Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 20 Septembre 2017

  •   Aymen Zitouni
  • mardi 15 août 2017 17:58

Tebboune perd « son » combat pour la séparation de l’argent de la politique

 

Abdelmadjid Tebboune aura passé moins de trois mois à la tête du gouvernement. Nommé le 24 mai dernier, après les législatives du 4 mai, succédant à Abdelmalek Sellal,  il a été limogé, ce mardi, par le président Abddelaziz Bouteflika qui l’a remplacé par Ahmed Ouyahia.

 

Les ingrédients de son départ étaient réunis depuis quelques jours. Le désormais ex-Premier ministre a été désavoué publiquement  dans « son »  combat  contre l’immixtion de l’argent dans la politique par le chef d’Etat, alors qu’il était en congé à l’étranger.

Tebboune promettait quelques jours après son installation comme Premier ministre de « séparer l’argent de la politique » sur instruction du Chef de l’Etat Abdeaziz Bouteflika. Il a commencé par remettre en cause les projets engagés par son prédécesseur, avant de s’attaquer à Ali Haddad, patron de l’ETRHB Haddad et président du Forum des chefs d’entreprises (FCE), fidèle soutien de Bouteflika.

Le 15 juillet dernier, à l’Ecole supérieure de la sécurité sociale, Ali Haddad qui était invité en bonne et due forme en sa qualité de président du FCE pour une cérémonie de remise de diplômes, a été prié de quitter la salle, lui et le Secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) Abdelmadjid Sidi Said.

Le lendemain, le tandem Haddad-Sidi Said organise la riposte à l’hôtel l’Aurassi où ils ont réuni les organisations pour laver l’affront fait à Haddad.  En même temps, le groupe Haddad est criblé de mises en demeure pour les projets qui piétinent.

Le tournant

Droit dans ses bottes, Haddad répond dans le détail aux mises en demeures et affirme que les retards enregistrés dépendent de l’administration.  Le 30 juillet, il est invité pour la réunion préparatoire de la prochaine Tripartite, le 23 septembre prochain.  Le jour-même, à l’enterrement du défunt Rédha malek,  Haddad s’affiche tout sourire avec Said Bouteflika, le frère conseiller du président, à coté de Abdelmadjid Tebboune, le visage crispé.

Et depuis, la balance s’est penchée en faveur de Ali Haddad. Reprenant du poil de la bête, ce dernier a dénoncé une campagne dénigrement dirigée contre sa personne et le groupe qu’il dirige. Deux jours plus tard, Tebboune alors en congé est sévèrement recadré par le chef de l’Etat qui lui a ordonné de «mettre immédiatement fin au « harcèlement des opérateurs nationaux ».

Dès lors, nombreux observateurs ont parié que le Premier n’allait pas durer à la tête du Gouvernement. Au lendemain de son retour de son séjour à l’étranger au cours duquel il a eu une rencontre informelle avec le Premier ministre français Edouard Philippe à Paris, que les médias proches de la présidence ont qualifié de trahison de la confiance du chef de l’Etat, est remercié.

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



7 Commentaires

  • Il est temps de le virer pour le remplacer par... Ouyahya, ce perdreau de l'année, ce jeune premier, cet immense espoir !

    Je suis vraiment mort de rire
    Haddad, sors donc de ce corps

    Rapporter sam24 mercredi 16 août 2017 17:14
  • Pourquoi ce journal ne publie pas mes commentaires ? Serait-il un journal "algerophobe" pour ne publier que les commentaires de type bashing algérie ?

    Rapporter madher mercredi 16 août 2017 11:45
  • Quel combat pour la séparation de l'argent et de l'Etat ? Depuis sa nomination, il ne fait cumuler les couacs! Son gouvernement incapable de pondre une décision cohérente! Son ministre de l'industrie qui place ses potes à tous les postes. Le ministre du tourisme nommé et aussitôt démis en raison de ses problèmes judiciaires! Les milliers d'entreprise dont les intrants pour la production sont bloqués dans les ports suite à des décisions irréfléchies. Ses vacances sur la côtes d'azur 2 mois après sa nomination comme ci le travail ne manquait pas. Sa réunion de travail à Matignon à la demande du premier ministre français sans l'aval de la présidence et en violation des usages diplomatiques ! Le gel inconsidéré de projets énergétiques stratégique et j'en passe! Bon débarras !!!! Il était temps de le virer avec son équipe!

    Rapporter madher mercredi 16 août 2017 11:22
  • le pays navigue a vue dans le triangle des Bermudes;les citoyens désemparés ne comprennent pas qui le dirige ni comment ses institutions sont gérées. 55 ans après l indépendance on arrive pas a instaurer une fraie democratie participative des la société; ni a avoir des institutions qui jouent pleinement leur rôle.
    a croire que l Algérie est devenu un émirat géré dans l opacité selon les interets d une caste .un marche interieur dérégule,une économie anarchiquement gérée;des projets d état qui traînent dans le temps avec des surcoûts,des importations sauvages ou deguisees qu a t on fait au bon DIEU pour qu on arrive a cette situation catastrophique .l Italie est arrivée a extirper la mafia pourquoi pas nous avec de nouveaux dirigeants intègres imprégnés de nobles valeurs patriotiques; n ayant aucun lien avec l oligarchie mafieuse de l import export et opérateurs véreux.

    Rapporter elhadj mercredi 16 août 2017 08:55
  • En Calabre, il doit y avoir beaucoup de gens ébahis d'admiration:
    Au Sud de chez eux, une mafia a réussi à se constituer un Etat, avec son armée, sa police, ses ministres, ses juges, son administration, sa constitution, ses mosquées...
    Bref, tout ce que la Ndrangheta n'a jamais réussi à faire

    Rapporter sam24 mercredi 16 août 2017 00:33
  • Teboune s'est réuni avec le 1er Ministre Français. Le koursi étant en jeu, il a été débarqué.Ce n'est ni haddad, ni oligarchie, ni séparation du pouvoir et de l'argent.Pour comprendre en Algérie il faut toujours baisser le niveau.Azul.

    Rapporter nabilkarim mardi 15 août 2017 23:53
  • Les voleurs, les corrompus et les delinquants en col blanc ont gagné la bataille mais la guerre ne fait que commencer contre ces pretadeurs.
    La priorité de l'opposition est de s'unir pour sauver le pays de ces ennemis de la Nation.Ces gens n'ont pour seul projet que de s'enrichire et enrichirez leurs proches...

    Rapporter Adakrine mardi 15 août 2017 21:41
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La saison 5 du CPP démarre sur la promesse d’une année politique décisive

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Faire appel à la préférence nationale pour réussir le projet de 4000 MW d’électricité en renouvelables

A ne pas manquer

Prev Next

Corée du nord, Iran, Venezuela: discours guerrier de Donald Trump à l'Onu

Pour son premier discours devant l‘Assemblée générale de l‘Onu, Donald Trump a adopté mardi une rhétorique guerrière à l’égard de la Corée du Nord, qu‘il a menacée de “détruire totalement”, et à l’égard de l‘Iran, qualifié d’“Etat voyou” promoteur de violences.

Algérie: Une délégation de 20 chefs d'entreprises britanniques prochainement à Alger

Une délégation de 20 chefs d'entreprises britanniques spécialisées dans le secteur des hydrocarbures sera en visite dimanche prochain à Alger, a indiqué mardi à Tizi-Ouzou l'ambassadeur du Royaume-Uni en Algérie, Andrew Noble.

Algérie : Credoc obligatoire pour tous : comment c'est arrivé ! ( De nos archives)

  La LFC 2009 d’Ahmed Ouyahia a causé un préjudice équivalent au déficit de 2016 a déclaré aujourd’hui l’économiste Ferhat Aït Ali. Quand on dit LCF 2009, on dit Credoc obligatoire. Comment cela est arrivé ? Un article publié dans Maghreb Emergent le 21 mai 2010 l’explique. Nous le republions.    Le recours au crédit documentaire comme unique moyen de paiement pour toutes les...