Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 13 septembre 2017 10:39

Tunisie- L’expulsion du chercheur Hicham el Alaoui rappelle "les pratiques scandaleuses de l’Ancien régime" (associations)

Le même jour de la diffusion du communiqué de ces associations, c’est-à-dire hier, la porte-parole de la présidence tunisienne a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

 

Dans un communiqué publié hier, plusieurs associations et organisations tunisiennes agissant notamment dans les domaines des droits humains, des libertés académiques et des droits des femmes ont condamné l’expulsion de Tunisie, le 8 septembre dernier, du prince marocain Moulay Hichem, également chercheur en politologie, qui devait prendre part à un colloque portant sur les obstacles entravant les réformes politiques dans trois pays arabes : la Tunisie, le Yémen et l’Egypte.

Les signatures de ce communiqué (voir leur liste en fin d’article) ont dénoncé « une nouvelle violation (…) des droits et des libertés garantis par la Constitution tunisienne et particulièrement son article 31 ». Ils ont qualifié l’expulsion du chercheur marocain de tentative de « renouer avec les pratiques scandaleuses qu’on croyait disparues avec l’Ancien régime ».

Le communiqué exige du gouvernement tunisien « qu’il précise les véritables raisons qui l’ont poussé à prendre une pareille décision bafouant les principes des droits de l’homme, la liberté d’expression et les libertés académiques adoptés par la Révolution tunisienne ».

Pour rappel, hier également, la porte-parole de la présidence tunisienne, Saïda Garrach, a indiqué sur sa page Facebook que le président Béji Caïd Essebsi était « mécontent » de l’expulsion du prince Hicham El Alaoui et que celle-ci avait été « effectuée suivant une procédure administrative automatique, sans qu’il en soit référé aux responsables ».

 

------------------------------

 

Les organisations et associations signataires du communiqué sont : L’Association arabe des libertés académiques, l’Association Beity, l’association tunisienne pour la défense des valeurs universitaires, l’Association tunisienne des femmes démocrates, l’Association Lam Echaml, l’association Vigilance pour la démocratie et l'Etat civique, le Centre de Tunis pour la liberté de la presse, le Comité pour le respect des libertés et des droits de l'homme en Tunisie, la Fédération générale de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Union générale tunisienne du travail), le Forum tunisien des droits économiques et sociaux, la Ligue tunisienne de défense des droits de l'homme, l’Organisation tunisienne contre la torture.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...