Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Organisation du Mondial 2026: le Maroc trahi par le vote des monarchies Arabes


Le Maroc a été doublement trahi dans sa quête d'un plébiscite pour l'organisation de la coupe du monde 2026. D'abord par ses partenaires africains et membres de la même fédération, la CAF et surtout par l'implacable votre contre lui de la majorité des monarchies et pays arabes d'Asie.

 

Onze pays de la Confédération Africaine de Football ont tourné le dos au Maroc en soutenant la candidature du trio Canada-Etats-Unis-Mexique. L'Afrique du Sud, la Sierra Leone, la Namibie, le Mozambique, la Guinée, le Leshoto, le Libéria, le Benin, le Zimbabwe, le Botswana et le Cap Vert, ont voté pour le trio Nord Américain et n'ont pas respecté la solidarité à l'intérieur de la Confédération africaine. L'ensemble des pays arabes d'Afrique du Nord, les deux Soudans, l'Egypte, la Libye, la Tunisie, l'Algérie et la Mauritanie ont été solidaires du Maroc. Les pays arabes restants, parmi les quels les alliés traditionnels du Maroc comme l'Arabie Saoudite, le Koweit, les Emirats Arabes Unis, la Jordanie, l'Irak, le Liban et Bahraïn ont voté pour les Etats-Unis. Seuls, le Yémen, la Syrie,le Qatar, le Sultanat d'Oman et la Palestine se sont rangé derrière le Maroc.

Comment expliquer ce choix ?

Dur de parler de solidarité obligatoire à l'intérieur de la fédération Asiatique dans la mesure où de nombreux pays non arabes ne se sont pas alignés sur la décision de la majorité. Reste l'hypothèse géopolitique ou celle de l'inféodation aux Etats-Unis. On la devine en voyant le degrés de dépendance de pays comme la Jordanie, l'Irak ou le Liban de l'aide sécuritaire américaine, les autres monarchies du Golfe étant depuis plusieurs mois dans une offensive de charme envers l'administration Trump.

Il est vrai que le Trio Nord Américain partait gagnant dès le départ, avec la promesse clé de faire de cette joute sportive l'événement sportif le plus lucratif de l'histoire , avec 14 milliards de dollars de revenus, dont 5 pour la FIFA. Le Maroc quant à lui misait sur des atouts autres que purement financiers comme  : « la ferveur autour du football dans le pays et sur le continent, la proximité » à la fois du chaudron européen et à l'intérieur du royaume avec des villes hôtes « ramassées » dans un rayon de 550 km, ou encore des « stades modulaires ».

Et pourtant la configuration inédite d'une candidature en Trio avait un sérieux désavantage, celui de l'équité. Dans ce cas précis , les deux équipes jouant le dernier match de groupe sauront exactement quels résultats leur suffiront pour se qualifier aux seizièmes de finale. Quand un même résultat les qualifie toutes les deux, elles peuvent refaire le coup du match de la honte et s’arranger, ou simplement se satisfaire toutes les deux d’un score en cours de match. En instillant le doute sur la sincérité de l’effort et la réalité des résultats, le risque de collusion, que les équipes s’arrangent ou pas, peut gravement nuire à la réputation de la Coupe du monde.

Le Maroc quatre fois candidat malheureux à l’organisation du Mondial (1994, 1998, 2006 et 2010), a cru jusqu’au bout en ses chances de devenir le second pays du continent africain, après l’Afrique du Sud en 2010, à accueillir la Coupe du Monde. Il bénéficiait du soutien de nombreux pays européens – dont la France et la Belgique– et africains, à l’appel du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad Ahmad. Au final ce sont seulement 65 pays qui ont été séduit par sa candidature contre 135 pour celle du pool Canada-Etats-Unis-Mexique.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.