Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Algérie Presse Service
  • samedi 17 juin 2017 18:08

Pour Louisa Hanoune, la mise en place d'un nouveau système fiscal est le seul moyen de relancer l'économie

"La politique audacieuse visant à relancer l'économie nationale impose la mise en place d'un nouveau système fiscal à même de remédier aux dérapages et aux disparités en matière de fiscalité qui accable une grande majorité des citoyens".

 

La secrétaire générale du parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a indiqué vendredi à Alger que la mise en place d'un nouveau système fiscal" à même de remédier aux dérapages et aux disparités" était le seul moyen de relancer l'économie nationale.

Mme Hanoune a souligné à l'ouverture des travaux du bureau politique de son parti, que "la politique audacieuse visant à relancer l'économie nationale impose la mise en place d'un nouveau système fiscal à même de remédier aux dérapages et aux disparités en matière de fiscalité qui accable une grande majorité des citoyens".

"Personne n'a le droit de décider de supprimer ces impôts car cela serait contraire à la constitution qui criminalise l'évasion fiscale", a-t-elle précisé. Mme Hanoune a en outre précisé que les parties qui appellent à construire une économie hors hydrocarbures "ne proposent que la privatisation comme alternative", ajoutant que "ces derniers veulent détruire tous les liens positifs existant entre le citoyen et l'Etat".

"L'Etat doit recouvrer les dettes impayées ce qui permettra, a-t-elle dit, d'élaborer "des budgets sans recourir aux recettes des hydrocarbures".  Elle a, en outre, proposé l'annulation de l'accord de partenariat avec l'Union européenne (UE), relevant "qu'il prélève au trésor public plus de 700 milliards de dinars pour le démantèlement tarifaire".

Se retirer de l'accord de partenariat avec l'UE

L'Algérie peut se retirer de l'accord du partenariat en s'appuyant sur l'article 11 de ce dernier, qui l'y autorise "en cas de dysfonctionnement dans la balance des paiements", a-t-elle dit. Mme Hanoune a noté l'approbation de son parti quant aux directives que le président de la République a donné au gouvernement, lors de la dernière réunion du Conseil des ministres, afin d'éviter le recours à l'endettement extérieur, en insistant sur la nécessité de préserver la souveraineté économique du pays.

Au plan international, Mme Hanoune a qualifié la décision de l'Algérie concernant l'isolement du Qatar par les pays du Golfe, de "décision indépendante", soulignant qu'"il ne s'agit nullement de défendre la politique du Qatar mais d'exprimer son opposition aux guerres et aux politiques impérialistes".


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Il est curieux que l'APS reprenne les déclarations de Mme Hannoun alors qu'elle a déclaré être dans "l'opposition" par rapport au gouvernement mais pas au président.... Pourquoi l'APS ne reprend pas les déclarations de M Benflis...

    Il est à noter que ce pseudo-parti de l'opposition à l'Algérienne n'existe que par les déclarations et communiqués aux medias...

    Rapporter Truc samedi 17 juin 2017 21:00
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.

Algérie :PLF 2018, l’Etat veut engranger 70 milliards DA en augmentant l’impôt sur les dividendes de 10 % à 15 %

 Le gouvernement évoque le principe d’égalité devant l’impôt entre nationaux et étrangers pour justifier son alignement.