Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 23 Novembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 8 novembre 2017 06:54

Algérie: « L’infrastructure qualité n’est pas mise à niveau » (Boudissa- ALGERAC)

La création d’un réseau national multidisciplinaire d’organismes d’évaluation de la conformité est un préalable.

 

« L’ensemble des acteurs qui gravitent autour de l’infrastructure qualité doivent, maintenant, se mettre à niveau pour être reconnus par l’Organisme national d’accréditation (ALGERAC) », nous a indiqué son directeur général, Noureddine Boudissa.

« Sans une reconnaissance de la compétence de ces organismes, il est difficile de considérer que cette infrastructure peut jouer le rôle attendu par les pouvoirs publics et les associations professionnelles ainsi que celles de défense des droits des consommateurs », a-t-il ajouté.

Tous les programmes de coopération et d’assistance technique financés par le gouvernement algérien et les organisations européennes doivent se centrer sur cet objectif qui consiste à les mettre à niveau et à les reconnaître comme compétents selon les normes nationales et internationales.

En outre, l’Algérie souffre d’un manque flagrant de règlements techniques et il devient urgent de rédiger, de formaliser et de valider tous les règlements techniques « qui pourraient permettre efficacement à nos entreprises d’être compétitives et la production nationale industrielle et agricole sera concurrentielle avec les produits des partenaires commerciaux », ajoute la même source.

Boudissa indique que « la création d’un réseau national multidisciplinaire d’organismes d’évaluation de la conformité est un préalable qui va permettre, à coup sûr, aux organes de contrôle et de régulation de s’assurer de la conformité des produits importés et accompagner nos exportateurs à placer nos produits nationaux à l’étranger ».

« Tel est le défi qui attend l’infrastructure qualité à l’horizon 2020 » car il y a la perspective du démantèlement tarifaire avec l’Algérie prévus par les accords avec l’Union européenne, selon lui.

Pourquoi l’accréditation est-elle nécessaire ? Les laboratoires doivent solliciter une accréditation afin que les résultats des analyses effectués soient incontestables en même temps qu’efficients et reconnus sur le plan international.

Dans ce cadre, le gouvernement ne peut plus se contenter des déclarations d’intention dans l’espoir de booster les exportations. C’est dans l’objectif de passer à la vitesse supérieure que les ministères de l’Industrie, de l’Agriculture et du Commerce ont déjà instruit leurs services pour la mise en place d’une procédure pour délivrer les certificats de conformité aux opérateurs économiques.

Depuis 2013, ALGERAC a accrédité une centaine de laboratoires. L’engagement à ce processus est volontaire puisqu’il n’est pas fait obligation d’obtenir l’accréditation.

L’organisme algérien d’accréditation (ALGERAC) est reconnu officiellement par l’Union européenne. Une décision qui ouvre de nouvelles perspectives pour les exportateurs algériens et constitue un gage de protection pour les consommateurs. Il aspire à une accréditation de 240 laboratoires d’ici à 2020.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

"Le gouvernement pourrait abandonner les réformes en cas de remontée du prix du baril" - Mabrouk Aib

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

A ne pas manquer

Prev Next

Béjaïa-Elections locales - Les bureaux de vote ont été saccagés dans la commune de Boudjelil

Les bureaux de vote ont été investis par des citoyens en colère qui accusent l’administration locale de parti pris en faveur de la liste du Rassemblement national démocratique (RND), conduite par l’ancien journaliste de la chaîne 3 de la radio nationale Djamel Benamara.

Algérie - Elections locales- « Rani Za3fan » et « Solta Hagara » s’invitent aux bureaux de vote

Des photos et des vidéos sur ce phénomène prises à l’intérieur de bureaux de vote par des électeurs et des encadreurs des élections locales circulent sur les réseaux sociaux. La page facebook du chanteur Lotfi DK a publié une partie de ces photos.

Elections locales- Le taux de participation aurait atteint à 14 H 19,10% pour les APW et 19.76% pour les APC (mise à jour)

Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Intérieur avait annoncé que le taux de participation avait atteint à 11 heures 6,8 % pour les Assemblées populaires de wilayas (APW) et 7,05 % pour les Assemblées populaires communales (APC).