Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 24 Janvier 2018

  •   Oussama Nadjib
  • mercredi 16 août 2017 09:41

Les "oligarques" intouchables : de qui Ahmed Ouyahia IV sera-t-il le nom?

 

 Que va faire Ahmed Ouyahia ? Appliquer "ses" instructions qui «recadraient » Abdelmadjid Tebboune. Les "oligarques" sont intouchables, Ouyahia va probablement s’attaquer aux subventions.  Un remake de l’ajustement des années 90 sera-t-il facile en 2017 ?

  Il y a bien eu des «instructions présidentielles» rédigées - et transmises ?- par Ahmed Ouyahia à Abdelmadjid Tebboune.Le procédé, sans précédent dans les annales du pays, a fait ressurgir « la question » qui a constamment accompagné le quatrième mandat d’un président amoindri : gouverne-t-il vraiment le pays ?

 

Un pouvoir informel, des acteurs visibles

 

La question ne pouvant être pris en charge de manière institutionnelle – la mise en œuvre de l’article 102 par Mourad Medelci , le président du conseil constitutionnel relevant de l’inimaginable -, les Algériens en sont réduit, non sans inquiétude, à observer l’accentuation du caractère informel de l’exercice du pouvoir.

 Le mot «informel » signifie surtout un éloignement à l’égard d’un fonctionnement institutionnel, cela ne veut pas dire que les protagonistes de la «crise au sommet » ne sont pas connus.

 

Ce que Saïd Bouteflika reproche à Tebboune

 

Tebboune a commis, aux yeux de Saïd Bouteflika, une transgression en s’attaquant, au nom de la « séparation de l’État et de l’argent » aux  hommes d’affaires du clan présidentiel, ceux qui ont investi dans le quatrième mandat.

 Circonstance aggravante aux yeux de Saïd Bouteflika, en s’attaquant aux « oligarques » au nom de l’application du programme du président, Tebboune est venu lui contester le monopole de la transmission et de l’interprétation de la parole présidentielle.

 C’est ce qui explique que Saïd Bouteflika, contrairement aux habitudes, se soit mis en avant en s’affichant de manière ostensible aux côtés de son « ami » Ali Haddad. Il fallait rétablir la situation aux yeux de l’opinion en attendant de « régler » son affaire à Abdelmadjid Tebboune.

 

L’économie au cœur de la politique

 

L’autre protagoniste de ce tumulte estival au sommet est Ahmed Ouyahia. Il a bien adressé trois «instructions » à Tebboune pour lui transmettre le courroux du président de la république à l’égard de ses « initiatives » et lui ordonner de mettre ses « provocations réelles » contre les opérateurs économiques nationaux.

 Il devient presque accessoire de se demander pourquoi Tebboune a été limogé après avoir «instruit » : a-t-il refusé les «instructions » ? A-t-il mis en doute leur «origine » ? Cela alimentera probablement les discussions pendant longtemps.Mais si l’on revient aux «instructions » transmises par Ouyahia, on constate à quel point l’enjeu économique est devenu, dans un quatrième mandat ultra-spécifique- au cœur de la politique.

 Ahmed Ouyahia est connu pour ne pas avoir d’état d’âmes et d’appliquer avec beaucoup de zèle les décisions prises.  Son profil particulier qui le rend apte  à faire une politique et son contraire explique à coup sur qu’il revienne régulièrement au palais du gouvernement. 

 

Tebboune ou le crépuscule de la haute bureaucratie d’État

 Tebboune, lui, incarne, parfaitement la haute bureaucratie d’Etat qui a exercé, pendant longtemps, le pouvoir économique, ce qui en Algérie signifie le pouvoir d’affecter les ressources.

 Le bref – et vain – bras de fer qu’il a engagé contre les importateurs et les oligarques acte symboliquement la perte d’influence de «technostructure » qui, il est vrai, a été très affaiblie au plan de la compétence par le désencadrement massif connu par le pays dans les années 90.  On s’interrogera sans doute longtemps sur les soutiens qu’escomptait Tebboune au sein des appareils ? 

 

Que va faire, Ahmed Ouyahia, dans le domaine très « politique » de l’économie ? La réponse est simple : appliquer les «instructions » qu’il a transmises à Tebboune. On peut la résumer par un « pas touche à Ali Haddad » et aux amis d’affaires du quatrième mandat. Les mesures auraient commencées à être appliquées sans attendre le retour de «vacances » de Tebboune, comme le déblocage des produits au niveau des ports.

Ce qu’exigeait les «instructions » ?La fin du «harcèlement économique » des opérateurs qui s’est traduit par "des visites d’inspection inopinées", "des gels de crédits octroyés" ou des enquêtes sur "des terrains octroyés à des opérateurs par les pouvoirs publics pour les verser dans les programmes LPP".

 Autre «instruction » : cesser la « publicité inutile » quand on adresse des mises en demeure à ceux qui ne respectent les termes des contrats publics.  "Toute violation de la loi ou de la réglementation" doit être traitée dans "le cadre des textes législatifs" et "sans publicité inutile". Le court passage de Tebboune laisse clairement indiquer qu’une politique d’ajustement au détriment des « oligarques » n’est pas possible. 

 

Un remake de l’ajustement des années 90 ?

 Ouyahia, qui a de l’expérience, va sans doute mettre en œuvre «l’ajustement » appliqué dans les années 90 au détriment des classes populaires qui ne sont pas représentées dans le système. Ce n’est pas Sidi Said qui les représente. Le terrain du nouvel ajustement est largement balisé avec un discours dominant des experts contre les subventions que seul Bouderba contredit de manière quasi-solitaire.

 Il faut rappeler que «l’ajustement » des années 90 a été mis en œuvre dans un contexte de violences extrêmes qui a annihilé les capacités de résistance du monde du travail.  L’inorganisation de la société algérienne va-t-elle permettre un arbitrage au détriment des classes populaires qui le retour de Ahmed Ouyahia laisse présager ?

 


Évaluer cet élément
(11 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Tebboune a cumulé couac sur couac! Les milliers de containers et les dizaines de milliers de tonnes de matières premières, de demi produits et d'intrants de toute sorte bloqués dans les ports suite à des séries de directives censées corriger les incohérences des précédentes et entrainant progressivement la paralysie de milliers d'entreprises! Le gel de projet stratégique comme celui des centrales électriques inexpliqué et injustifié, le ministre de l'industrie qui vire tout le monde et les remplace par ses potes, le ministre du commerce qui gèle à tort et à travers les importations avec des instructions aux banques complètement farfelues, incompréhensibles pour les opérateurs et qui entraine un blocage systématique! Et j'en passe!
    Et n'oublions, 2 mois après sa nomination, ses vacances sur la côte d'azur. Pas assez de travail sans doute! Avec une réunion de travail à Matignon à la demande du premier ministre français et accepté par Tebboune sans en avertir la présidence et avoir son accord en violation de tous les usages diplomatiques. Comme un bon toutou! Bref! Bon débarras et qu'il aille poursuivre ses rêves et ses emplettes à Nice avec son gouvernement d'arrivistes et de tocards!

    Rapporter madher mercredi 16 août 2017 21:05
  • il manque juste le contre feu...

    Rapporter aziz mouats mercredi 16 août 2017 17:00
  • C'est le peuple qui va se soulever contre cette oligarchie et personne ne pourra vous sauver, décampez et vite c'est un conseil

    Rapporter zawali mercredi 16 août 2017 13:24
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

La reprise des privatisations a provoqué un conflit à la tète de l’Etat est ce que vous pensez que :

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie-LPA: De nouvelles mesures incitatives garanties aux promoteurs immobiliers

  Le ministre a instruit, par la même occasion, les commissions des wilayas de remplacer les promoteurs immobiliers se trouvant en difficulté de réalisation ou dont les chantiers se trouvent à l'arrêt.

La politique économique algérienne sera présentée par Messahel à Davos

Pour l’Algérie, il s’agit d’une visite «business» car la recherche de financements extérieurs est toujours d’actualité ainsi que le projet d’adhésion à l’OMC.

82% de la richesse mondiale détenus par 1% de la population (rapport Oxfam)

Pour les pays en développement, l'évasion fiscale entraîne chaque année un manque à gagner estimé à 100 milliards de dollars.