Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Boualem Alami
  • lundi 11 septembre 2017 16:19

Maroc: Pour le prince Moulay Hicham, la transition tunisienne "est dans une phase critique"

 

 Le prince marocain Moulay Hicham a indiqué dans un entretien au site tunisien ''Nawaat''ne pas ''spéculer'' sur les raisons de son expulsion vendredi de Tunisie.  Malgré sa mésaventure,  la Tunisie reste, selon lui, "le seul point lumineux du Printemps Arabe’ mais sa transition se trouve dans une "phase critique".

 

 Dans l'entretien accordé à ''Nawaat'', il explique d'abord qu'il n'a pas été ''arrêté''. C'est à l'hôtel qu'il a été abordé par des policiers qui lui ont signifié ''qu’ils appartiennent à la sécurité de l’aéroport, et ont décliné leur identité quand j’ai demandé de voir leurs badges''.

Mais, il ajoute que ces policiers ''n’ont pas précisé pour quelle raison on m’approchait, mais ils m’ont dit qu’il y avait un problème à résoudre concernant la douane.''  Puis, il a été emmené à l'aéroport dans le véhicule des policiers ''puisque je voulais qu’il soit clair que j’étais officiellement sous leur responsabilité en cas de n’importe quel risque pour ma vie.''

 Contredisant la première version donnée par la presse locale, Moulay Hicham indique qu'il a été emmené ''directement à l’aéroport'' où il a été informé par le directeur d’Air France ''qu’on lui avait demandé de me réserver une place pour le vol en partance vers Paris.''

 Déporté vers.....Paris

 A l'aéroport international de Tunis, le prince marocain exige des explications sur son expulsion. Il n'obtiendra qu'un avis d'expulsion tamponné sur son passeport, après qu'il ait exigé qu'il soit ou emmené vers l'avion menottes aux poings, ou l’apposition d’un cachet mentionnant son expulsion.

 ''Je leur ai dit qu’en l’absence de documentation officielle, ils devraient me mettre des menottes pour me faire monter à bord de l’avion. C’était le cachet ou les menottes. '' ''Après 45 minutes d’attente, ils ont cédé et ont tamponné le passeport.'' ''(...) le directeur d’Air France a aussi corroboré le fait qu’on me déportait sans commettre un crime. A ce moment, ils m’ont accompagné à l’avion, et je suis parti à Paris.''

 Sur les raisons de cette expulsion ou ses commanditaires, Moulay Hicham explique qu'il ne s'est pas adressé ''aux autorités marocaines pour savoir davantage sur ma situation, et je n’ai aucune idée concernant leur implication.'' Il ajoute: ''je n’ai pas envie de spéculer.''

 La transition tunisienne a besoin de plus d’engagement et de participation citoyenne.

En fait, Moulay Hicham Alaoui, qui exerce à l'université américaine de Harvard, devait animer une conférence sur ''la gouvernance et les défis sécuritaires dans trois pays arabes: le Maroc, l’Égypte et le Yémen''.

 ''Mon intervention dans ce symposium académique, sponsorisé par l’Université de Stanford, allait proposer une perspective comparative sur la transition politique tunisienne, et les défis de la consolidation de la démocratie'', explique t-il, éludant une interférence éventuelle de pays du Golfe dans son expulsion de Tunisie. ''Je n’ai aucune idée sur l’interférence saoudienne ou émiratie dans ces affaires académiques, et encore une fois, je n’ai pas envie de spéculer.''

 Moulay Hicham maintient cependant une vision positive de la Tunisie, qui ''reste le seul point lumineux du Printemps Arabe. "Dans mon cas, je crois qu’il y a eu une grande faille comme c’était le résultat d’une décision exécutive qui a contourné les contrôles judiciaire et parlementaire. La transition démocratique en Tunisie est dans une phase critique, et pour franchir ce palier, il faut plus d’engagement et de participation citoyenne."

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Une décision injuste et condamnable.Je suis parmi ceux qui soutiennent à fond l'expérience démocratique tunisienne.La Tunisie est l'exception qui confirme la règle du désert démocratique dans le monde arabe (le Liban est un cas à part).L'expulsion du prince Hicham donne un très mauvaise image du gvt tunisien.Ceux qui ont pris cette décision inique sont certainement des nostalgiques ou des résidus du système policier de Benali.

    Rapporter Azitout mardi 12 septembre 2017 20:11
  • Cette expulsion montre bien le manque de souveraineté de l'état de Tunisie qui demeure toujours un protectorat français sans indépendance et liberté réelles pour son peuple !

    Rapporter Bebbouche bey mustapha lundi 11 septembre 2017 17:10
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...