Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 9 novembre 2017 10:08

En 2040 la part du gaz naturel dans mix énergétique global aura dépassé celle du charbon (étude)

Le gaz naturel sera la deuxième énergie la plus importante dans le mix énergétique global en 2040 après le pétrole, bien sûr.

Selon une étude de l’OPEP, l’ordre d’importance des différentes énergies dans le mix énergétique global était la suivant en 2015: le pétrole (31,3%), le charbon (28,3%), le gaz (21,5), la biomasse (10,1%), le nucléaire (4,9%), l’énergie hydroélectrique (2,5%) et les renouvelables (1,4%).

 

 

Selon une étude de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole intitulée World Oil Outlook 2040, la part du gaz naturel dans le mix énergétique mondial passera d’environ 21,5% en 2015 à 23,5% en 2030 et à 25,1% en 2040.

Ainsi, indique l’étude, en 2040, le gaz naturel sera la deuxième composante la plus importante de ce mix, après le pétrole (27,1%) et devant le charbon (23,2%), la biomasse (10%), le nucléaire (6,4%),  les énergies renouvelables 5,4%) et, enfin, l’énergie hydro-électrique (2,8%).

D’après cette même étude, l’ordre d’importance des différentes énergies dans le mix énergétique global était la suivant en 2015: le pétrole (31,3%), le charbon (28,3%), le gaz (21,5), la biomasse (10,1%), le nucléaire (4,9%), l’énergie hydroélectrique (2,5%) et les renouvelables (1,4%).

 

Source : OPEP.Source : OPEP.

 

L’étude de l’OPEP montre, outre la stabilité du pétrole en première position en 2030 et 2040, la forte croissance de la part du renouvelable dans le mix énergétique global. Cette part devrait passer de 1,4% en 2015 à 3,8% en 2030 et à 5,4% en 2040. La part du nucléaire dans ce mix connaîtra elle aussi une croissance non négligeable : elle devrait passer de 4,9% en 2015 à 5,9% en 2030 et à 6,4% en 2040.

La part de la biomasse restera presque stable (10,1% en 2015 et 10% en 2030 et 2040), selon les prévisions de l’OPEP. Une très légère croissance est prévue concernant la part de l’énergie hydro-électrique dans le mix énergétique mondial (2,5% en 2015, 2,6% en 2030 et 2,8% en 2040).


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.