Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Reuters
  • jeudi 14 septembre 2017 10:18

Tunisie- La loi d'amnistie adoptée, l'opposition dénonce une "réconciliation avec la corruption"

Une manifestation contre la loi dite de réconciliation économique (dr)

 Le Parlement tunisien a approuvé mercredi un projet de loi contesté dans la rue et par l'opposition qui octroie une amnistie aux responsables gouvernementaux accusés de corruption sous l'ancien régime de Zine Ben Ali.

 

 

Proposé en 2015 par le président Beji Caïd Essebsi, le texte a suscité de vives critiques, ce qui a retardé sa présentation devant la Chambre des députés.Lors du débat parlementaire, des députés d'opposition ont chanté l'hymne national dans l'hémicycle en signe de protestation, provoquant une suspension de séance avant de quitter les lieux pour ne pas prendre part au vote.

 A l'extérieur, des dizaines de manifestants s'étaient réunis pour protester eux aussi aux cris de "Cette loi ne passera pas".Le projet initial a été amendé et l'amnistie prévue par la loi dite de "réconciliation économique" ne concerne plus par exemple les hommes d'affaires corrompus s'étant enrichis durant les vingt-quatre années passées au pouvoir par Zine Ben Ali jusqu'à sa chute en janvier 2011.

 "Réconciliation avec les corrompus"

 Mais ses détracteurs estiment qu'il s'agit d'un pas en arrière majeur par rapport aux acquis de la "Révolution de jasmin". "Je vous félicite pour le retour de l'Etat dictatorial et la réconciliation avec les corrompus", a commenté le député d'opposition Ahmed Seddik, élu du Front populaire. "Les Tunisiens ne vous pardonneront pas", a-t-il ajouté.

 Ammar Amroussia, un autre député de l'opposition, a dénoncé une loi qui, a-t-il dit, est un "stade avancé de la contre-révolution".Les responsables gouvernementaux ont fait valoir qu'il était temps de tourner la page et prônent la réconciliation, comme ce fut le cas ailleurs sur le continent africain, dans l'Afrique du Sud postapartheid ou au Rwanda après le génocide de 1994.

 Les élus d'Ennahda et de Nidaa Tounès, favorables au projet, ont rejeté les "méthodes inacceptables" de l'opposition et son "rejet de la démocratie", selon les termes du député Sofiane Toubel, élu Nidaa Tounès. 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).