Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Nadir Allam
  • mercredi 13 septembre 2017 18:36

Algérie - L’UGTA et le patronat affirment leur soutien au gouvernement Ouyahia

Le patronat et le syndicat sont d'accord pour soutenir Ahmed Ouyahia et son plan d'action.

« Les signataires du pacte national réitèrent leur engagement à ne ménager aucun effort afin de contribuer à amplifier l’épanouissement social et accentuer le développement économique », affirment l’Union générale des travailleurs algériens et Forum des chefs d’entreprises, entre autres organisations patronales.

 

  

L’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et le Forum des chefs d’entreprises (FCE) se sont réunis aujourd’hui pour affirmer leur soutien au président de la République, à son programme et à l’Exécutif qui se charge de le mettre en place. Cette réunion fait suite à celle des partis de l’administration (RND, FLN, Taj et MPA) pour préparer la riposte contre les critiques sévères visant le gouvernement Ouyahia, notamment le recours qu’il envisage à la planche à billets pour financer le déficit.

Dans la matinée d’aujourd’hui, Ali Haddad, président du FCE, a réuni le Conseil exécutif de cette organisation patronale, son conseil d’orientation stratégique et l’ensemble des délégués de wilayas, afin de discuter de la situation économique du pays. Au cours de cette réunion, les membres du FCE ont, à l’unanimité, exprimé leur soutien au plan d'action du gouvernement et au Président de la République.

Dans l’après midi, c’est une réunion entre l’UGTA et l’ensemble des organisations patronales signataires du Pacte national économique et social pour la croissance qui se sont réunies pour accorder leur violons et affirmer leur adhésion sans réserves à la démarche du gouvernement. « Conscient de la portée des hautes instructions du président de la république, les signataires du pacte réitèrent leur engagement à ne ménager aucun effort afin de contribuer à amplifier l’épanouissement social et accentuer le développement économique », peut-on lire dans un communiqué rendu public à l’issue de cette réunion qui a regroupé la Confédération générale des entreprises algériennes (CGEA), le Forum des chefs d’entreprises (FCE), l’Union nationale des entrepreneurs publics (UNEP), la Confédération nationale du patronat algérien (CNPA), la Confédération des industriels et des producteurs algériens (CIPA), la Confédération algérienne du patronat (CAP), I’Union nationale des investisseurs (UNI), la Confédération générale du patronat-BTPH (CGP-BTPH) et l’Assemblée générale des entrepreneurs algériens (AGEA). 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...