Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 16 Septembre 2014

  •   Aymen Zitouni
  • lundi 11 mars 2013 19:00

Siemens Algérie lance un centre de formation "Sitrain" pour le transfert du savoir-faire

Siemens Algérie Formation Sitrain

 

Le géant allemand Siemens s’engage dans le transfert du savoir-faire en Algérie. Il vient de lancer un centre de formation "Sitrain" à Alger pour accompagner ses clients dans la maitrise de la technologie Siemens notamment dans le domaine orienté vers l’automation industrielle.

 

 

Siemens Algérie a inauguré ce lundi son centre de formation "Sitrain" destiné à accompagner ses clients dans la formation sur ses propres produits. Ce centre a été agréé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique le 4 février dernier, a précisé Sofiane Galou, responsable formation au sein de Sitrain. Le centre Sitrain offre des formations sur toutes les gammes de produits Siemens de la division "Industry Automation and Drive technologies", tel que "les automates programmables SIMATIC S7, entrainements à vitesse variable, communication industrielle SIMATIC Net, interfaces Hommes/machine SIMATIC HMI, Système de conduite des process PCS7, ainsi que de nombreuses autres formations spécifiques", selon un document remis aux journalistes lors de la visite du centre. La formation peut se dérouler sur site ou en face to face dans les locaux du centre. Le coût d’une telle formation varie de 50.000 à 55.000 DA par personne, a indiqué le responsable, qui assure que les mêmes méthodes sont utilisées chez Siemens Allemagne ou Siemens France.

"Les formations sont devenues indispensables", affirme Meriem Boumediène, responsable marketing et relations publiques, pour qui Siemens est peut-être le précurseur en matière de transferts du savoir-faire puisqu’elle s’est mise à former ses clients depuis plusieurs années. "On a forcé la main à la maison-mère pour pouvoir former nos clients en Algérie dès 1998", dit-elle. Mme Boumediène a également indiqué que l’idée de création d’un centre de formation a germé depuis 2007, et avec la mise en place du Master Automation Industries et Process, durant l’année universitaire 2008/2009. Ce Master, mis en place par la division Industry Automation de Siemens, en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur, et l’Université des sciences et des Technologies Houari Boumediène (USTHB), est actuellement à sa cinquième promotion, a précisé Mme Boumediène. Siemens met à la disposition de l’USTHB des automates sur lesquels les étudiants peuvent être formés, et participe à l’élaboration des programmes d’enseignement et leur mise à jour. Les majeurs de promotions sont généralement recrutés par Siemens Algérie à l’image de Anissa Bousabaa devenue responsable de la division Industry Automation.

 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • salam
    je vous prie de bien vouloir m'envoyer les details, la duree et le coût de cette formation.

    Rapporter abid abdelkrim samedi 5 juillet 2014 10:30
  • Bonjour,
    je desirerais profiter de la formation acceleree concernat la programmation des automates que dispense votre etablissement.
    je vous prie de bien vouloir m'envoyer les details, la duree et le coût de cette formation.
    Mes coordonnées : Mr idjeraoui djamal (bejaia)
    E-mail : idjelec@gmail.com

    Rapporter IDJERAOUI jeudi 22 mai 2014 13:32
Banner Campaign
Banner Campaign
Banner Campaign

A ne pas manquer

Prev Next

L’Algérie renégocie les termes des accords sur les projets pétrochimiques « énergétivores »

Sonatrach a commencé à revoir un à un les accords conclus avec les partenaires étrangers dans le domaine de production des fertilisants. Objectif :obtenir des prix plus rémunérateurs pour une matière première qui peut représenter jusqu’à 85% de la valeur du produit final.

L’Etat algérien a-t-il surpayé la «nationalisation» d’El Hadjar ?

  En 2012, l’ensemble des titres d’ArcelorMittal dans le complexe sidérurgique d’El Hadjar (70%) valait à peine 19 millions de dollars américains (USD). Cevital avait offert 23 millions pour les acquérir. Mais, le gouvernement aurait  tout fait capoter avant de faire une offre beaucoup plus intéressante pour le groupe de   Lakshmi Mittal.

L’article 87 bis, combien ça pourrait coûter ?

  L’abrogation de l’article 87 bis devrait avoir  des conséquences macroéconomiques en chaine aussi bien  sur le budget de fonctionnement de l’Etat que sur les entreprises du secteur économique .Les économistes signalent que les conséquences devraient aussi concerner nos équilibres financiers extérieurs devenus très fragiles depuis la fin de l’année dernière.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6