Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 8 novembre 2017 17:01

Algérie: Une nouvelle société pour gérer le tiers payant à créer en 2018

Les compagnies publiques d’assurances de personnes ont visité plusieurs pays comme le Liban, la France et l’Allemagne pour s’inspirer des méthodes du tiers payant.

 

La création d’une société pour gérer la formule du tiers payant sous le pilotage de la Compagnie centrale de réassurance (CCR) sera effective en 2018. L’annonce officielle en a été faite mercredi à Alger par le PDG de la CCR, Mohamed Hadj Seba, en marge d’une rencontre sur les risques simples.

Après une attente de plusieurs mois, le secteur des assurances est donc prêt à effectuer ce saut important dans le domaine des assurances. C’est la première fois que la CCR donne des détails sur cette nouvelle société qui sera créée en collaboration avec des étrangers. Pour l’instant, la CCR a indiqué que quatre compagnies algériennes sont concernées par le projet. Il s’agit des filiales d’assurance de personnes de la CAAT (TALA) de la CASH (Algérienne Vie), de la SAA (Amana) et de la CAAR (CAARAMA).

Grâce à cette formule, les compagnies d’assurance économiques publiques et privées vont bientôt proposer la formule du tiers payant dans le domaine du remboursement des frais de santé à l’instar de ce qui est pratiqué par la CNAS (Caisse nationale des assurances sociales). En sachant que les remboursements de la CNAS sont à hauteur de 80%, le système instauré par la nouvelle société va associer les huit compagnies d’assurance de personnes sur le marché qui voudraient non seulement compenser les 20% restants mais pourraient même aller jusqu’à 50% à terme.

D’un simple projet, la formule a évolué rapidement et il ne reste plus qu’à annoncer la création de la société car tous les détails sont réglés, a souligné le PDG de la CCR.

En plus des médicaments, le processus consiste, selon des explications obtenues auprès des assureurs, à donner une carte pour les assurés qui contractent une police d’assurance spécifique à ce produit, afin de se faire soigner dans n’importe quelle clinique privée qui est conventionnée.

Les compagnies publiques d’assurances de personnes ont visité plusieurs pays comme le Liban, la France et l’Allemagne pour s’inspirer des méthodes du tiers payant. Les compagnies allemandes ont alors été visitées tout comme les compagnies françaises dont Macif, compagnie française partenaire du projet à travers la compagnie Amana qui est une filiale commune avec la Société nationale d’assurance (SAA).

Les cadres de ces compagnies publiques qui se sont déplacés l’année dernière dans ces pays ont pu avoir des précisions sur la formule du tiers payant et connaître la formule pratiquée dans ce domaine. L’objectif étant de parvenir à adopter le même système que celui pratiqué par la CNAS actuellement. A terme, cette dernière aura de moins en moins de frais à rembourser car ils seront pris en charge en partie par l’assurance économique qui intéresse aussi les compagnies d’assurance privées algériennes à l’instar de Macir vie, filiale de la CIAR.

Actuellement, l’assurance des personnes représente 10% du marché des assurances mais dans les pays développés, elle constitue plus de 50% du marché. Les assureurs pensent que le potentiel en Algérie varie entre 2 milliards et 4 milliards de dollars soit plus que le volume global du secteur des assurances qui dépasse à peine 1 milliard de dollars par an. Les assureurs ajoutent qu’une offre variée de produits apportera les réponses aux nouveaux besoins du marché des assurances de personnes notamment en matière de santé.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Excellente information !

    Rapporter slimani mercredi 8 novembre 2017 22:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.