Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Agences
  • samedi 9 juin 2018 17:47

Le consensus prôné par le FFS exige "l'instauration d'un Etat de droit" (Hadj Djilani)

(APS) - Le consensus prôné par le Front des forces socialistes (FFS) exige "l'instauration d'un Etat de droit qui garantira l'ensemble des droits", a indiqué vendredi soir à Alger le Premier secrétaire du parti, Mohamed Hadj Djilani.

 

 

"Le consensus que nous prônons exige au minimum l'instauration d'un Etat de droit qui garantira l'ensemble des droits politiques, sociaux, économiques et sécuritaires des citoyens", a déclaré le responsable à l'occasion du Conseil extraordinaire de la fédération d'Alger, relevant que ce consensus "ne peut se concrétiser que dans le respect des pluralismes politique, linguistique, syndical et des libertés fondamentales".

Pour M. Hadj Djilani, "la seule issue, face aux dangers qui guettent le pays, réside dans la reconstruction du consensus national entre tous les acteurs politiques et sociaux", réitérant l'appel du parti pour "la préservation de l'Etat social, en opposition à l'Etat libéral".

Sur le plan organique, il a rappelé que "la section, en étant  la structure de base du parti, trouve sa mission dans la concrétisation de la stratégie du parti à l'échelle locale", invitant les militants et les cadres à faire de ces sections un espace de débats et d'échanges avec toutes les catégories de la société, notamment les jeunes, les femmes et les syndicalistes.

Rappelant que la feuille de route de l'Instance présidentielle de cette formation politique insiste sur "la restitution du parti aux militants", M. Hadj Djilani a relevé que le FFS "croit qu'un parti incapable de se critiquer lui-même et d'étendre les espaces de débats en son sein ne peut dialoguer et nouer des liens de confiance avec la population", estimant que les objectifs du parti ne peuvent être réalisés "sans une meilleure organisation organique". 




Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.