Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Karim Sabeur
  • mardi 14 novembre 2017 16:07

Algérie: « Le gouvernement compte maîtriser davantage l’inflation » (Raouia)

Une inflation de 5,5 % est prévue en 2018 et qui baissera à 3% en 2020, selon le ministre.

 

Lors des réponses du gouvernement aux préoccupations des députés à l’issue des débats sur la loi de finances de 2018, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia a réaffirmé ses engagements sur de nombreux aspects à l’économie nationale et il a notamment mis l’accent sur l’investissement productif.

Selon le ministre, l’objectif du gouvernement dépasse ce dernier élément et vise aussi une maîtrise des dépenses et une diversification de l’économie tout en maintenant la politique sociale du gouvernement.

Le ministre a souligné qu’il a enregistré que les interventions des députés ont mis l’accent sur la protection de l’économie nationale. Il a répondu en maintenant que le recul des prix du pétrole impose de poursuivre les efforts pour réduire le déficit budgétaire sans toucher en rien le pouvoir d’achat des ménages.

Le ministre considère qu’il est nécessaire de rappeler que le projet de loi de finances émane des choix du plan d’action du gouvernement visant les objectifs d’une meilleure gestion des impôts et l’accompagnement des investissements ainsi que la promotion de la production nationale et les exportations hors hydrocarbures.

Le ministre considère que les agrégats économiques, la réforme bancaire et le foncier ont été, « à juste titre », parmi les préoccupations des députés. A ces derniers, il envoie quelques messages positifs considérant qu’un taux de croissance de 4% est prévu par la loi. Divers secteurs vont y contribuer, selon lui, comme le commerce, les hydrocarbures et les travaux publics « grâce à une hausse prévue des dépenses ».

Le ministre a fait référence aux prévisions des institutions internationales, comme le FMI, qui pourrait revoir ses analyses en faveur de l’Algérie après avoir recueilli des informations sur l’état de l’économie du pays.

Une économie toujours dominée par les hydrocarbures dans un contexte où le marché pétrolier est considéré comme « perturbé à cause des éléments géostratégiques et à cause de la production de l’énergie non conventionnelle », selon le ministre. 

Ce dernier a aussi souligné que le gouvernement compte maîtriser davantage l’inflation source de la dégradation du pouvoir d’achat. Une inflation de 5,5 % est prévue en 2018 pour baisser à 3% en 2020, selon lui.

Abderrahmane Raouia revient aussi sur le sort de Sonelgaz et de Sonatrah disposant, selon lui, de plans d’investissements qui vont dynamiser davantage l’économie.

En ce qui concerne les banques, il promet qu’elles vont poursuivre l’octroi de crédits aux entreprises dans l’objectif de générer davantage de revenus pour l’Etat à travers la fiscalité en évitant d’opter pour des impôts touchant directement les couches nécessiteuses.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.