Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 13 septembre 2017 19:39

Algérie - "La récupération des déchets peut générer 38 milliards de DA/an" (DG de la AND, entretien)

Karim Ouamane, le directeur général de l’Agence nationale des déchets

Selon Karim Ouamane, le directeur général de l’Agence nationale des déchets, l’Algérie produit environ 12 millions de tonnes de déchets ménagers par an et, « dans cette masse, les emballages représentent un peu plus de 25% ».

 

 

« La récupération et la valorisation des déchets en Algérie, une activité de plus en plus florissante pour les entreprises du secteur, peut générer annuellement environ 38 milliards de DA », a déclaré, Karim Ouamane, le Directeur général de l’Agence nationale des déchets (AND) dans un entretien à Maghreb Emergent.

Concernant les déchets ménagers, le premier responsable de l’AND a souligné que « l’Algérie en produit environ 12 millions de tonnes par an » et que « dans cette masse, les emballages représentent un peu plus de 25% ». Et de confirmer que « valoriser les déchets débouche sur la réduction de la facture d’importation de la matière vierge ».

Karim Ouamane a indiqué que le tri et la valorisation des déchets ont un impact direct « sur l’exploitation des centres d’enfouissement technique du fait du gain en termes de coûts de traitement par la récupération des espaces et la réduction du coût de traitement des sous-produits de l’enfouissement ». L’aspect social n’est pas du moindre, a-t-il ajouté, « car la gestion des déchets est pourvoyeuse d’emplois durables, direct et indirect ».

 

Une source inépuisable de « matière première de substitution »

 

Abordant la valeur ajoutée des déchets générés par les unités industrielles, le directeur général de l’AND a souligné que « les déchets sont un gisement de matière première intarissable » fournissant aux process de transformation « une matière première de substitution à la matière première vierge ». Qu’ils soient banals ou dangereux, a expliqué Karim Ouamane, les déchets industriels « peuvent être valorisés dans leur grande majorité » : plastique, carton, huiles usagées, pneumatiques, batteries….

 

Une coopération avec les Belges

 

Au sujet du programme de coopération algéro-belge lancé en 2016 et qui concerne les wilayas de Mascara, Mostaganem et Sidi Bel Abbés, Karim Ouamane a précisé qu’il était « dédié à la promotion de la gestion intégrée des déchets (…) l’objectif étant de développer une gestion des déchets qui s’articule sur les tris à la source, la valorisation et un traitement écologique et rationnel des déchets ». Et de préciser : « Il est planifié, dans le cadre de ce projet, la mise en œuvre de centres de tri, de plateformes de compostage. Il est clair que la mise en œuvre de filières de valorisation suppose au préalable le tri en amont afin de mobiliser les flux nécessaires à même de motiver les investisseurs. »

Karim Ouamane a conclu : « De nos jours, les matériaux recyclés sont à l’origine de beaucoup d’activités de transformation et deviennent de plus en plus un secteur stratégique. La Chine vient d’instaurer de nouvelles règles d’importation de déchets et ces mesures ont eu un impact sur tous les pays du monde. Les déchets peuvent aussi sécuriser le pays en termes de matière première. Le cas des déchets électriques et électroniques et le plus édifiant. »


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Concernant le recyclage des bio-déchets, chacun peut commencer dès demain. Il suffit de mettre dans un trou au fond du jardin les épluchures de fruits et légumes ainsi que le marc de café. Quand on n'a pas de jardin, on peut mettre cela dans un bac (composteur) au pied de son immeuble ou dans un jardin public ou encore dans un bac sur son balcon ou terrasse. Aux associations de quartiers et APC de s'emparer de cette question. En quelques semaines, les bio-déchets se transforment en terreau horticole (il faut remuer le tout régulièrement). Une nombreuse documentation existe sur internet (taper "composteur en pied d'immeuble".

    Rapporter Djamel BELAID jeudi 14 septembre 2017 10:24
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).