Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Lynda Abbou
  • samedi 17 juin 2017 10:37

La jeune fleurettiste algérienne Meriem Mebarki et son expérience avec l’escrime (portrait)

Laboratoire pharmaceutique Merinal soutient la jeune escrimeuse, Meriem Mebarki, dans l’objectif de l’aider  à se qualifier  aux Jeux Olympiques de 2020. Ce laboratoire pharmaceutique, signe une convention de partenariat  avec la jeune athlète afin de lui fournir les meilleures conditions  qui lui faut pendant  son parcours. Rencontrée lors de la soirée « Cap vers les JO 2020 »  que  Merinal a organisé mercredi 14 juin au Stand All- Bordj El Kiffan ( Alger), Meriem Mebarki  nous a raconté son expérience  avec  l’escrime.

 

« J’ai eu le coup de foudre pour ce sport à l’âge de neuf ans, lorsque j’ai accompagné mon père  dans une salle d’escrime ici à Alger. J’ai tout de suite demandé  à mon père d’intégrer ce sport. A cette époque,  je faisais déjà la piscine, un sport que j’aime aussi, mais l’escrime a attiré toute mon intention ».  Meriem Mebarki obtient le soutien de ses parents et du président de la Fédération d’escrime  Raouf Bernaoui  qui  l’ont aidée à percer dans ce sport alors qu’elle n’a pas encore ses 14 ans : Elle a été  la seule algérienne à arracher une qualification au deuxième tour  de la coupe du monde de fleuret féminin, qui s’est déroulée  du 13 au 15 janvier 2017 à Alger. Elle participé à plusieurs compétition internationales  (trois fois en Tunisie, deux fois à Barcelone, une fois en Autriche), ainsi qu’aux deux championnats méditerranéens. Elle a récemment représenté l’Algérie lors du dix-septième   championnat d’Afrique d’escrime en Egypte, où elle a décroché  une médaille d’argent.  En 2016, Meriem a décroché la première place dans la catégorie des cadettes lors du tournoi en  Tunisie, ou encore celui organisé en Espagne, où elle a terminé au quatrième rang  chez les minimes.

Une médaille d’or aux JO

Cette jeune fille pleine de talent poursuit ses études au collège. À sa troisième année moyenne,  Meriem  assure les mentions très bien  et obtient des félicitations comme tout élève brillant  qui se respecte. Plusieurs facteurs ont contribué à organiser son temps entre sport et études : Meriem habite à proximité de l‘avenue Ahmed Ghermoul, Sidi M’Hamed, Alger, le complexe sportif et  l’école qu’elle fréquente  sont  tous les deux dans le même quartier. Et elle ne s’ennuie pas. Ses deux meilleures amies sont dans la même équipe sportive qu’elle. Outre  son rêve  de devenir la meilleure escrimeuse au monde, Meriem Mebarki  souhaite aussi devenir médecin  ophtalmologiste. L’escrimeuse Italienne, Valentina Vezzali, est  son idole et un exemple  de réussie. Elle suit  sur internet les leçons et les matchs de cette championne italienne.   Meriem s’entraine tous les jours et espère  honorer son pays l’Algérie avec beaucoup de médailles.  Notamment une médaille d’or aux Jeux Olympiques.  


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Pour la Grande mosquée d’Alger, le plus grand tapis du monde et une dérogation spéciale

  C’est la ville iranienne de  Neyshabur qui a approché le ministère des Affaires religieuses pour proposer le tapis.

« L’Etat algérien va se désengager de la sphère économique dans 10 ans », selon Ouyahia

Concernant les restrictions aux importations, M. Ouyahia a dit que les partenaires économiques de l’Algérie n’y voient pas d’inconvénients.

Algérie :PLF 2018, l’Etat veut engranger 70 milliards DA en augmentant l’impôt sur les dividendes de 10 % à 15 %

 Le gouvernement évoque le principe d’égalité devant l’impôt entre nationaux et étrangers pour justifier son alignement.