Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • lundi 12 février 2018 18:39

L’Algérie veut réduire les coûts de transport de marchandises en stimulant l’investissement (ministre)

L’Algérie a investi environ 40 milliards de dollars depuis 1999 dans les infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires.

 

« Les frais de transport représentent actuellement 35% de la valeur des produits commerciaux. L’Etat s’est fixé comme objectif de réduire les frais de transport à 15% à l’horizon 2025 », a déclaré lundi le ministre des travaux publics et des transports, Abdelghani Zaalane à l’ouverture du 5ème salon international des transports, de la logistique et de la mobilité à la safex, à Alger.

Abdelghani Zaalane a souligné que son département a commencé à recevoir les dossiers des opérateurs voulant investir dans le fret maritime et cela « va booster l’activité des plateformes de logistique locales ». Il a annocé que le centre de fret de Biskra est fin prêt à l’activité et celui d’El Oued sera réceptionné prochainnement. « Mais pour valoriser ces deux réalisations, il faut intensifier le transport vers ces régions pour les approvisionner en marchandise», a-t-il ajouté.

Le ministre a aussi souligné que « le développement des services de logistique routière, maritime et aérienne renforce la chaîne de distribution et va sûrement impacter les coûts de production de la marchandise et les conditions de son transport ». Il a également insisté sur le besoin urgent du pays en  plateformes de distribution susceptibles d’accompagner l’activité industrielle et commercial intenses que connait le pays actuellement. Il a donné, comme exemple, les plateformes de distribution de produits agricoles, les plateformes proches des zones industrielles et les plateformes maritimes.

Pour rappel, l’Etat a investi environ 40 milliards de dollars depuis 1999 dans les infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires. Cette activité représente chaque année environ 3% du PIB.

Le salon international des transports, de la logistique et de la mobilité a accueilli cette année 100 exposants nationaux et internationaux et a invité d’honeur, les Pays-bas. Plusieurs conférences seront animées durant le salon et porteront sur les thématiques des transports férrovière et maritime.

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

"Il faut poursuivre les réformes engagées au début des années 2000"-Temmar

A ne pas manquer

Prev Next

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".

Condor annonce sa participation pour la troisième année consécutive au MWC 2018

Condor fera découvrir aux visiteurs du Mobile World Congress de Barcelone son nouveau Smartphone Allure M2.  

Bouteflika prêche une "conduite patriotique économique offensive, loin du protectionnisme stérilisant"

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a appelé samedi à une "conduite patriotique économique offensive" en vue de moderniser l'industrie locale et conforter les entreprises publiques et privées.