Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Maghreb Emergent
  • mardi 12 septembre 2017 12:51

RSF dénonce un "centième jour de détention de trop pour le fixeur algérien Saïd Chitour"

 

 

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) dénonce dans un communiqué rendu public ce mardi, « la détention préventive excessive dont est victime Saïd Chitour. »L’ONG rappelle que cela fait 100 jours que le fixeur, connu pour travailler pour de nombreux médias étrangers, est emprisonné sans jugement. Voici le communiqué:

 

 

Saïd Chitour qui travaille en tant que fixeur pour de nombreux médias internationaux, dont la BBC et le Washington Post, a été arrêté le 5 juin 2017 à l’aéroport international d’Alger par les services de renseignements et placé en détention à la prison d'El Harrach à Alger.

 Il est accusé d’avoir remis des documents confidentiels à des diplomates étrangers, et est poursuivi en vertu de l'article 65 du Code pénal, qui prévoit la « réclusion perpétuelle pour quiconque, dans l’intention de les livrer à une puissance étrangère, rassemble des renseignements, objets, documents ou procédés dont la réunion et l’exploitation sont de nature à nuire à la défense nationale ou à l’économie nationale ».

 

La demande de libération provisoire déposée par son avocat fin juillet a été rejetée. La date de son procès n’a toujours pas été fixée.“Cent jours de détention provisoire, ce sont cent jours de trop, cent jours d’incompréhension et d’injustice car rien jusqu’à présent ne justifie le maintien en prison de Saïd Chitour. Quand le provisoire se prolonge sans motifs, sans date de procès, la détention devient arbitraire, et le principe de la présomption d'innocence est bafoué” déclare l’organisation de défense de la liberté d’information qui réclame sa libération sans délai.

 

La phase d’instruction n’est toujours pas terminée et Saïd Chitour attend toujours de connaître la date de son procès.Dans son rapport “Algérie : la main invisible du pouvoir sur les médias”, l’organisation décrivait l’utilisation abusive de la détention provisoire par les autorités algériennes comme une épée de Damoclès pour les journalistes, journalistes-citoyens et contributeurs de médias.L’Algérie occupe la 134ème place au classement mondial de la liberté de la presse 2017.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • S'il est reconnu coupable, il va écoper de 5 ans ferme, il va passer 5 mois en prison avant d'etre gracié, il va ensuite travailler quelque temps à Doha ou à Abu Dhabi et enfin rappelé pour être installé comme PDG de l'ENTV; comme ce fut le cas pour Ould Kaddour ancien informateur de puissances étrangères et actuel PDG de Sonatrach.

    Alors un peu de patience Chitour, la fin ne sera que plus heureuse :)

    Rapporter Tahat mardi 12 septembre 2017 20:08
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).