Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • lundi 19 juin 2017 19:48

Les avocats de Boudjedra portent plainte contre Ennahar-TV sur la base de charges criminelles

 

L'écrivain Rachid Boudjedra a déposé officiellement lundi plainte auprès du doyen des juges d’instruction au tribunal de Sidi M’hamed contre la chaine Ennahar TV sur la base de charges criminelles .

 

 

 La plainte déposée par les avocats de l’écrivain, Maître Miloud Brahim et Khaled Bourayou porte sur des charges graves qui relèvent du tribunal criminel. Il s’agit notamment de "torture morale", "usurpation de fonction" (de policier), d’atteinte la" vie privée", usage de l'image d'une personne sans son consentement et de diffamation.

 L'écrivain a choisi d'engager une bataille judiciaire avec une volonté claire de désigner l'affaire de la caméra cachée où il était sommé violemment de prononcer la chahada comme étant un acte criminel.  

 L’affaire de la caméra cachée qui a relevé l’ampleur de l’anarchie qui règne dans l’audiovisuel en Algérie avec des chaines TV qui ne sont, selon le président de l’Arav, Zouaoui Benamadi, «ni algériennes, ni légales» a suscité une très vive polémique.

 Saïd Bouteflika, le frère du président de la république, dans un geste de désaveu public de la chaine Ennahar TV, est venu exprimer son soutien à l’écrivain lors de la manifestation organisée devant le siège de l’autorité de régulation de l’audiovisuel.

 A titre indicatif, rappelons que la diffamation commise contre les "particuliers est punie d’un emprisonnement de cinq jours à six mois et d’une amende de 150 à 1500 DA ou de l’une de ces deux peines seulement".

 Les autres charges évoquées par les avocats sont encore plus lourdement sanctionnées par la loi. C’est le cas pour avoir utilisé la tenue de policier et de s’être présenté en tant que tel - ce qui a été le cas dans la caméra cachée d’Ennahar – est très sévèrement puni.

 L’art 242 du code pénal dispose que « quiconque, sans titre, s’immisce dans des fonctions publiques, civiles ou militaires, ou accomplit un acte d’une de ces fonctions, est puni de l’emprisonnement d’un à cinq ans à moins que le fait ne constitue une infraction plus grave. »

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Tout cela c'est du flan, je ne suis pas juriste mais je ne vois pas ce qui est pénal dans tout cela...

    Tout d'abord pour l'usurpation de fonction, c'est la police qui devrait porter plainte et pas un tiers. S'agissant d'une production audio-visuelle, on n'a jamais vu la police porter plainte contre les acteurs qui jouent des policiers...

    Pour la diffamation, il me semble (à vérifier) qu'elle n'est pas constituée lorsque le diffamé est présent et peut réfuter les dires auquel cas c'est assimilé à une discussion animée ou une polémique..

    Pour les autres charges de torture morale (c'est d'un ridicule), l'atteinte à la vie privée (à démontrer) et à l'image, là je pense que cela tombe dans le civil...

    Rapporter Truc lundi 19 juin 2017 20:47
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.

Algérie :PLF 2018, l’Etat veut engranger 70 milliards DA en augmentant l’impôt sur les dividendes de 10 % à 15 %

 Le gouvernement évoque le principe d’égalité devant l’impôt entre nationaux et étrangers pour justifier son alignement.