Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 12 septembre 2017 12:51

RSF dénonce un "centième jour de détention de trop pour le fixeur algérien Saïd Chitour"

 

 

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) dénonce dans un communiqué rendu public ce mardi, « la détention préventive excessive dont est victime Saïd Chitour. »L’ONG rappelle que cela fait 100 jours que le fixeur, connu pour travailler pour de nombreux médias étrangers, est emprisonné sans jugement. Voici le communiqué:

 

 

Saïd Chitour qui travaille en tant que fixeur pour de nombreux médias internationaux, dont la BBC et le Washington Post, a été arrêté le 5 juin 2017 à l’aéroport international d’Alger par les services de renseignements et placé en détention à la prison d'El Harrach à Alger.

 Il est accusé d’avoir remis des documents confidentiels à des diplomates étrangers, et est poursuivi en vertu de l'article 65 du Code pénal, qui prévoit la « réclusion perpétuelle pour quiconque, dans l’intention de les livrer à une puissance étrangère, rassemble des renseignements, objets, documents ou procédés dont la réunion et l’exploitation sont de nature à nuire à la défense nationale ou à l’économie nationale ».

 

La demande de libération provisoire déposée par son avocat fin juillet a été rejetée. La date de son procès n’a toujours pas été fixée.“Cent jours de détention provisoire, ce sont cent jours de trop, cent jours d’incompréhension et d’injustice car rien jusqu’à présent ne justifie le maintien en prison de Saïd Chitour. Quand le provisoire se prolonge sans motifs, sans date de procès, la détention devient arbitraire, et le principe de la présomption d'innocence est bafoué” déclare l’organisation de défense de la liberté d’information qui réclame sa libération sans délai.

 

La phase d’instruction n’est toujours pas terminée et Saïd Chitour attend toujours de connaître la date de son procès.Dans son rapport “Algérie : la main invisible du pouvoir sur les médias”, l’organisation décrivait l’utilisation abusive de la détention provisoire par les autorités algériennes comme une épée de Damoclès pour les journalistes, journalistes-citoyens et contributeurs de médias.L’Algérie occupe la 134ème place au classement mondial de la liberté de la presse 2017.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • S'il est reconnu coupable, il va écoper de 5 ans ferme, il va passer 5 mois en prison avant d'etre gracié, il va ensuite travailler quelque temps à Doha ou à Abu Dhabi et enfin rappelé pour être installé comme PDG de l'ENTV; comme ce fut le cas pour Ould Kaddour ancien informateur de puissances étrangères et actuel PDG de Sonatrach.

    Alors un peu de patience Chitour, la fin ne sera que plus heureuse :)

    Rapporter Tahat mardi 12 septembre 2017 20:08
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...