Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Huffington Post- Algérie
  • vendredi 10 novembre 2017 17:34

La directrice d’El-Fedjr, Hadda Hazem, en grève de la faim pour protester contre "la hogra" que subit son journal

Hadda Hazem, directrice du quotidien arabophone El-Fedjr, a annoncé son intention d'entrer en grève de la faim lundi pour protester contre "la hogra" que subit son journal, privé de publicité institutionnelle, principale source de revenus des médias en Algérie.

 

Hadda Hazem a expliqué, dans un post Facebook, le recours à la grève de la faim pour dénoncer la décision des autorités de la "punir" pour ses prises de positions, exprimées dans ses éditoriaux et ses interventions dans des chaînes de télévision, algériennes privées ou étrangères.

La directrice de publication du quotidien El-Fedjr affirme toutefois être "sanctionnée" pour son intervention sur un plateau de France 24, durant lequel elle a affirmé que journal subissait des "injustices", réaffirmant son rejet du 4e mandat du président Bouteflika et son cercle présidentiel, "imprégné de corruption"

Mme. Hazem, qui avait d'ailleurs réitéré sa menace d'entrer en grève de la faim durant son passage sur France 24, alertait une énième fois, début octobre, que son journal subissait des pressions après son intervention sur ce plateau.

"Nous avons diminué les tirages, le nombre de pages et nous avons été obligés de nous endetter pour payer le salaire des journalistes", a-t-elle affirmé, avant d'annoncer que son journal ne paraîtra plus en version papier mais qu'en version web.

Plusieurs journalistes et internautes ont exprimé leur solidarité et leur soutien à Hadda Hazem sur les réseaux sociaux.

Article initialement publié dans le Huffington Post Algérie


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Quand il s'agit de vilipender Bouchareb, Ouyahia ou même Bouteflika, le commentaire est publié mais dès qu'on dit du mal d'une journaliste, le commentaire est censuré...

    C'est de la solidarité mal placée et évidement ce sont les mêmes qui viennent pleurer après sur la censure par la gouvernement de la presse et faire de grands discours sur cette même liberté de la presse.

    Avant de faire la leçon aux autres, Il faut toujours commencer par balayer devant sa porte.

    réponse: un peu de respect...elle est en grève de la faim

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan vendredi 10 novembre 2017 22:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.