Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 105
  •   HuffPost Algérie
  • mardi 1 mars 2016 20:35

6 mois de prison ferme requis contre Hamadache pour l'appel au meurtre de Kamel Daoud


Le procureur de la république auprès la Cour d'Oran a requis 6 mois de prison ferme et une amende de 50.000 Da contre Abdelfatah Hamadache, chef du parti non agrée du Front de la Sahwa islamique salafiste libre, pour avoir appelé au meurtre de l'écrivain Kamel Daoud en décembre 2014.


Le verdict sera prononcé le 8 mars prochain, a-t-on appris auprès Me Abderrezak Fodil, avocat du plaignant, qui ne s'est pas présenté au procès.
De son côté, M. Hamadache s'est présenté seul, sans défense. Selon la même source, l'accusé a affirmé ne pas avoir regretté ses propos, campant sur ses positions initiales. Me. Abderrezak Fodil a rajouté que Abdelfatah Hamadache a même appelé une nouvelle fois les autorités algériennes à pratiquer "al houdoud".
"Nous demandons le dinar symbolique pour que Kamel Daoud soit rétabli dans ses droits", a ensuite conclu la même source.
L'affaire, pour rappel, remonte à décembre 2014 lorsque le salafiste Abdelfatah Hamadache a publié, sur Facebook, un appel à appliquer les "houdoud" contre Kamel Daoud qu'il qualifie "d'apostat" et de "sionisé" qui insulte "Allah" et le "Coran" et "combat l'islam".
Dans un post, qui a été supprimé par la suite, Abdelfatah Hamadache écrit que du point de vue du Front de la Sahwa Islamique "si la charia islamique était appliquée en Algérie, la sanction serait la mort pour apostasie et hérésie" contre Kamel Daoud.
Hamadache qui multipliait les prises de positions controversées, avait appelé, dans le même texte, le "régime algérien à condamner Daoud à "à être exécuté publiquement" pour sa "guerre" contre l'Islam.
La dernière chronique publiée le jour d’émission de la fameuse "fatwa" était intitulée " 50 nuances de haine" dans laquelle il s’en prend aux différents fanatismes dont celui des islamistes. "Il y a des cheikhs et des fatwas pour chaque femme en jupe, mais pas un seul pour nourrir la faim en Somalie. L'abbé Pierre n'est pas un emploi de musulman ? "
L'appel au meurtre de Daoud avait suscité, alors, une réaction rapide avec le lancement d'une pétition appelant le ministère de la justice à poursuivre Hamadache pour appel au meurtre. La pétition condamne avec "force les appels au meurtre public de Abdelfetah Hamadache, autoproclamé chef salafiste algérien, contre l’auteur et journaliste Kamel Daoud".
"Au regard de la démission de l’Etat algérien face aux aventuriers pseudo-religieux qui distillent la haine comme cela s’est passé à Ghardaïa et ailleurs, cette dérive n’est pas surprenante. Pire, elle était prévisible et en appellera d’autres dans un climat d’intolérance" indique le texte qui demandait aux ministres de la Justice et de l’Intérieur d'enclencher " des poursuites contre ces appels aux meurtres qui nous rappellent les pires moments de l’Algérie face au GIA".
L'écrivain et chroniqueur avait alors porté plainte contre son assaillant. Le communiqué des Editions Barzakh, qui édite Kamel Daoud en Algérie, avait annoncé ce recours à la justice en soulignant l'auteur était "victime d'un appel au meurtre lancé par un salafiste, un de ces sinistres charlatans qui sévissent en toute impunité sur la toile, à la télévision et dans les mosquées".
Barzakh avait également qualifié l'appel au meurtre lancé contre Daoud de fait "d'une gravité sans nom. Nous sommes totalement solidaire avec lui" indique Barzakh qui précise que pour l'heure " Kamel Daoud a besoin de soutien moral et d'assistance juridique".
Au-delà de l'affaire qui oppose l'écrivain Kamel Daoud au salafiste Abdelfetah Hamadache, la justice algérienne est appelé aujourd'hui à rassurer les citoyens quand à sa capacité à les protéger de toutes les dérives.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • desole je n appelle pas cela du courage. Le prevenu a repete en plein audience son appel a l execution de Kamal Daoud par le gouvernement algerien, Un tribunal libre qui applique la loi algerienne procede au mandat d arret en seance sur requisition du ministere public, Hamadache aura une peine avec sursis et le general Benhadid se meurt en prison .

    Rapporter Samy Injar mardi 1 mars 2016 23:49
  • Courageux magistrats à qui je dis bravo! La vraie justice commense à renaître de ses cendres ce qui augure d'un avenir radieux. Il était temps de mettre un terme à l'inquisition. N'importe qui se prétend défendre n'importe quoi et n'importe comment.

    Rapporter Rezki Djerroudi mardi 1 mars 2016 22:40
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.

Les huit tares de l’économie algérienne sous l’œil d'un expert

  Selon Souhil Meddah, expert en économie, les différents gouvernements qui se sont succédé depuis l’arrivée de Bouteflika au pouvoir, au mieux,  n’ont pas eu de politique économique et, au pire, ont fait de l’anti-économie.

Tunisie: La décision de la BCT d’augmenter son taux directeur inquiète les patrons

  Le vrai remède réside, selon la CONECT, dans l’accélération de la mise en œuvre des réformes stratégiques.