Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 27 Avril 2017

  •   Samy Injar
  • vendredi 21 avril 2017 16:53

Algérie: Le CPP refait le printemps noir à l’ère du MAK et des libertés érodées (AUDIO-VIDEO)

 

 

Numéro un peu spécial du Café Presse politique (CPP)  comme chaque année depuis 2014. Le 20 avril est un marqueur de l’état de santé de la vie démocratique en Algérie. Et de l’état de forme des panélistes du café presse.

 

 

 

 

Le café presse politique de la veille de la commémoration du 20 avril 1980 a passé en revue l’état des libertés en Algérie. Pour constater que l’appareil répressif s’il est plus puissant n’est pas plus éclairé.  La poursuite de la grève de la faim du docteur Kamel-Eddine Fekhar,leader de la contestation identitaire Mozabite en est une des expressions.

 

Mais c’est sur le rôle des services de sécurité en 2001, lors du printemps noir en Kabylie, que le débat a vite achoppé. Était-il possible d’éviter 126 morts et des dizaines de blessés graves par balles ?  Grinçant.

 

La présence  sur le plateau d’un journaliste, Samir Larabi, acteur du mouvement à l’époque a remis les faits au cœur des appréciations. De quoi est né le MAK ?  Le CPP a tenté de faire la généalogie du mouvement devenue indépendantiste pour la Kabylie au cœur des évènements de 2001.

 

Sinon la grève au quotidien Liberté a été l’occasion de décortiquer à la fois les difficultés du moment du groupe Cevital (grève à Piombino en Italie) et celles de la presse papier, ou le déclin des revenus publicitaires liés à celui des chiffres de vente, prépare des jours compliqués. 

 

Le CPP a lu l’oraison funèbre sur le modèle parlementaire turque victime cette semaine d’un référendum qui «présidentialise»  l’architecture du pouvoir politique dans un pays longtemps cité en modèle pour les autres pays de culture musulmane.

 

 Les arabes  voulaient, avec leur printemps,  se débarrasser du «gêne autoritaire» du système du  « Raïs ». Non seulement ils ont en partie échoué, mais les turcs risquent d’y retourner. Et si le modèle d’avenir d’une gouvernance démocratique avancée en terre d’Islam allait émerger finalement  au Maghreb ?  Pas Alger pour le moment, mais à Tunis.

 

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 26.04.2017 Macron-Le pen Nouveau monde en marche ?, Classement RSF Grine boulet de l'Algérie?

Sondage

Le ministre du commerce algérien parle d’une réduction de 15 milliards de dollars des importations en 2017.

Vidéos

"Les ventes de tablettes en baisse dans le monde, en hausse en Afrique"- Khadidja Kazitani-Deloitte Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: Dans le Rif, une fronde persistante qui se radicalise politiquement

                                La tension reste toujours vive dans la région du Rif, dans le nord du Maroc, où le ton des manifestations contre '"'la hogra'' et le ''Makhzen'', sept mois après la mort dans d’atroces conditions d’un poissonnier se radicalise prenant parfois des contours ''indépendantistes''.

Réponse à Slim Othmani (I) - Le Partenariat public-privé et le risque de prédation en Algérie

    L’article de Slim Othmani sur les «6 Syndromes Phobiques de l’Economie Algérienne» a inspiré au chroniqueur Abed Charef des réflexions en 4 parties dont nous commençons la publication aujourd’hui. Le premier article porte sur l'interdiction de fait du partenariat public-privé (PPP) qui constitue bien un handicap pour les entreprises algériennes. Mais, estime-il, l’introduire en l’état actuel des choses contient un...

Maroc: Le gouvernement El Othmani à l'épreuve des revendications syndicales

       Le vote de confiance des deux chambres du Parlement est déjà acquis au nouveau chef de Gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani. Il lui reste l'épreuve des centrales syndicales qui ont ferraillé dur contre l’ex-gouvernement pour rétablir le dialogue social.