Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Sana Harb
  • lundi 11 septembre 2017 04:52

Golfe: Le célèbre prédicateur saoudien Al-Awdah arrêté pour un tweet prônant la réconciliation avec le Qatar

 

 Salman Al-Awdah, le célèbre prédicateur saoudien qui défend les libertés individuelles et la limitation des pouvoirs du monarque a été arrêté par les autorités, selon les médias arabes.

 

 Les autorités saoudiennes n’auraient pas apprécié son tweet après un entretien téléphonique entre l’émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani du Qatar et le Prince héritier saoudien Mohammed bin Salman au sujet de la crise entre les deux pays.

 "Qu’Allah harmonise entre leurs cœurs pour le bien de leur peuple" avait posté Salman Al-Awdah qui est suivi par 14 millions de followers sur Twitter.

 

 

/p>

Rien de subversif en apparence, mais l’équidistance qu’il manifeste à l’égard des deux dirigeants a été prise comme une marque de défiance par les autorités saoudiennes.

 Entretemps, les espoirs d’une issue à la suite de l’entretien téléphonique ont été vite douchés par le décision de Ryad de suspendre tout dialogue avec le Qatar accusé de « tronquer les faits ».

 Al Awdah qui, contrairement aux religieux officiels mobilisés par la monarchie, n’a pas approuvé le blocus contre le Qatar, est le deuxième religieux être arrêté par les autorités saoudiennes. Des informations diffusées sur les réseaux sociaux ont  indiqué que le très célèbre prédicateur Awad al-Qarni, (2,2 millions de followers sur Twitter) était en résidence surveille dans  sa maison à Abha dans le sud de l'Arabie saoudite.

 Comme Al Awdah, Al Qarni avait également exprimé son soutien à la réconciliation entre les pays arabes et le Qatar. Selon des informations diffusées sur le réseau, une vingtaine de prédicateurs ont été arrêtés.

 Chef du courant de la Sahwa

 Le cheikh Salman al-Awdah,  qui est devenu le chef de file du courant de la sahwa (l’éveil) a activé dans le Comité de défense des droits légitimes, une des premières organisations d’opposition à la monarchie.

En septembre 1994, il a été raflé avec des centaines de membres du courant de la Sahwa – dont les prédicateurs célèbres, Safar Al-Hawali et Nasser Al-Omar, et il restera en prison jusqu’en 1999.

 Salam Al Awda a apporté son soutien aux mouvements de contestations dit du «printemps arabe » et il fait partie du Conseil mondial des oulémas dirigé par Youssef Al Qaradhaoui, qualifié de «terroriste » par les saoudiens.

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie-Droits de l'homme: Amnesty pointe deux lois contraires aux engagements du gouvernement

  Bien qu’elle se soit engagée devant le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève à respecter les droits humains, la Tunisie doit rapidement mettre en œuvre les réformes nécessaires à la réalisation des progrès dans ce domaine, a estimé jeudi l’Organisation ” Amnesty International “.

Pour le modèle algérien de croissance par l’État-acteur, le 5e mandat a déjà commencé

   La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan traque le nouveau modèle de croissance de Ahmed Ouyahia et ne trouve que l’ancien. En mode sinistre.

Tunisie - Le déficit budgétaire s'est aggravé: plus de 3 milliards de dinars à fin juillet 2017

   Le déficit budgétaire s’est aggravé, à fin juillet 2017, pour atteindre les 3,177 milliards de dinars (environ plus de 3% du PIB de la Tunisie), alors que la Loi des Finances 2017 (LF) table sur un déficit budgétaire, pour toute l’année, de 5,345 milliards de dinars (5,4% du PIB).