Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 9 novembre 2017 10:08

En 2040 la part du gaz naturel dans mix énergétique global aura dépassé celle du charbon (étude)

Le gaz naturel sera la deuxième énergie la plus importante dans le mix énergétique global en 2040 après le pétrole, bien sûr.

Selon une étude de l’OPEP, l’ordre d’importance des différentes énergies dans le mix énergétique global était la suivant en 2015: le pétrole (31,3%), le charbon (28,3%), le gaz (21,5), la biomasse (10,1%), le nucléaire (4,9%), l’énergie hydroélectrique (2,5%) et les renouvelables (1,4%).

 

 

Selon une étude de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole intitulée World Oil Outlook 2040, la part du gaz naturel dans le mix énergétique mondial passera d’environ 21,5% en 2015 à 23,5% en 2030 et à 25,1% en 2040.

Ainsi, indique l’étude, en 2040, le gaz naturel sera la deuxième composante la plus importante de ce mix, après le pétrole (27,1%) et devant le charbon (23,2%), la biomasse (10%), le nucléaire (6,4%),  les énergies renouvelables 5,4%) et, enfin, l’énergie hydro-électrique (2,8%).

D’après cette même étude, l’ordre d’importance des différentes énergies dans le mix énergétique global était la suivant en 2015: le pétrole (31,3%), le charbon (28,3%), le gaz (21,5), la biomasse (10,1%), le nucléaire (4,9%), l’énergie hydroélectrique (2,5%) et les renouvelables (1,4%).

 

Source : OPEP.Source : OPEP.

 

L’étude de l’OPEP montre, outre la stabilité du pétrole en première position en 2030 et 2040, la forte croissance de la part du renouvelable dans le mix énergétique global. Cette part devrait passer de 1,4% en 2015 à 3,8% en 2030 et à 5,4% en 2040. La part du nucléaire dans ce mix connaîtra elle aussi une croissance non négligeable : elle devrait passer de 4,9% en 2015 à 5,9% en 2030 et à 6,4% en 2040.

La part de la biomasse restera presque stable (10,1% en 2015 et 10% en 2030 et 2040), selon les prévisions de l’OPEP. Une très légère croissance est prévue concernant la part de l’énergie hydro-électrique dans le mix énergétique mondial (2,5% en 2015, 2,6% en 2030 et 2,8% en 2040).


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.