Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   ME - TAP
  • lundi 11 septembre 2017 10:17

Tunisie : L’UGTT fixe les marques en prévision des négociations salariales

 Noureddine Tabboubi, chef de l'UGTT (dr)

En prévision des négociations salariales prévues en avril, le leader de l’UGTT affiche la couleur : ce n’est pas aux démunis de supporter le déficit budgétaire qui n’est pas causé par la masse salariale mais par la «mauvaise gestion et l’inexpérience » du gouvernement.

 

Le nouveau round des négociations sociales portant sur l'augmentation des salaires au profit du secteur public et des fonctionnaires, conformément à l'accord signé entre l'UGTT et le gouvernorat, ainsi que dans le secteur privé après la signature du procès verbal avec l'UTICA, débutera en avril 2018, a déclaré samedi Noureddine Tabboubi, leader de la centrale syndicale.

"Le gouvernement doit tenir compte dans l'élaboration du budget 2018 des négociations sociales", a-t-il souligné en assistant à la journée du savoir organisée par la société des transports du Sahel à Monastir. Il a estimé que "la couche sociale démunie ne doit pas supporter le déficit budgétaire et la conjoncture difficile après la détérioration de son pouvoir d'achat".

 Pour le secrétaire général de l'UGTT "la mauvaise gestion et le manque d’expérience sont la cause réelle du déficit budgétaire et non la hausse du volume des salaires comme on essaie de le faire croire". Il a appelé à cet égard à créer des ressources capables d'impulser le développement et promouvoir l'économie.

 

"La situation actuelle en Tunisie exige la franchise, la détermination et une union nationale fondée sur une politique de réforme et des programmes clairs non un artifice d'union et de slogans creux", a-t-il ajouté.

 

Au cours de cette manifestation un hommage a été rendu à 26 agents partis à la retraite et 150 enfants des cadres de la société des transports du Sahel.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...