Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 28 Juin 2017

  •   Samy Injar
  • dimanche 18 juin 2017 00:20

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien (audio-vidéo)

 Le Café presse politique était de bonne humeur cette semaine. Malgré une actualité qui se plante.

 

« Si  Farid Farah est au CPP s’est qu’il y’a un problème avec le net », la formule grinçante de Khaled Drareni  a annoncé le débat sur l’avenir numérique de l’Algérie au delà de l’épisode devenu de moins en moins tolérable des perturbations d’Internet à l’occasion du Baccalauréat. Le Café presse politique a donc fait passer le test digital à la gouvernance désopilante de Mme  Houda Feraoun ministre des PTN, (Postes et technologie du numérique). Pour arriver à la conclusion inévitable que le gap algérien risque de perdurer encore.

 

 Un peu à l’image de l’improbable action du gouvernement après un conseil des ministres fantomatique et une énième invitation présidentielle d’engager les réformes sans porter atteintes aux acquis sociaux des années précédentes. Le Café presse politique a longtemps slalomé dans sa première partie entre la distorsion algéro-francaise qui s’aggrave. D’un côté un président jeune qui « saute comme un cabri » au dessus des forums mondiaux, de l’autre un président absent qui, paraît-il, parle quand même au téléphone. Comment s’étonner alors que le président Macron déroge, en allant d’abord à Rabat, à la règle non écrite qui veut, depuis trois présidents, que la première sortie au Maghreb d’un chef d’Etat français soit dédiée à Alger ?  Pas d’interlocuteur. En attendant un effet Macron en Algérie, il faudra bien faire avec le gouvernement Tebboune. Pour le meilleur et pour le pire. Au CPP il a été question des deux.    


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Désolé pour vous ! Les hommes de la trempe de Macron ne courent pas rues d'Algérie.Vu l'état de délabrement et de ré-islamisation/version intégriste de la société, l'Algérie a plus besoin d'un dictateur éclairé genre Kamal Ataturk que d'un Macron. Aucune réforme démocratique,aucun progrès n'est possible sans une opération gigantesque de dé-radicalisation de larges pans de la société, du sida mental qu'est l'intégrisme islamique.
    Le courant démocratique ou libéral est ultra minoritaire en Algérie et dans tous les pays dit arabes.

    Rapporter AKSIL lundi 19 juin 2017 00:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Vidéos

Maghreb Mobile Expo, un salon algérien dédié aux Smartphones- Saïd Benmesbah

A ne pas manquer

Prev Next

Enfants et migrants: le Maroc pointé par le rapport US sur la lutte contre la traite des êtres humains

  Le Maroc ne respecte pas ses engagements en matière d'éradication de la traite des êtres humains. L’exploitation des enfants et des migrants est pointée dans le rapport annuel du département d’état sur la lutte contre la traite des êtres humains dans le monde.

Algérie- Le bac des "retardataires": Benghabrit stoïque, les syndicats plus indignés qu'approbateurs

                                   La décision d'organiser une session spéciale de rattrapage du bac pour les "retardataires" a pris de court même la ministre de l'Education nationale. Stoïque, son ministère se prépare, les syndicats à un exception près s'indignent de la "catastrophe"

La Tunisie des sit-in : Des jeunes ferment les vannes d’un pipeline à Bou Lahbal

Après plus de deux mois de sit-in revendicatif sans échos, des jeunes ont décidé de durcir le mouvement en fermant les vannes au lieu-dit Bou Lahbal.