Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 21 Mai 2018

  •   Amin Fassi-Fihri
  • samedi 17 juin 2017 17:40

Maroc-Rif: Dénonçant leurs conditions de détention, des militants du Hirak menacent de recourir à la grève de la faim

Plusieurs leaders du mouvement de contestation rifain ''Hirak'', dont Nasser Zefzafi et Nabil Ahmadjik, ont menacé de recourir à la grève de la faim pour protester contre leurs conditions de détention, selon leurs avocats.

 

Les responsables  du ''Hirak'', mouvement né en octobre dernier après la mort d'un poissonnier à Al Hoceima dont la marchandise avait été saisie et détruite par la police, ont été emprisonnés à Casablanca, après un passage par les locaux de la BNPJ. Ils sont, entre autres chefs d'accusation,  poursuivis pour ''atteinte à la sécurité intérieure''. Selon leurs avocats, cinq des militants du Hirak, dont Zefzafi et Nabil Ahamjik, ''protestent contre leurs conditions de détention'' et ont ''menacé d’entamer une grève de la faim de trois jours''. ''Nourriture de mauvaise qualité, isolement, durée des visites limitée à 10 minutes… Les droits fondamentaux des prisonniers ne sont pas respectés'', affirme Me Rachid Benali, coordinateur du Comité de défense des détenus d’Al-Hoceïma, cité par l'AFP.

''Ils sont en cellule d’isolement, ce qui s’apparente à une mesure punitive alors même qu’ils n’ont pas été jugés'', a dénoncé de son côté Abdessadek El Bouchtaoui, un autre avocat des détenus. Rabii Elabak, un militant du Hirak, est déjà en grève de la faim depuis dix jours, et ''son état de santé s’est beaucoup détérioré'', a affirmé Me Benali. Un proche de l’un de ces détenus a dénoncé des ''conditions de détention déplorables. Il porte les mêmes vêtements depuis son arrestation (…), il a beaucoup maigri''.

 

Interdit de parler ‘’rifain’’ à Oukacha, une prison de 8000 prisonniers

 

Selon de nombreux témoignages, les gardiens de la prison d'Oukacha de Casablanca, où s'entassent dans des conditions inhumaines près de 8.000 prisonniers politiques et de droits commun, interdisent aux détenus de parler rifain avec leurs visiteurs.

De son côté, l'administration pénitentiaire affirme dans un communiqué diffusé mercredi ''respecter scrupuleusement les droits des détenus'', et a rejeté les ''rumeurs selon lesquelles ils seraient en grève de la faim''.

Les procès de ces militants du Hirak débuteront lundi 19 juin à Casablanca et devront s'étaler sur un mois. Le leader du mouvement, Nasser Zezafi comparaîtra, quant à lui, le 10 juillet prochain. Selon l'un de leurs avocats, Me Benali, la défense demandera la remise en liberté provisoire des militants. Vendredi, deux personnes ont été remises en liberté après leur audition à Casablanca, toujours selon les avocats.

Par ailleurs, à Al Hoceima, les manifestations se poursuivent chaque soir au quartier Sidi Abed, avec les mêmes revendications: libération des militants emprisonnés, et levée du blocus politique et économique sur la région et toute la lumière sur la mort de Mohcine Fikri. Les forces de sécurité ont de leur côté procédé vendredi à l'arrestation de trois militants du Hirak, dont celle du directeur du site d’information RifPress, Mohammed Al Hilali.

 

Poursuite des manifestations

 

Depuis la reprise des manifestations dans le Rif le 26 mai dernier après un prêche contesté par les leaders du Hirak, plus d’une centaine de jeunes d'Al Hoceima, dont des militants du Hirak, ont été interpellés et arrêtés au cours d'une vague d’arrestations sans précédent depuis les manifestations en 2011 du mouvement de jeunes du 20 Février.

Ces arrestations menées souvent en violation des principes de respect des droits de l'homme, avaient  visé le noyau dur d’un mouvement de protestation devenu très populaire dans une région où même les partis politiques proches du Palais royal reconnaissent aujourd'hui qu'elle a été laissée à l'abandon et en marge du développement social et économique.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"La baisse des stock américains n’a pas un grand effet sur les prix du pétrole" (Mustapha Mekidèche)

  Selon l’expert, c’est la position de l’Union Européenne vis-à-vis des pays Opep qui risque de provoquer un chamboulement du marché pétrolier.

Algérie: Le procès du porte-parole de la Coordination des comités de soutien de Cevital, reporté

  D’après Bouzidi, la marche organisée le 14 mai à Bejaia « commence à porter ses fruits ».

Algérie : L’activité de la gare maritime de Mostaganem progresse de 17%

  Au cours du premier trimestre 2018, il a été enregistré le passage de 13.232 véhicules, à partir et vers Mostaganem.