Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 26 Avril 2018

Maghreb Emergent

Maghreb Emergent

URL du site internet:

 

L’expert estime que l’énergie électrique remplacera, à terme, les carburants même dans des pays tels que la Chine et l’Inde.  

Flash infos de Radio M.

jeudi, 26 avril 2018 11:54 Publié dans Actualités

 

 

Nous vous présentons le flash d’informations de Radio M., la web radio de Maghreb Emergent.

Ecouter le flash :

 

 

 

 

 

 

Nous vous présentons le point de l’actualité économique de Radio M, la web radio de Maghreb Emergent.

Ecouter le flash :

 

Mourad Preure nous écrit

jeudi, 26 avril 2018 10:36 Publié dans Actualités

 

Le journaliste Amar Ingranchen s'improvise expert pétrolier et, avec un copier-coller d'analyses trouvées sur internet, tire des conclusions définitives sur le marché et les prix pétroliers. Il me cite en tronquant l'assez-longue interview que j'ai donnée à Maghreb Emergent à mon retour de Paris où j'ai participé Sommet pétrolier de Paris et à la réunion du Think tank "Paris Energy Club" regroupant des experts de référence et des executives évoluant dans l'industrie pétrolière mondiale et dont je suis membre.

Le journaliste tronque mon intervention, traite sur le ton de la dérision, de l'ironie mes conclusions quant à la tendance haussière sur le long terme de l'industrie pétrolière et fait l'impasse sur les réserves que j'ai faites sur l'évolution des cours cette année, considérant le jeu aléatoire des huiles de schistes américains dont la production est plus flexible et qui tendent à ajuster les prix sur le court terme, ce que je n'ai jamais cessé de dire. Cela étant, les Etats-Unis ne détiennent que 48.5 milliards de barils de réserves, (soit le niveau des réserves libyennes), représentant 2.8% des réserves mondiales qui sont de 1 700 milliards de barils, et ne sauraient ajuster les cours sur le moyen-long terme.

Je veux souligner ici que la critique et l'échange d'idées et de conclusions contradictoires sont le propre des débats d'experts. L'expert a l'obligation de s'engager dans des projections, de prendre le risque, sinon il ne serait pas. Encore faut-il que la critique soit compétente, ce qu'elle n'est vraisemblablement pas ici. Pourquoi le ton pris par cet article ? Seul le journaliste le sait.

L'humilité est la qualité cardinale de tout expert qui se respecte. Pour ma part je m'en suis toujours tenu à ce principe. Je considère de mon devoir d'éclairer le débat citoyen sur l'énergie et me prête volontiers à toutes les demandes de journalistes dans ce but. Cependant, il y a une exigence de correction et de respect de la déontologie que l'on est en droit d'exiger. Maghreb Emergent est un journal sérieux et respectueux de la déontologie. Voilà pourquoi je suis étonné de ce que je viens de lire.

 

 

 

Le ministre a parlé de la volonté de l’Algérie de fabriquer des équipements localement dont principalement les panneaux solaires localement. 

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a procédé mardi à Tamanrasset à l’inauguration d’une centrale solaire d’une capacité de 13 mégawatts.
Cette centrale, qui a nécessité un investissement public de 2,6 milliards DA, aura un impact environnemental certain puisqu’elle permet, outre la production d’électricité, de réduire les émanations de CO2 de quelques 15.000 tonnes/ an, selon sa fiche technique.
Implantée sur l’axe menant vers l’aéroport de Tamanrasset, elle dispose de 4.092 panneaux photovoltaïques, couvre une superficie de 26 hectares (extensible) et emploie 14 personnes, est-il précisé.
Son intégration au réseau de distribution d’électricité permet aussi une économie de carburant (gasoil) de l’ordre de 6.200 m3/an.
Lors de sa visite de la centrale, M.Bedoui, qui est accompagné notamment du ministre de l’Energie, Mustapha Guitouni, a souligné l’impact de cette installation énergétique qui entre dans le cadre des grands investissements consentis par l’Etat pour l’amélioration du cadre de vie du citoyen.
M.Bedoui a, à ce titre, appelé à valoriser ces investissements qui ont un impact direct sur la réduction des couts de l’électricité mais aussi dans différents domaines socio-économiques, notamment l’utilisation des énergies renouvelables.
Des explications ont été fournies à la délégation ministérielle sur les objectifs de ce projet, inscrit dans le cadre du programme national de développement des énergies renouvelables englobant 24 centrales à travers le pays, et qui vise à diversifier les sources de production d’électricité, à développer les énergies renouvelables et à préserver l’environnement par la réduction des émanations de CO2.
Le ministre de l’Energie, a annoncé, de son côté, la mise en place prochaine d’une direction des énergies renouvelables à Tamanrasset, vu l’importance du programme national qui leur est dédié.

APS

Le Forum économique africain a ouvert, mardi à Tunis, ses travaux avec la participation de 38 Etats africains et des personnalités africaines de haut niveau relevant des secteurs public et privé, dont des ministres, conseillers spéciaux auprès de chefs d’Etat et des dirigeants d’institutions financières.
S’exprimant à l’ouverture du forum, le ministre tunisien du Commerce, Omar Behi, a indiqué que «les indicateurs de coopération entre les pays africains sont très faibles, en ce sens que le taux d’échanges commerciaux ne dépasse pas les 13% du total de leurs échanges avec le reste du monde».

MAP

Le Roi Mohammed VI a visité la Direction Générale de la Surveillance du Territoire national (DGST) ce mardi 24 avril 2018. Cette visite royale s’inscrit dans le cadre de l’intérêt et de la Haute sollicitude dont le Souverain ne cesse d’entourer les cadres et les fonctionnaires de la DSGT, et de la considération témoignée par Sa Majesté le Roi à l’égard des efforts inlassables et des sacrifices considérables consentis par les membres de cette institution sécuritaire dans toutes ses composantes, pour garantir la paix et la sécurité des citoyens, protéger leurs biens et préserver la paix, la stabilité et l’ordre public, ainsi que pour l’esprit de mobilisation, de vigilance et de fermeté dont font preuve ses membres afin d’anticiper et mettre en échec tous les complots terroristes et criminels abjects ourdis contre le Royaume.
Cette visite illustre également le souci de Sa Majesté le Roi de doter cette institution sécuritaire de moyens nécessaires pour qu’elle puisse accomplir sa mission nationale et professionnelle.
Le Roi avait invité, dans le discours du Trône de 2016, le gouvernement à doter l’institution sécuritaire de toutes les ressources humaines et financières nécessaires pour lui permettre de remplir convenablement ses missions.
Le Roi a passé en revue un détachement d’honneur de la Sûreté nationale avant d’être salué par le ministre de l’Intérieur, le Directeur général de la Sûreté Nationale et de la Surveillance du Territoire national, ainsi que par plusieurs hautes personnalités et responsables de l’administration centrale de la DGST.
Le Roi s’est informé sur des unités du groupe d’intervention rapide relevant de la DGST et passé en revue les équipements, les véhicules et les moyens logistiques utilisés dans les opérations d’intervention pour faire face aux dangers de la menace terroriste et aux différentes formes du crime organisé, y compris le crime transfrontalier.
Par la suite, il a procédé à l’inauguration du nouvel Institut de formation spécialisée et visité ses différentes composantes. Il s’agit d’un complexe sécuritaire intégré édifié dans le cadre du développement du système de formation dans le domaine du renseignement, sur une superficie globale de 35.000 m2, et comprenant essentiellement un amphithéâtre de conférences, onze salles d’étude, un laboratoire pour l’enseignement des langues étrangères, une salle de conférences, une bibliothèque, en plus d’infrastructures destinées aux formateurs et cadres administratifs. Le complexe comprend également une résidence réservée au logement, dotée notamment d’un cabinet médical et d’une salle d’éducation physique et de sports.
Cet institut comporte de même un espace d’accueil et de résidence équipé de tous les services nécessaires, avec des chambres réservées aux ressortissants de pays frères et amis, notamment les pays africains, qui sont invités à bénéficier de formation avancée en matière de renseignement, et ce dans le cadre du raffermissement de la coopération sécuritaire internationale dans laquelle le Royaume est engagé, dans sa dimension Sud-Sud.
Ce complexe est doté aussi d’une armurerie répondant aux normes requises en ce qui concerne les bâtiments sécuritaires sensibles, d’un dépôt de munitions, d’un stand de tir, et d’un parcours de saut d’obstacles destiné à l’entraînement et aux exercices d’endurance auxquels sont soumis les fonctionnaires de l’institution sécuritaire.
Au cours de cette même visite, des explications ont été fournies à Sa Majesté le Roi sur les nouvelles infrastructures inaugurées dans le cadre de la vision royale pour la modernisation du service public sécuritaire et le renforcement des principes de la nouvelle gouvernance sécuritaire, dont le Bureau Central d’Investigations Judiciaires (BCIJ), qui bénéficie d’une compétence territoriale nationale, et d’un mandat portant exclusivement sur les crimes et affaires prévus dans l’article 108 du code de la procédure pénale, comme le terrorisme et les crimes d’atteinte à la sûreté de l’Etat, les réseaux criminels, l’assassinat et l’empoisonnement, l’enlèvement et la prise d’otages et le trafic de drogue, des psychotropes et des armes et minutions etc…

MAP

Le gouvernement syrien prévoit de récupérer des territoires tenus par l'opposition au nord de la ville de Homs dès qu'il aura définitivement conclu les accords de reddition des groupes insurgés autour de la capitale Damas, a annoncé mardi le ministre syrien chargé de la Réconciliation nationale.
Après avoir repris début avril la Ghouta orientale, la plus grande zone tenue par les rebelles près de Damas, l'armée syrienne et les forces alliées sont sur le point de récupérer les quelques poches restantes autour de la capitale.
Leurs bombardements se portent notamment sur une enclave djihadiste dans le sud de Damas tenue entre autres par l'État islamique.
Ces derniers jours, les rebelles de deux autres enclaves au nord-est de Damas, Doumair et Kalamoun-Est, se sont rendus et ont accepté d'être transférés en autocar vers les territoires tenus par l'opposition dans le nord de la Syrie.
Le schéma - siège, bombardement des insurgés puis accord de reddition et transfert en territoire tenu par l'opposition dans le nord de la Syrie - a été utilisé à de très nombreuses reprises par le gouvernement syrien ces dernières années.
A Homs, le gouvernement va chercher à récupérer une poche détenue par l'opposition au nord de la ville, a déclaré le ministre chargé de la Réconciliation nationale.
"La question ne tardera pas à se poser après le règlement définitif à Kalamoun", a déclaré Ali Haïdar.
Cela fait un moment que le gouvernement largue des tracts et est en contact avec les rebelles dans les localités tenues par l'opposition à Rastan, Talbisseh et Houla, dans le nord de la province de Homs, a-t-il ajouté.
"Aujourd'hui, on travaille sérieusement dans ce secteur", dit-il. "Les groupes armés attendent pour éprouver le sérieux et la détermination de l'action militaire de l'Etat avant d'aborder sérieusement la discussion sur un accord de réconciliation".
Selon Ali Haïdar, des accords de réconciliation de ce type sont également proposés aux rebelles dans le sud de la Syrie, où une zone de "désescalade" a été approuvée par les Etats-Unis et la Russie l'année dernière.
"Il y a le choix : réconciliation totale ou action militaire si nécessaire", a déclaré le ministre.
Mais, a-t-il ajouté, la reprise des zones autour de Damas et Homs - les dernières zones rebelles entièrement assiégées par le gouvernement - est prioritaire.
Les médias officiels ont indiqué vendredi que les insurgés de l'enclave au sud de Damas - elle comprend le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk, le district de Hadjar al Assouad et les régions avoisinantes - s'étaient rendus. Mais les forces gouvernementales bombardaient encore la région mardi.
Selon Ali Haïdar, les combattants ont finalement refusé l'accord, ce qui a enclenché de nouveaux bombardements.
Mardi, les médias syriens ont diffusé des images de fumée provenant du secteur de Hadjar al Assouad.

Reuters

Des aides humanitaires en provenance de l'Algérie sont arrivées mardi à Nouakchott (Mauritanie) pour être transportées ensuite aux camps des réfugiés maliens de Mbera dans la région de Bassikounou dans le cadre d'une opération de solidarité humanitaire à l'initiative de l'Unité de fusion et de liaison (UFL) des pays du Sahel africain.
Les aides comprennent "d'importantes quantités de médicaments, du matériel médical et des denrées alimentaires pour venir en aide aux réfugiés maliens des camps de Mbera dans la région frontalière mauritano-maliennes de bassikounou", a indiqué le représentant de l'UFL.
L'UFL, organisatrice de la caravane de solidarité humanitaire, avait déjà organisé "plus de 20 caravanes humanitaires similaires entre 2012 et 2018 au profit des réfugiés maliens et nigériens occupant des camps de réfugiés en Mauritanie, au Burkina Faso, au Tchad et au Niger."
La caravane humanitaire à laquelle prennent part le Croissant rouge algérien (CRA) et des représentants des médias des pays de l'UFL vise à "renforcer l'action de solidarité et les bonnes initiatives menées par l'UFL et à activer les efforts de la société civile des pays de la région du Sahel à travers la mobilisation des moyens des pays de la région".
Les camps des réfugiés de Mbera situés à plus de 1200 km à l'est de Nouakchott, comptent plus de 50.000 réfugiés de différentes régions maliennes.
Créée en 2010 en Algérie, l'UFL compte l'Algérie, la Mauritanie, le Niger, le Mali, le Nigeria, le Tchad, la Libye, et le Burkina Faso. Elle comprend trois mécanismes visant à concrétiser les objectifs tracés et à mettre en œuvre les programmes d'action, à savoir la Ligue des uléma, et prédicateurs et imams des pays du Sahel, une commission en charge de l'action humanitaire et une cellule d'information.
L'UFL avait organisé en février dernier à Niamey (Niger) une session de formation au profit des journalistes des pays membres sur la lutte contre l'extrémisme violent via les médias et la diffusion de la culture de tolérance et du vivre ensemble.

APS

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les prix du pétrole finiront par baisser durablement"-Tewfik Hasni-(Audio)

  L’expert estime que l’énergie électrique remplacera, à terme, les carburants même dans des pays tels que la Chine et l’Inde.  

Energie: Guitouni invite les opérateurs allemands à créer des sociétés mixtes en Algérie

  Le ministre a parlé de la volonté de l’Algérie de fabriquer des équipements localement dont principalement les panneaux solaires localement. 

La cour des comptes se chargera de la certification des comptes de l’Etat

  La cour des comptes se dotera d’une nouvelle fonction qui est la certification des comptes de l’Etat. Cette prérogative figure parmi les amendements de la loi organique de la loi de finance », a déclaré Abdelkader Benmarouf, président de la cour des comptes d’Algérie en marge du séminaire de clôture du jumelage entre l’Algérie et l’Union européenne pour le renforcement...