Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Amar Ingrachen
  • lundi 13 novembre 2017 09:45

Algérie:« Le FNI devrait être exclu du financement non-conventionnel » (Nour Meddah)

 

Selon M. Meddahi, « le FNI devrait financer ses investissements en vendant certains de ses actifs comme sa participation dans le groupe Djezzy ».

 

Nour Meddahi, qui a été l’un des rares experts à défendre le recours à la planche à billet persiste à croire que cette option, à condition qu’elle soit adossée à des réformes structurelles profondes, tient la route. Toutefois, sur la question du financement conventionnel en direction du FNI, M. Meddahi trouve que l’idée n’est pas pertinente et considère « le FNI devrait être exclu de cette opération et devrait financer ses investissements en vendant certains de ses actifs ».

« Dans le texte de loi sur le crédit et la monnaie, il est fait mention de financement non conventionnel en direction du FNI. Etant donné les montants en jeu, et comme l’objectif principal du financement non conventionnel est de soutenir la croissance, nous pensons que le FNI devrait être exclu du financement non conventionnel et devrait vendre certains de ses actifs pour dégager des liquidités pour financer ses nouvelles opérations. Nous ne connaissons pas la composition du portefeuille du FNI mais clairement il n’y aucune raison à ce que le FNI garde sa participation dans le groupe Djezzy. Il devrait vendre ses actions à travers la Bourse », écrit-il dans une longue contribution publiée par Maghreb-Emergent.

Mais, sur ce sujet, nombre d’experts ont exprimé des réserves quant à l’engagement du Gouvernement à allouer une partie du financement monétaire au FNI. Selon eux, « le FNI n’a été évoqué par le Gouvernement Ouyahia et ses soutiens que pour justifier le recours à la planche à billets et pour faire croire qu’une partie de la monnaie qui sera créée sera destiné à l’investissement ».  Cette vision laisse penser que « la dotation du FNI » ne représente pas un enjeu pertinent pour le Gouvernement. Mai il reste que, officiellement, loi du sur la monnaie et le crédit vise à financer le déficit budgétaire de l’Etat et  la dette publique d’une part, et les projets du Fonds National d’Investissement (FNI), d’autre part.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Souhil Meddah:"Le système fiscal algérien n’assure aucun équilibre macroéconomique à moyen et à long termes"

Le problème du régime fiscal algérien est  dans la forme et le schéma de répartition ou de collecte de ses ressources ainsi que dans la capacité des services fiscaux à pouvoir identifier les niches cachées existantes, explique l’expert financier Souhil Meddah.

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.