Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • samedi 21 octobre 2017 18:37

Le site d’information TSA est toujours partiellement bloqué en Algérie (communiqué)

Depuis le 5 octobre, TSA est partiellement bloqué en Algérie. Il n’est pas accessible sur les réseaux internet d’Algérie Télécom et de Mobilis. A ce jour, nous n’avons reçu aucune explication officielle de la part de l’opérateur historique de téléphonie fixe, malgré nos nombreuses démarches auprès des deux opérateurs et des autorités.

 

Deux ministres ont nié la responsabilité du gouvernement dans ce blocage. Ce samedi, Djamel Kaouane, ministre de la Communication, a laissé entendre que la situation n’était pas claire. Nous le répétons : c’est bien Algérie Télécom qui bloque volontairement TSA.

Un blocage qui constitue une atteinte grave à la liberté d’expression, à la liberté d’entreprendre et à la liberté d’internet. Cette décision vient aussi contredire les engagements officiels et publics des hautes autorités du pays.

Le 3 mai dernier, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, le président Abdelaziz Bouteflika avait affirmé : « aujourd'hui, l'Algérie est en droit d'être fière des étapes franchies en matière d'information et de liberté d'expression ».

Il a demandé aux « établissements publics et privés supervisant directement le travail des journalistes » d’offrir aux journalistes, « un climat propice loin de toute pression et œuvrer au respect de toutes les lois régissant et régulant la profession tout en prenant en considération les observations et recommandations de l’Autorité de Régulation de l’Audio-Visuel et de l’Autorité de Régulation de la Presse Ecrite, après son installation ».

Aujourd’hui, alors que nous célébrons la Journée nationale de la presse, notre site, premier média d’information le plus visité en Algérie, est toujours bloqué illégalement par Algérie Télécom.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • C'est une bonne chose. Ce site est au service du makhzen et désinforme tout en faisant du bashing Algérie à tout va. Cela rapporte bien dans l'hexagone!

    Rapporter madaure dimanche 22 octobre 2017 01:49
  • Au lieu de s'attaquer au révélé, on s'attaque au révélateur

    Rapporter tiourirek samedi 21 octobre 2017 21:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.