Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 21 Novembre 2017

  •   Boualem Alami
  • mercredi 8 novembre 2017 15:42

Maroc: Nouveau report du procès des militants du Hirak

Dans une lettre écrite depuis sa cellule de la prison Oukacha Zefzafi a réaffirmé ''l’innocence'' des détenus du Hirak.

 

Le procès des militants du Hirak a été une nouvelle fois reporté par la cour d'appel de Casablanca au 21 novembre au cours d’une audience marquée par l'expulsion du leader du mouvement rifain, Nasser Zefzafi.

La Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca a annoncé, lors de l'audience de lundi, le renvoi au 21 novembre du procès "des mis en cause dans les évènements survenus à Al Hoicema". Le procès de ces militants du Hirak, dont les leaders Zefzafi et Ahamdjik, ainsi que le journaliste Hamid El Mahdaoui, directeur du site « bladi.info », a été reporté à plusieurs reprises. 

Durant cette audience, les avocats de la défense ont sollicité la Cour afin de permettre aux accusés de se présenter individuellement devant le juge au lieu de comparaitre "dans l’espace qui leur était réservé jusqu’ici". En effet, les militants du Hirak étaient confinés dans une cage en verre, et dans trois groupes distincts (Ahamjik, Zafzafi et El Mahdaoui) qui ont été regroupés le 2 novembre.

Selon le procureur du roi près la Cour d’appel de Casablanca, un des accusés a été expulsé de la salle pour avoir pris la parole sans autorisation. Selon des témoins, il s'agit de Nasser Zafzafi, qui aurait lancé des slogans durant l'audience. Dénonçant son expulsion, les autres accusés auraient demandé à quitter eux aussi la salle d'audience.

Par ailleurs, la Cour d’appel de Casablanca tiendra demain, jeudi 9 novembre, une audience consacrée à l’examen de la requête des avocats de la défense d’accorder la liberté provisoire aux accusés.

De lourdes charges pèsent sur les accusés, en particulier ''atteinte à la sécurité intérieure de l’État", "tentatives de sabotage, de meurtre et de pillage", "réception de fonds, de donations et d’autres moyens matériels destinés à mener et à financer une activité de propagande à même d’attenter à l’unité et la souveraineté du Royaume".

« Les militants du Hirak sont innocents »

Dans une lettre écrite depuis sa cellule de la prison Oukacha de Casablanca, qu'il a transmise via son avocat Mohamed Ziane et authentifiée par ses proches dont son père, Zefzafi a réaffirmé ''l’innocence'' des détenus du Hirak de l’ensemble des accusations portées contre eux. 

Pour lui, ces accusations ne sont que ''calomnie et machination, tentatives désespérées de faire taire la voix de la liberté. Une voix qui dénonce, ajoute t-il, depuis le décès du martyr Mohcine Fikri, les corrompus au sein des autorités locales, des élus, des responsables gouvernementaux et des boutiques politiques''.

La contestation dans le Rif a explosé le 28 octobre 2016 avec la mort dans d'effroyables circonstances de Mohcine Fikri, un poissonnier d'Al Hoceima qui voulait sauver de la destruction sa marchandise de poissons, saisie par la police.

Selon le ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement et la société civile et porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, 176 personnes avaient été arrêtées et placées en détention préventive suite aux manifestations de protestation du Hirak à Al Hoceima. 

Selon le Hirak, ils étaient plus de 200 personnes à avoir été arrêtées, certaines étant déjà condamnées à de lourdes peines de prison, alors qu'une infime partie a été graciée par le roi lors de la fête du trône fin juillet pour cause de maladie.

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • De toutes les manières, les agissements du Régime du Makhzen et de sa presse propagandiste de ces dernières années sont réconfortants du moment qu'ils confirment le bien fondé des dires et actes de la diplomatie Algérienne . Un Régime Allaouite venue de l'Arabie Saoudite pour humilier et asservir le peuple marocain Amazigh tout en faisant de la colonisation du Sahara occidental une raison existentielle pour le devenir de cette féodale prédatrice famille au Maroc.

    Rapporter Hafraoui vendredi 10 novembre 2017 14:49
  • Le dossier du "Hirak Rif" est en train de faire des émules dans d'autres Régions et ceci risque d'emporter M6 et sa famille Allaouite allochtone.

    Rapporter Ahmed ADDOU mercredi 8 novembre 2017 21:07
  • Bonjour je suis un franco-marocain passant mon un concours pour l'entrer de l'école science po Paris. Pour présenter mon dossier j'ai choisi le thème des manifestations qu'il y a dans le RIF. Auriez vous l'amabilité de m'inculquer un savoir sur ces événements.
    Cordialement, Mr. Bousseti.

    Rapporter Bousseti mercredi 8 novembre 2017 19:40
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

La SDC terminera l’année avec un déficit de près de 49 milliards de dinars

  Les chiffres les plus récents de la Sonelgaz font état d’un taux d’électrification à l’échelle nationale de 99%. Le taux de raccordement au gaz est, quant à lui, de 60%.

Algérie : Ouverture d’une unité d’assemblage de Smartphones LG

Bomare Company et le groupe LG ont déjà lancé une unité de production de téléviseurs.

Maroc : Ralentissement de la croissance prévue en 2018 à moins de 4% (FMI)

La loi de Finances 2017, élaborée par le gouvernement sortant d’Abdeil-Ilah Benkirane table sur une croissance de 4,6% pour 2017.