Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 14 Décembre 2017

  •   Maghreb Emergent avec TAP
  • vendredi 24 novembre 2017 11:23

Tunisie: La plupart des entreprises et sociétés publiques sont “minées par la corruption”(INLUCC)

Des entreprises comme la SONEDE, la STEG, Tunisair, les caisses sociales et les établissements de la radio nationale et de la télévision tunisienne sont “minées par la corruption”.

 

Le président de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) Chawki Tabib a indiqué jeudi que la plupart des entreprises et sociétés publiques disposant de ressources financières importantes sont “minées par la corruption”. Chawki Tabib s’exprimait à l’issue d’une conférence de presse organisée par l’INLUCC pour présenter son rapport annuel pour l’année 2016.

Des entreprises comme la SONEDE, la STEG, Tunisair, les caisses sociales et les établissements de la radio nationale et de la télévision tunisienne sont “minées par la corruption”, a-t-il insisté, citant la situation financière des caisses sociales dont le déficit s’est établi à près de 1700 millions de dinars qui, selon lui, résulte de la propagation de la corruption et de l’absence des mécanismes de bonne gouvernance.

Les personnes soupçonnées de corruption continuent à commettre les mêmes crimes après la révolution, a-t-il dit, déplorant le fait qu’elles agissent sans être inquiétées et avec le sentiment de pouvoir bénéficier de l’impunité.

Les dossiers de corruption

Chawki Tabib a évoqué également les efforts déployés par certains ministères pour combattre la corruption à l’instar du ministère des Affaires sociales qui a déposé 21 dossiers de corruption devant la justice (dont l’affaire des stents périmés), le ministère de l’Agriculture (13 dossiers), le ministère de l’Education (7 dossiers), le ministère des Finances (8 dossiers).

D’après Chawki Tabib, chaque conseiller, responsable gouvernemental ou dirigeant d’une entreprise publique concerné par une affaire instruite devant le Pôle judiciaire économique et financier pour suspicion de corruption doit présenter sa démission.

Le chef du gouvernement, a insisté Tabib, doit démettre tout responsable concerné de ses fonctions s’il ne le fait pas volontairement pour faciliter les poursuites judiciaires.

Au sujet du rapport de l’INLUCC, Tabib a indiqué que l’instance a reçu 9027 requêtes dont 5594 parvenues via un numéro vert, 275 par voie postale, 2200 déposées au bureau d’ordre et 958 reçues par la présidence du gouvernement.

L’Instance a transféré 94 dossiers devant la justice tandis que d’autres dossiers ont été classés ou transférés aux directions administratives concernées ou à l’Instance Vérité et Dignité ou encore font l’objet d’enquête. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Retour au calme à Bouira, reprise de la protestation à Bejaia

Un impressionnant dispositif sécuritaire a été déployé dans les quatre coins de la ville de Bouira pour éviter tout dérapage.

Algérie : Interdiction d’une conférence sur les élections, à l’université Alger

«Cette interdiction s’inscrit dans le cadre d’une série de dérapages que connait l’université Alger 3 depuis des mois», soutient le sociologue.

La Tunisie et le FMI parviennent à un accord sur le programme économique du pays

L'inflation a dépassé les 6% en novembre, sous l'effet de hausses significatives des prix des produits alimentaires.