Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mardi 10 octobre 2017 08:29

Algérie : Des opérateurs prêts à gérer les déchets industriels sous conditions (enquête)

 

Plus de 95% des personnes interrogées estimes que la gestion des déchets est importante.

 

Un grand nombre de chefs d’entreprise algériens interrogés dans le cadre d’une enquête se sont dits en faveur à la gestion des déchets industriels pour peu qu’un certain nombre de conditions soit mis en place.  

Ainsi 42% de ces chefs d’entreprise considèrent l’absence de filières de valorisation, de recyclage, d’élimination ou de centres de tri à proximité parmi les facteurs qui freinent la gestion des déchets industriels en Algérie, selon les résultats préliminaires de l’enquête sur la gestion des déchets industriels menée par le cabinet d’expertise industriel Halfaoui. Une enquête qui a été  présentée lundi en marge du Salon international de la récupération et de la valorisation des déchets (RIVADE 2017).

Parmi les autres facteurs cités par les opérateurs interrogés, on retrouve les complications  administratives (42%), le manque d’implication du personnel (42%), la méconnaissance des filières locales de collecte, le recyclage et la valorisation de déchets (14), le coût trop élevé des investissements (14%) et enfin la méconnaissance des techniques de gestion des déchets industriels.

Afin de lever les obstacles existants, les opérateurs évoquent  l’incitation financières et la simplification des procédures administratives comme facteurs importants.

Par ailleurs, 66% des opérateurs trouvent important que l’Etat mette davantage de moyens à disposition des industriels (conteneurs, déchèterie, collecteurs), 61% demandent une simplification des procédures administratives et 50% ne trouvent pas de prestataires externes qualifiés.

En outre, la majorité des industriels ont déclaré « être prêts à changer certaines de leurs procédures de travail pour améliorer le système de gestion des déchets, ce qui démontre une prise de conscience des opérateurs sur ce sujet », souligne les initiateurs de l’enquête.

L’enquête du cabinet d’expertise Halfaoui a relevé que « la perception de la problématique de la gestion des déchets industriels est incontestablement positive, plus de 95% des personnes interrogées estimes que la gestion des déchets est importante ». L’enquête a été lancée en septembre dernier et prendra fin en novembre prochain. Jusqu’à présent, des entreprises de 13 wilayas du pays ont été sondées.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le budget du SILA a baissé d’environ 40% par rapport à 2016 (Hamidou Messaoudi)

La tendance baissière du budget alloué au SILA a commencé en 2016 quand celui-ci a été réduit de 50%.

Algérie-Le cadre réglementaire de la presse électronique relève des prérogatives de la ARPE (ministre)

Au sujet du blocage du site d’information TSA sur les réseaux d’Algérie Télécom et Mobilis, le ministre a nié que son département soit lié à ce blocage que la direction du journal assimile « acte de censure non assumé ».

Tunisie- Les taxes proposées par la LF 2018 risquent de pénaliser tout le secteur touristique (FTH)

La réactivation du timbre de 30 dinars à la sortie du territoire qui devra être payée par les ressortissants étrangers hors maghrébins, rapporterait plus à l’Etat que la taxe de 3 dinars sur la nuitée, selon le président de la FTH.