Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 13 décembre 2017 11:52

Algérie: "La clinique mobile de Sanofi a pris en charge 9000 patients en 5 ans"(DG)

Sanofi Algérie entend mettre à la disposition du ministère de la Santé une deuxième clinique mobile qui « permettra une meilleure couverture du territoire national ».

 

« Depuis mai 2015, nous avons reçu plus de 9000 patients lors des 22 campagnes de dépistage réalisées dans les quatre coins du pays » grâce à l’action de la clinique mobile. C’est ce qu’a déclaré mercredi à Alger Haissam Chraiteh, directeur général de Sanofi Algérie qui compte «développer des partenariats avec les autorités algériennes sans lesquels le programme +Chemin de la prévention+ n’existerait pas ». Grâce au programme, des sujets diabétiques et hypertendus méconnus ainsi que des complications cardiovasculaires méconnues ont été dépistées.

Le DG a indiqué qu’en octobre dernier, SANOFI a renouvelé encore une fois son engagement dans la lutte contre le diabète et l’hypertension artérielle (HTA) en Algérie pour mettre à la disposition du ministère de la Santé une deuxième clinique mobile qui permettra une meilleure couverture du territoire national notamment les villes du sud et des Hauts-Plateaux.

Pour clôturer l’année 2017, SANOFI mènera en partenariat avec le ministère de la Santé et la direction de la santé et de la population de la wilaya d’Adrar une campagne de dépistage qui aura lieu à Timimoune du 18 au 26 décembre 2017.

Sanofi est aussi engagé dans les initiatives d’accompagnement des patients avec le programme support patient DiabEduc contribuant à améliorer la compréhension, l’acceptation et la gestion au quotidien de la maladie du patient via des séances d’éducation sur différentes thématiques.

Sanofi est crédité d’une présence industrielle de plus de 25 ans en Algérie et le laboratoire se présente comme un acteur industriel de premier plan qui s’implique directement dans le transfert de technologie et de savoir-faire par la fabrication locale de 60% des produits disponibles en Algérie avec deux usines de production à Oued Smar et Aïn Bénian.

Depuis 2011, Sanofi a investi 85 million d’euros dans la construction d’une nouvelle usine et d’un centre de distribution sur le campus de Sidi Abdallah. Le projet a une capacité de production de plus de 100 millions de boîtes par an, représente le plus important complexe de production de médicaments de Sanofi en Afrique et au Moyen-Orient et permettra de fabriquer sur place plus de 80% des médicaments de Sanofi disponibles en Algérie.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...