Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 13 juin 2018 19:57

Le E-Commerce avec paiement en ligne coûte cher aux web-marchands

Certaines conditions d’éligibilité pour lancer un site web-marchand avec paiement en ligne sont rédhibitoires et ne facilitent pas la tâche aux entrepreneurs du e-commerce. « Les coûts d’installation dépassent les 500 000 DA avec une obligation d’hébergement en Algérie et en .DZ, ne sont pas de tout rentable pour les jeunes startups » a déclaré à Maghreb Emergent, Samir Bouazabia, manager du site web marchand Batolis.com, lors du lancement, dimanche dernier, de la caravane « Génération Digital » pour la promotion du paiement électronique.

 

Selon ce professionnel du commerce électronique, « l’ensemble des sites existants actuellement ne proposent pas le paiement en ligne, sauf les grands facturiers de services. La nouvelle loi qui vient d’arriver nous donne en théorie un statut de vrai web-marchand et en plus éligibles vis-à-vis de la loi et reconnu en tant que tels ».

Pour M Bouazabia  « maintenant que cette loi est bien effective et publiée dans le journal officiel, nous allons commencer nos démarches auprès des banques pour voir les procédures d’intégration du paiement en ligne sur notre plateforme Batolis ».

Insistant sur les « coûts d’installation très élevés et qui n’encourages pas les startups du e-commerce », Samir Bouazabia a déclaré que « pour nous, ce n’est pas intéressant de se précipiter à lancer quoi que ce soit maintenant, en attendant  que ces offres de la part des organismes publiques se démocratisent ».

Pour ce qui est du paiement sur TPE, « les opérations de distribution sont en cours et notre Site possède deux. On ne paye aucun sou sur le fonctionnement. Sauf les taxes sur les opérations, qui sont de l’ordre de 2 Da par opération de moins de 2000 DA et de 6 DA pour les opérations supérieurs à 2000 DA », a indiqué Samir Bouazabia.

" Il y aura prochainement une subvention accordée aux jeunes startup du e-commerce et les différentes institution concernée (GIE Monétique et la SATIM), à condition de respecter le délai de 6 mois pour héberger les plateformes dans des serveurs en Algérie » précise-t-il.

Le fondateur de la plateforme e-commerce Batolis.com, n’a pas manquer l’occasion pour exprimer son optimisme vis-à-vis de l’opération « génération Digital » pour la promotion du paiement électronique (en ligne et TPE) et appeler tous les citoyens à sortir leurs cartes et à les utiliser ».

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.