Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 13 septembre 2017 10:39

Tunisie- L’expulsion du chercheur Hicham el Alaoui rappelle "les pratiques scandaleuses de l’Ancien régime" (associations)

Le même jour de la diffusion du communiqué de ces associations, c’est-à-dire hier, la porte-parole de la présidence tunisienne a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

 

Dans un communiqué publié hier, plusieurs associations et organisations tunisiennes agissant notamment dans les domaines des droits humains, des libertés académiques et des droits des femmes ont condamné l’expulsion de Tunisie, le 8 septembre dernier, du prince marocain Moulay Hichem, également chercheur en politologie, qui devait prendre part à un colloque portant sur les obstacles entravant les réformes politiques dans trois pays arabes : la Tunisie, le Yémen et l’Egypte.

Les signatures de ce communiqué (voir leur liste en fin d’article) ont dénoncé « une nouvelle violation (…) des droits et des libertés garantis par la Constitution tunisienne et particulièrement son article 31 ». Ils ont qualifié l’expulsion du chercheur marocain de tentative de « renouer avec les pratiques scandaleuses qu’on croyait disparues avec l’Ancien régime ».

Le communiqué exige du gouvernement tunisien « qu’il précise les véritables raisons qui l’ont poussé à prendre une pareille décision bafouant les principes des droits de l’homme, la liberté d’expression et les libertés académiques adoptés par la Révolution tunisienne ».

Pour rappel, hier également, la porte-parole de la présidence tunisienne, Saïda Garrach, a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

------------------------------

 

Les organisations et associations signataires du communiqué sont : L’Association arabe des libertés académiques, l’Association Beity, l’association tunisienne pour la défense des valeurs universitaires, l’Association tunisienne des femmes démocrates, l’Association Lam Echaml, l’association Vigilance pour la démocratie et l'Etat civique, le Centre de Tunis pour la liberté de la presse, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie, la Fédération générale de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Union générale tunisienne du travail), le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme, l’Organisation tunisienne contre la torture.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).