Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Octobre 2017

  •   Boualem Alami
  • lundi 9 octobre 2017 16:46

Maroc : Plus de 4 millions de personnes en situation de pauvreté multidimensionnelle (Enquête)

L’enquête a montré, toutefois, que l’effectif global de la population en situation de pauvreté multidimensionnelle au Maroc a enregistré une baisse entre 2004 et 2014.

 

Il y a au Maroc près de 4 millions d'habitants en situation de vulnérabilité, et au moins 1,6 million en situation de pauvreté absolue sur une population globale de 34.952.863 millions d’habitants, selon l’horloge de la population marocaine du lundi 9 octobre établie par le HCP. 

Une enquête nationale menée par le HCP donne une nouvelle configuration à la pauvreté globale et multidimensionnelle au Maroc. Le HCP définit la pauvreté comme étant ‘’l’état où les dimensions de base, qui constituent les besoins socioculturels d’un ménage sont à un tel niveau d’insatisfaction qu’elles sont considérées comme une privation’’, avait affirmé mercredi dernier lors d’une conférence de presse le Haut commissaire au plan M. Ahmed Lahlimi Alami. Il a expliqué que les résultats de cette enquête sur la pauvreté au Maroc confirment l’hypothèse selon laquelle ‘’la pauvreté est un phénomène rural par excellence’’, et touche sous sa forme monétaire,  2% des citadins et 9% des ruraux, soit plus de 1,3 million de personnes dans les campagnes.

Globalement, ‘’la distribution des pauvretés et leur cumul montrent que 3,5 millions de personnes connaissent une seule pauvreté’’, et ‘’sur ce total, 2,3 millions de personnes souffrent de la pauvreté multidimensionnelle et 1,2 million de la pauvreté monétaire’’, rapporte le HCP. En plus, ‘’un noyau dur (de Marocains, NDLR) croule sous le poids des deux pauvretés. Ils sont 463.000 personnes dans cette situation. Le cumul de ces trois indices fait porter l’effectif de la population en situation de précarité à près de 4 millions de personnes, soit 11,7% au niveau national’’ explique l’enquête du HCP.

La pauvreté mange les campagnes marocaines

Mais, cette enquête a montré que l’effectif global de la population en situation de pauvreté multidimensionnelle au Maroc a enregistré une baisse entre 2004 et 2014, passant de 7,5 millions à 2,8 millions d’individus. ‘La pauvreté multidimensionnelle décline un taux de prévalence de 8,2% à l’échelle nationale, portant le nombre des citoyens qui en subissent la prévalence à 2,8 millions dont 400.000 en milieu urbain et 2,4 million en milieu rural, avec des taux de prévalence respectivement de 2% et de 17,7%’’, avait indiqué dans sa conférence de presse M. Lahlimi et reprise sur le site du HCP.  

Les ‘’sans abris’’, l’autre pauvreté humaine 

L’évolution est plus perceptible dans les villes,  car ils sont 85% de personnes en situation de pauvreté multidimensionnelle à vivre dans les campagnes. Par type de privations, le déficit dans le secteur de l’éducation concerne plus de  la moitié de la pauvreté multidimensionnelle (55,3%), vient ensuite la privation d’accès aux infrastructures sociales de base (19,7%) et d’accès à l’habitat (14,1%) et à la santé (10,9%).

Dans une note sur l’habitat précaire présentée à l’occasion de la Journée mondiale sur l’Habitat, le HCP avait, par ailleurs, indiqué le 2 octobre dernier que les sans abris au Maroc sont au nombre de 7226 personnes contre 7308 en 2004, soit une légère baisse de 1,1% et que la quasi-totalité des sans-abris (89%) vivent en milieu urbain. En outre, cinq régions du royaume concentrent 73,7% des sans abris, dont Rabat-Salé-Kenitra ou la grande région Casablanca-Settat.

Selon le dernier classement de 2016 de l’indice de développement humain dans le monde, le Maroc occupe la 123 ème position, dans la catégorie des pays ayant un niveau de développement humain moyen (medium human developement). L’Algérie (83eme), la Tunisie (97eme) et même la Libye (102eme) sont par comparaison classées dans la catégorie des pays ayant un niveau de développement humain élevé (high human developement). 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Bravo à cette institution publique la HCP. AU MOINS elle publie la vérité sous bases et critères à l'international. Et ces chiffres ne sont pas étonnant. Ce qui est étonnant c'est le même indicateur en Algérie le pays du pétrole et du gaz sous terre et sous ....

    Rapporter Bm mercredi 11 octobre 2017 13:55
  • C'est vraiment triste surtout quand on sait que en 17 années M6 est devenu la 7eme fortune mondiale et la 1ere en Afrique.

    Rapporter Le Patriote mardi 10 octobre 2017 11:01
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP célèbre le centenaire de la Révolution d’Octobre en compagnie de Ould Kaddour (PDG de Sonatrach)

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Malika Rahal: "L'UDMA une contribution meconnue au mouvement national"

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le budget du SILA a baissé d’environ 40% par rapport à 2016 (Hamidou Messaoudi)

La tendance baissière du budget alloué au SILA a commencé en 2016 quand celui-ci a été réduit de 50%.

Algérie-Le cadre réglementaire de la presse électronique relève des prérogatives de la ARPE (ministre)

Au sujet du blocage du site d’information TSA sur les réseaux d’Algérie Télécom et Mobilis, le ministre a nié que son département soit lié à ce blocage que la direction du journal assimile « acte de censure non assumé ».

Tunisie- Les taxes proposées par la LF 2018 risquent de pénaliser tout le secteur touristique (FTH)

La réactivation du timbre de 30 dinars à la sortie du territoire qui devra être payée par les ressortissants étrangers hors maghrébins, rapporterait plus à l’Etat que la taxe de 3 dinars sur la nuitée, selon le président de la FTH.