Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 21 Mai 2018

  •   Samy Injar
  • dimanche 18 juin 2017 00:20

Le CPP résiste aux coupures d’Internet et attend un Macron algérien (audio-vidéo)

 Le Café presse politique était de bonne humeur cette semaine. Malgré une actualité qui se plante.

 

« Si  Farid Farah est au CPP s’est qu’il y’a un problème avec le net », la formule grinçante de Khaled Drareni  a annoncé le débat sur l’avenir numérique de l’Algérie au delà de l’épisode devenu de moins en moins tolérable des perturbations d’Internet à l’occasion du Baccalauréat. Le Café presse politique a donc fait passer le test digital à la gouvernance désopilante de Mme  Houda Feraoun ministre des PTN, (Postes et technologie du numérique). Pour arriver à la conclusion inévitable que le gap algérien risque de perdurer encore.

 

 Un peu à l’image de l’improbable action du gouvernement après un conseil des ministres fantomatique et une énième invitation présidentielle d’engager les réformes sans porter atteintes aux acquis sociaux des années précédentes. Le Café presse politique a longtemps slalomé dans sa première partie entre la distorsion algéro-francaise qui s’aggrave. D’un côté un président jeune qui « saute comme un cabri » au dessus des forums mondiaux, de l’autre un président absent qui, paraît-il, parle quand même au téléphone. Comment s’étonner alors que le président Macron déroge, en allant d’abord à Rabat, à la règle non écrite qui veut, depuis trois présidents, que la première sortie au Maghreb d’un chef d’Etat français soit dédiée à Alger ?  Pas d’interlocuteur. En attendant un effet Macron en Algérie, il faudra bien faire avec le gouvernement Tebboune. Pour le meilleur et pour le pire. Au CPP il a été question des deux.    


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Désolé pour vous ! Les hommes de la trempe de Macron ne courent pas rues d'Algérie.Vu l'état de délabrement et de ré-islamisation/version intégriste de la société, l'Algérie a plus besoin d'un dictateur éclairé genre Kamal Ataturk que d'un Macron. Aucune réforme démocratique,aucun progrès n'est possible sans une opération gigantesque de dé-radicalisation de larges pans de la société, du sida mental qu'est l'intégrisme islamique.
    Le courant démocratique ou libéral est ultra minoritaire en Algérie et dans tous les pays dit arabes.

    Rapporter AKSIL lundi 19 juin 2017 00:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"La baisse des stock américains n’a pas un grand effet sur les prix du pétrole" (Mustapha Mekidèche)

  Selon l’expert, c’est la position de l’Union Européenne vis-à-vis des pays Opep qui risque de provoquer un chamboulement du marché pétrolier.

Algérie: Le procès du porte-parole de la Coordination des comités de soutien de Cevital, reporté

  D’après Bouzidi, la marche organisée le 14 mai à Bejaia « commence à porter ses fruits ».

Algérie : L’activité de la gare maritime de Mostaganem progresse de 17%

  Au cours du premier trimestre 2018, il a été enregistré le passage de 13.232 véhicules, à partir et vers Mostaganem.