Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Karim Sabeur
  • mercredi 8 novembre 2017 17:01

Algérie: Une nouvelle société pour gérer le tiers payant à créer en 2018

Les compagnies publiques d’assurances de personnes ont visité plusieurs pays comme le Liban, la France et l’Allemagne pour s’inspirer des méthodes du tiers payant.

 

La création d’une société pour gérer la formule du tiers payant sous le pilotage de la Compagnie centrale de réassurance (CCR) sera effective en 2018. L’annonce officielle en a été faite mercredi à Alger par le PDG de la CCR, Mohamed Hadj Seba, en marge d’une rencontre sur les risques simples.

Après une attente de plusieurs mois, le secteur des assurances est donc prêt à effectuer ce saut important dans le domaine des assurances. C’est la première fois que la CCR donne des détails sur cette nouvelle société qui sera créée en collaboration avec des étrangers. Pour l’instant, la CCR a indiqué que quatre compagnies algériennes sont concernées par le projet. Il s’agit des filiales d’assurance de personnes de la CAAT (TALA) de la CASH (Algérienne Vie), de la SAA (Amana) et de la CAAR (CAARAMA).

Grâce à cette formule, les compagnies d’assurance économiques publiques et privées vont bientôt proposer la formule du tiers payant dans le domaine du remboursement des frais de santé à l’instar de ce qui est pratiqué par la CNAS (Caisse nationale des assurances sociales). En sachant que les remboursements de la CNAS sont à hauteur de 80%, le système instauré par la nouvelle société va associer les huit compagnies d’assurance de personnes sur le marché qui voudraient non seulement compenser les 20% restants mais pourraient même aller jusqu’à 50% à terme.

D’un simple projet, la formule a évolué rapidement et il ne reste plus qu’à annoncer la création de la société car tous les détails sont réglés, a souligné le PDG de la CCR.

En plus des médicaments, le processus consiste, selon des explications obtenues auprès des assureurs, à donner une carte pour les assurés qui contractent une police d’assurance spécifique à ce produit, afin de se faire soigner dans n’importe quelle clinique privée qui est conventionnée.

Les compagnies publiques d’assurances de personnes ont visité plusieurs pays comme le Liban, la France et l’Allemagne pour s’inspirer des méthodes du tiers payant. Les compagnies allemandes ont alors été visitées tout comme les compagnies françaises dont Macif, compagnie française partenaire du projet à travers la compagnie Amana qui est une filiale commune avec la Société nationale d’assurance (SAA).

Les cadres de ces compagnies publiques qui se sont déplacés l’année dernière dans ces pays ont pu avoir des précisions sur la formule du tiers payant et connaître la formule pratiquée dans ce domaine. L’objectif étant de parvenir à adopter le même système que celui pratiqué par la CNAS actuellement. A terme, cette dernière aura de moins en moins de frais à rembourser car ils seront pris en charge en partie par l’assurance économique qui intéresse aussi les compagnies d’assurance privées algériennes à l’instar de Macir vie, filiale de la CIAR.

Actuellement, l’assurance des personnes représente 10% du marché des assurances mais dans les pays développés, elle constitue plus de 50% du marché. Les assureurs pensent que le potentiel en Algérie varie entre 2 milliards et 4 milliards de dollars soit plus que le volume global du secteur des assurances qui dépasse à peine 1 milliard de dollars par an. Les assureurs ajoutent qu’une offre variée de produits apportera les réponses aux nouveaux besoins du marché des assurances de personnes notamment en matière de santé.

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Excellente information !

    Rapporter slimani mercredi 8 novembre 2017 22:38
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.