cette révision s’inscrit dans le cadre du mécanisme d’auto-régulation trimestrielle qui a été mis en place en 2016.
Par ailleurs, il a fait savoir que l’augmentation de 10 dollars dans le pris du pétrole aurait des répercussions sur les prix de l’électricité et du gaz, étant donné qu’ils sont produits à partir des hydrocarbures “, a-t-il noté, précisant que les décisions d’augmentation des prix de ces deux matières sont prises par la présidence du gouvernement.
A cet égard, le projet de la LF 2018 prévoit déjà une hausse des prix des hydrocarbures, de l’électricité et du gaz, de manière à drainer des recettes supplémentaires à hauteur de 700 MDT.
S’agissant de la production de phosphate, elle a évolué de 30%, à la fin d’octobre 2017, pour atteindre 3,8 millions tonnes, en comparaison avec la même période de l’année écoulée, drainant des recettes de l’ordre de 500 millions de dollars (environ 1200 MD), selon le ministre .
” Cette production, qui s’élèverait à 4,5 millions tonnes à la fin de cette année, elle demeure toujours au deçà du niveau réalisé en 2010 (environ 8 millions tonnes) “, a-t-il indiqué, ajoutant que ” l’objectif tracé pour 2018 porte sur la production de 5,5 millions tonnes”.
Rien pour que cette année, les pertes causées par le blocage de la production de phosphate ont atteint plus de 1 milliard de dinars alors que le blocage de la production de pétrole a couté, au pays 926 MDT

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.