Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Tunis Afrique Presse
  • lundi 11 septembre 2017 17:46

Tunisie : Youssef Chahed annonce devant le parlement (ARP) ses objectifs chiffrés sur trois ans

 

Réduction du déficit budgétaire à 3%, de la masse salariale à 12,5% et maintien de l’endettement à un taux inférieur à 70%, tels sont les objectifs chiffrés sur trois ans annoncés par le chef du gouvernement tunisien devant le parlement.

 

 “La stratégie économique du gouvernement durant les trois prochaines années sera axée sur la réduction du déficit budgétaire à 3% et de la masse salariale à 12,5%, et sur le maintien de l’endettement à un taux inférieur à 70%. Cette stratégie ambitionne également de porter la croissance à 5% à la fin de 2020 “, a précisé le Chef du Gouvernement Youssef Chahed, dans son discours prononcé, lundi, lors de la séance plénière, consacrée au vote de confiance au nouveau gouvernement remanié. Chahed estime que cette stratégie permettra également de réduire le taux de chômage de trois points, par rapport à 2016, à la fin de 2020.

 

Une feuille de route pour sortir de la crise

 

Il a aussi fait savoir que son gouvernement a élaboré une feuille de route détaillée pour sortir de la crise et relancer l’économie, conformément à l’orientation retenue dans le discours de vote de confiance prononcé en août 2016, et aux grandes réformes annoncées le 14 janvier 2017. Laquelle feuille de route est soumise au dialogue, depuis le 5 septembre 2017, avec les parties signataires du Document de Carthage afin de l’enrichir, avant sa mise en application.

 Toujours selon lui, ” le programme de réformes constitue une tentative de changer le modèle de développement, le modèle actuel ayant montré ses limites. Le nouveau modèle doit se baser sur l’investissement public dans les secteurs stratégiques, qui ne devraient pas sortir du giron de l’Etat, mais également sur le partenariat public privé “.

 Et de poursuivre “ce modèle doit également permettre de libérer le potentiel non exploité de l’économie nationale (terres domaniales non exploitées … ), afin de l’intégrer dans le circuit économique “.

 Chahed a par ailleurs, estimé que ce modèle a toutes les chances pour réussir, étant donné que la Tunisie demeure une destination compétitive, grâce à sa main d’œuvre qualifiée et son positionnement stratégique.

Il a, à ce titre, souligné que la mise en place de ce modèle de développement exige la mise en œuvre d’une série de réformes, ayant trait à la révision de la réglementation de change et des autorisations administratrices et au soutien des PME.

“La croissance économique est au service des objectifs sociaux de l’État et devrait être une croissance intégrée qui bénéficie à la majorité des tunisiens”, a estimé le chef du gouvernement.

 

Un programme de développement des régions sahariennes

 

Un programme de développement des régions sahariennes annoncé Chahed a annoncé, devant les députés de l’ARP, le lancement d’un programme de développement intégré destiné aux régions sahariennes qui représentent environ le tiers de la superficie de la Tunisie. “Ce projet vise à transformer les zones sahariennes à un levier de développement et à y créer des postes d’emploi et des projets d’énergie renouvelable, notamment, d’énergie solaire.

 Il permet également le raccordement de ces zones aux réseaux routiers et leur équipement pour la création d’une dynamique économique qui contribue à la lutte contre la contrebande et le terrorisme”, a-t-il dit ajoutant que la finalité est de promouvoir une agriculture saharienne et écologique dans ces régions à l’instar des expériences mondiales réussies (USA, Australie, Chine).

 Il a évoqué dans ce contexte la possibilité d’y créer un centre mondial de recherches appliquées dans le secteur des technologies du Sahara et des énergies alternatives.

 La mise en œuvre de ce projet permettra de soutenir la sécurité nationale sur le plan stratégique, a ajouté le chef du gouvernement, estimant que la Tunisie pourrait réaliser un progrès à travers les réformes structurelles et un programme d’intégration économique et un nouveau modèle de développement qui ne pourrait réussir, d’après lui, qu’à travers “la consécration de la valeur-travail”.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).