Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • dimanche 22 octobre 2017 09:31

Tunisie- Les taxes proposées par la LF 2018 risquent de pénaliser tout le secteur touristique (FTH)

La réactivation du timbre de 30 dinars à la sortie du territoire qui devra être payée par les ressortissants étrangers hors maghrébins, rapporterait plus à l’Etat que la taxe de 3 dinars sur la nuitée, selon le président de la FTH.

 

La Fédération tunisienne de l’hôtellerie (FTH)  a été surprise par les dispositions du projet de la loi des finances régissant le secteur touristique, lesquels proposent des taxes qui pénalisent tout le secteur et surtout les contribuables qui s’acquittent convenablement de leurs impôts, notamment les salariés et les entreprises organisées. C’est ce qu’a indiqué le président de cette organisation Khaled Fakhfakh dans un entretien à l’agence TAP.

Selon ce responsable, la FTH a donné une contre-proposition à la taxe de 3 dinars imposée sur la nuitée. « Ce n’est pas le bon moment pour instaurer cette taxe qui devra concerner toutes les nationalités. Il serait plus judicieux d’en discuter en 2018 et de l’appliquer l’année suivante. En revanche, la réactivation du timbre de 30 dinars à la sortie du territoire qui devra être payée par les ressortissants étrangers hors maghrébins, rapporterait plus à l’Etat, soit près de 90 MD alors que la taxe de trois dinars sur la nuitée ne permettra que des gains de 65 MD », a-t-il expliqué.

Aussi, le projet de loi de finances 2018 impose une hausse des droits de consommation sur l’alcool, laquelle profitera, selon lui, «  aux circuits de vente du marché parallèle ainsi qu’une autre taxe de 1%, appliquée sur tout règlement, de plus de 5 mille dinars, effectué en espèce ». « Il faut identifier d’autres alternatives à cette taxe, d’autant plus que les clients algériens, libyens et tunisiens paient en espèce », a-t-il ajouté.

Ainsi, la FTH considère que l’imposition d’une contribution sociale prévue par le projet de la loi des finances de 2018 et devant concerner les personnes physiques et morales est « inadmissible ».

Reprise et manque à gagner

Sur l’avenir du secteur touristique, le président de la FTH affirme que la reprise du secteur est confirmée. Toutefois, ajoute-t-il, « le manque à gagner, en termes de variation de change est terrible ». Selon ses chiffres, le tourisme tunisien a généré, au cours des neuf premiers mois de 2017, des recettes touristiques de l’ordre de 2,1 milliards de dinars, l’équivalent de 727 millions d’euros, alors qu’en 2014, les recettes se sont élevées à 3,6 milliards de dinars, soit 1,6 milliard d’euros, avec un taux de change euro/ dinar, pendant cette période, de 2,27dt. Les nuitées ont atteint 15 millions au cours des neuf premiers mois de 2017 contre 18 millions en 2016, 29 millions en 2014 et 35 millions de nuitées en 2010.

En ce qui concerne les arrivées, la Tunisie a accueilli 5 millions 300 mille touristes au cours des neuf premiers mois de 2017, soit le même niveau que l’année 2015. En 2014, le flux touristique s’est élevé à 7 millions 200 mille touristes, donc tous ces indicateurs sont les prémices d’une reprise en 2018 et nous sommes optimistes pour la réalisation des mêmes chiffres qu’en 2014.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.