Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Sana Harb
  • lundi 11 septembre 2017 04:52

Golfe: Le célèbre prédicateur saoudien Al-Awdah arrêté pour un tweet prônant la réconciliation avec le Qatar

 

 Salman Al-Awdah, le célèbre prédicateur saoudien qui défend les libertés individuelles et la limitation des pouvoirs du monarque a été arrêté par les autorités, selon les médias arabes.

 

 Les autorités saoudiennes n’auraient pas apprécié son tweet après un entretien téléphonique entre l’émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad al-Thani du Qatar et le Prince héritier saoudien Mohammed bin Salman au sujet de la crise entre les deux pays.

 "Qu’Allah harmonise entre leurs cœurs pour le bien de leur peuple" avait posté Salman Al-Awdah qui est suivi par 14 millions de followers sur Twitter.

 

 

/p>

Rien de subversif en apparence, mais l’équidistance qu’il manifeste à l’égard des deux dirigeants a été prise comme une marque de défiance par les autorités saoudiennes.

 Entretemps, les espoirs d’une issue à la suite de l’entretien téléphonique ont été vite douchés par le décision de Ryad de suspendre tout dialogue avec le Qatar accusé de « tronquer les faits ».

 Al Awdah qui, contrairement aux religieux officiels mobilisés par la monarchie, n’a pas approuvé le blocus contre le Qatar, est le deuxième religieux être arrêté par les autorités saoudiennes. Des informations diffusées sur les réseaux sociaux ont  indiqué que le très célèbre prédicateur Awad al-Qarni, (2,2 millions de followers sur Twitter) était en résidence surveille dans  sa maison à Abha dans le sud de l'Arabie saoudite.

 Comme Al Awdah, Al Qarni avait également exprimé son soutien à la réconciliation entre les pays arabes et le Qatar. Selon des informations diffusées sur le réseau, une vingtaine de prédicateurs ont été arrêtés.

 Chef du courant de la Sahwa

 Le cheikh Salman al-Awdah,  qui est devenu le chef de file du courant de la sahwa (l’éveil) a activé dans le Comité de défense des droits légitimes, une des premières organisations d’opposition à la monarchie.

En septembre 1994, il a été raflé avec des centaines de membres du courant de la Sahwa – dont les prédicateurs célèbres, Safar Al-Hawali et Nasser Al-Omar, et il restera en prison jusqu’en 1999.

 Salam Al Awda a apporté son soutien aux mouvements de contestations dit du «printemps arabe » et il fait partie du Conseil mondial des oulémas dirigé par Youssef Al Qaradhaoui, qualifié de «terroriste » par les saoudiens.

 

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...