Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 9 novembre 2017 12:03

La Banque d’Algérie doit veiller à la stabilité du dinar et non le déprécier (Baderddine Nouioua, presse)

Dans un entretien accordé à TSA, l’ex-gouverneur de la Banque d’Algérie a estimé qu’en dépréciant le dinar, on « a suivi les recommandations du FMI pour, soi-disant, assurer un certain équilibre et préserver la compétitivité de l’Algérie » alors que « nous n’avons rien à vendre à l’étranger en dehors du pétrole et du gaz. »

 

 

« La Banque d’Algérie a contribué bêtement à déprécier le dinar », a jugé son ancien gouverneur Badreddine Nouioua, dans un entretien à TSA.

Selon Baderddine Nouioua, qui a fait paraître récemment aux Editions Casbah, Le dinar algérien, passé et présent, « quand on déprécie une monnaie, c’est pour encourager les exportations et attirer les capitaux étrangers ». Or, a-t-il fait observé, « nous n’avons pas de produits à exporter et nous n’avons pas attiré de capitaux étrangers ». Résultat : « le dinar a perdu sa valeur inutilement et sans aucun profit pour l’économie algérienne ».

Pourquoi a-t-on alors procédé à la dépréciation du dinar ? La Banque d’Algérie, répond son ex-gouverneur, « a suivi les recommandations du FMI pour, soi-disant, assurer un certain équilibre et préserver la compétitivité de l’Algérie ». Et de s’interroger : « Mais quelle compétitivité ? Pour exporter ? Encore une fois, nous n’avons rien à vendre à l’étranger en dehors du pétrole et du gaz. »

Baderddine Nouioua a vivement critiqué, dans cet entretien, le FMI qui « recommande, à chaque fois, sans distinction et sans chercher à savoir la situation réelle du pays et ses caractéristiques, de dévaluer la monnaie ». Il a recommandé à la Banque d’Algérie, « qui va être obligée de financer le Trésor public », de « veiller à la stabilité du dinar » car « l’instabilité de la monnaie provoque un renchérissement de toutes les importations ».

L’ancien gouverneur de la Banque d’Algérie a aussi vivement critiqué la législation algérienne sur les changes : « A l’heure actuelle, n’importe quel commerçant, même s’il est escroc - et ils sont nombreux - qui importe de la marchandise peut disposer de la quantité de devises qu’il veut. Cela contribue à transférer les devises à l’étranger. Par contre, un citoyen qui veut envoyer un malade pour soins à l’étranger ne bénéfice de rien du tout. C’est cela le paradoxe du contrôle des changes qui n’est pas appliqué avec justesse. » 

Répondant à une question sur le financement non conventionnel de l’économie auquel recourt le gouvernement, Badreddine Nouioua a répondu que ce financement ne peut être une solution que si l’on sait « dès le début » la valeur des billets que la Banque va imprimer « durant les cinq ans à venir » et que l’argent imprimé « est utilisé à bon escient, c’est-à-dire dans des projets productifs, créateurs de richesses ». Malheureusement, a-t-il ajouté, le risque est réel « qu’on utilise l’argent créé pour couvrir les déficits engendrés par le gaspillage qui se fait au niveau de toutes les institutions publiques ».

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Je partage l’avis de l’ex gouverneur de la BA, Mr NOUIOUA et je vais faire ici quelques révélations qui vont sans doute apporter quelques éclaircissements sur les non-dits que cachent la dévaluation du Dinar et le financement non conventionnel, mais avant je vais dire quelques phrases sur le FMI et sa Présidente, la française, Christine Lagarde

    Comme tout le monde le sait, Mme Christine Lagarde, avait remplacée, Mr Dominique Strauss-Kahn, qui fut obligé de démissionner, au mois de mai 2011, suite à une scabreuse affaire de harcèlement sexuel d’une employée de l’hôtel Sofitel à New York ; affaire montée de toute pièce, car les américains ne voulaient pas de lui au FMI et Nicolas Sarkozy ne voulait pas le voir revenir en France où DSK avait de sérieuses chances, attestées par plusieurs sondages, d’être élu Président de la République

    Si dans l’affaire DSK, le coup tordu de SARKOZY est évident, il reste à expliquer aux lecteurs pourquoi les américains ne voulaient pas de la nomination de DSK à la tête du FMI et ce depuis le début

    L’explication la plus plausible est que les américains connaissaient, depuis 1992, le rôle néfaste joué par DSK lorsqu’il était Ministre de l’industrie de Mme la Premier Ministre Edith Cresson, dans l’affaire de la liquidation judiciaire abusive de mon entreprise d’ingénierie informatique à Paris, pour des raisons de ségrégation raciale et d’innovation en traitement de l’information en général et en monétique à sécurisation biométrique en particulier.

    Or, il se trouve qu’aussi bien la Banque Mondiale que le FMI ont optés pour la modernisation du système bancaire mondial des en instaurant les technologies de la biométrie et ce afin de lutter plus efficacement contre l’usurpation des identités et contre la fraude aux instruments des paiements (chèques et cartes bancaires) ce qui par voie de conséquence allait apporter une croissance en boostant l’industrie de l’électronique bancaire à l’échelle internationale.

    Pour résumer en quelques mots l’affaire DSK, nous pouvons dire qu’il était grillé au FMI à cause de son implication direct dans la liquidation judiciaire de mon entreprise d’ingénierie informatique et grillé en France parce qu’il était le favori dans les sondages pour accéder à la magistrature suprême et Sarkozy à profité pour le flinguer avec une affaire de zigounette et de fesses

    Ces points étant apportés, pour comprendre en quoi consiste les non-dits de la dévaluation du Dinar et le financement non conventionnel prévu en Algérie, il convient de rappeler que l’Algérie avait misée sur la société privée HB TECHNOLOGIES pour devenir un acteur majeur dans l’industrie du numérique, des documents d’identités et cartes bancaires biométriques, dont il ce trouve que le citoyen algérien que je suis est l’inventeur et c’est la raison pour laquelle HB TECHNOLOGIES est la seule société à avoir obtenue à sa création, en 2006, les certifications VISA-Mastercard et depuis 2014 elle est la seule en Afrique et dans le monde arabe à avoir obtenue la certifications SAS-GSMA

    Sachant que les technologies de la biométrie ont été classées par la société américaine IBM, en 2015, parmi les cinq inventions majeures qui devraient apporter de la croissance et ce du fait que la biométrie met ses doigts partout, ceci explique pourquoi la société privée HB TECHNOLOGIES a obtenue, sans aucun mérite, les certifications précités

    Il convient aussi de rappeler qu’ en 2015, HB TECHNOLOGIES avait scellé un partenariat stratégique avec la multinationale française, INGENICO, laquelle multinationale avait bénéficié grâce à SARKOZY, en décembre 2008, de l’acquisition du secteur monétique biométrique de SAGEM, avant que cette dernière ne devienne MORPHO, puis SAFRAN I &S

    Enfin, il est important de savoir que les grands groupes bancaires de distribution de cartes de crédits et de paiements que sont VISA, Mastercard et Eurocard, ont inscrit dans leur agenda mes solutions technologiques bancaires pour 2015, information qui m’a été communiqué par courrier, en 1996, par une entreprise canadienne chargée de sécurité des instruments de paiements

    J’espère avoir contribué à éclairer les lecteurs sur la face cachée, car honteusement inavouable, des non-dits de la dévaluation du Dinar et du projet de financement non conventionnel en Algérie

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système monétique biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA, les dossiers médicaux électroniques universel et j’en passe.

    Rapporter GUENZET SOFIANE dimanche 12 novembre 2017 09:02
  • Je partage l’avis de l’ex gouverneur de la BA, Mr NOUIOUA et je vais faire ici quelques révélations qui vont sans doute apporter quelques éclaircissements sur les non-dits que cachent la dévaluation du Dinar et le financement non conventionnel, mais avant je vais dire quelques phrases sur le FMI et sa Présidente, la française, Christine Lagarde

    Comme tout le monde le sait, Mme Christine Lagarde, avait remplacée, Mr Dominique Strauss-Kahn, qui fut obligé de démissionner, au mois de mai 2011, suite à une scabreuse affaire de harcèlement sexuel d’une employée de l’hôtel Sofitel à New York ; affaire montée de toute pièce, car les américains ne voulaient pas de lui au FMI et Nicolas Sarkozy ne voulait pas le voir revenir en France où DSK avait de sérieuses chances, attestées par plusieurs sondages, d’être élu Président de la République

    Si dans l’affaire DSK, le coup tordu de SARKOZY est évident, il reste à expliquer aux lecteurs pourquoi les américains ne voulaient pas de la nomination de DSK à la tête du FMI et ce depuis le début

    L’explication la plus plausible est que les américains connaissaient, depuis 1992, le rôle néfaste joué par DSK lorsqu’il était Ministre de l’industrie de Mme la Premier Ministre Edith Cresson, dans l’affaire de la liquidation judiciaire abusive de mon entreprise d’ingénierie informatique à Paris, pour des raisons de ségrégation raciale et d’innovation en traitement de l’information en général et en monétique à sécurisation biométrique en particulier.

    Or, il se trouve qu’aussi bien la Banque Mondiale que le FMI ont optés pour la modernisation du système bancaire mondial des en instaurant les technologies de la biométrie et ce afin de lutter plus efficacement contre l’usurpation des identités et contre la fraude aux instruments des paiements (chèques et cartes bancaires) ce qui par voie de conséquence allait apporter une croissance en boostant l’industrie de l’électronique bancaire à l’échelle internationale.

    Pour résumer en quelques mots l’affaire DSK, nous pouvons dire qu’il était grillé au FMI à cause de son implication direct dans la liquidation judiciaire de mon entreprise d’ingénierie informatique et grillé en France parce qu’il était le favori dans les sondages pour accéder à la magistrature suprême et Sarkozy à profité pour le flinguer avec une affaire de zigounette et de fesses

    Ces points étant apportés, pour comprendre en quoi consiste les non-dits de la dévaluation du Dinar et le financement non conventionnel prévu en Algérie, il convient de rappeler que l’Algérie avait misée sur la société privée HB TECHNOLOGIES pour devenir un acteur majeur dans l’industrie du numérique, des documents d’identités et cartes bancaires biométriques, dont il ce trouve que le citoyen algérien que je suis est l’inventeur et c’est la raison pour laquelle HB TECHNOLOGIES est la seule société à avoir obtenue à sa création, en 2006, les certifications VISA-Mastercard et depuis 2014 elle est la seule en Afrique et dans le monde arabe à avoir obtenue la certifications SAS-GSMA

    Sachant que les technologies de la biométrie ont été classées par la société américaine IBM parmi les cinq inventions majeures qui devraient apporter de la croissance et ce du fait que la biométrie met ses doigts partout, ceci explique pourquoi la société privée HB TECHNOLOGIES a obtenue, sans aucun mérite les certifications précités

    Enfin, il convient aussi de rappeler qu’ en 2015, HB TECHNOLOGIES avait scellé un partenariat stratégique avec la multinationale française, INGENICO, laquelle multinationale avait bénéficié grâce à SARKOZY, en décembre 2008, de l’acquisition du secteur monétique biométrique de SAGEM, avant que cette dernière ne devienne MORPHO, puis SAFRAN I &S

    J’espère avoir contribué à éclairer les lecteurs sur la face cachée, car honteusement inavouable, des non-dits de la dévaluation du Dinar et du projet de financement non conventionnel en Algérie

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système monétique biométrique SAOIB 31 et applications dérivées, dont les documents d’identités biométriques, les cartes CHIFA, les dossiers médicaux électroniques universel et j’en passe.

    Rapporter GUENZET SOFIANE samedi 11 novembre 2017 18:34
  • La dépréciation du DA sert surtout à limiter les importations en renchérissant les produits importés. Cela permet d'encourager la production nationale en diminuant la concurrence des produits importés.

    Rapporter BEDRANI samedi 11 novembre 2017 11:02
  • Il y en en a qui n'ont pas peur de dire des énormités!!!!
    Il était gouverneur de la BA ce gars!

    La pression est forte pour continuer à subventionner les importations.

    Rapporter Moh vendredi 10 novembre 2017 07:51
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Béjaïa-Elections locales - Les bureaux de vote ont été saccagés dans la commune de Boudjelil

Les bureaux de vote ont été investis par des citoyens en colère qui accusent l’administration locale de parti pris en faveur de la liste du Rassemblement national démocratique (RND), conduite par l’ancien journaliste de la chaîne 3 de la radio nationale Djamel Benamara.

Algérie - Elections locales- « Rani Za3fan » et « Solta Hagara » s’invitent aux bureaux de vote

Des photos et des vidéos sur ce phénomène prises à l’intérieur de bureaux de vote par des électeurs et des encadreurs des élections locales circulent sur les réseaux sociaux. La page facebook du chanteur Lotfi DK a publié une partie de ces photos.

Elections locales- Le taux de participation aurait atteint à 14 H 19,10% pour les APW et 19.76% pour les APC (mise à jour)

Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Intérieur avait annoncé que le taux de participation avait atteint à 11 heures 6,8 % pour les Assemblées populaires de wilayas (APW) et 7,05 % pour les Assemblées populaires communales (APC).